Rwanda : KAGAME accuse «KABILA» de soutenir le M23 au Nord-Kivu

Le Rwanda à son tour accuse Kinshasa de soutenir le M23 proche du général Ntaganda et le colonel Makenga. Un avion 727 loué pour le compte des forces aériennes congolaises avait acheminé plus de 200 tonnes des matériels de guerre et tenues militaires aux CNDP, révèle un journaliste rwandais proche du président rwandais Paul Kagame. Si Kinshasa ne dit pas toute la vérité sur la problématique des conflits, ce journaliste rwandais menace de publier dans 72 heures le manifeste zimbabwéen contenant des signatures des autorités congolaises, ainsi que les détails de transferts de ces colis.

Rwanda : KAGAME accuse «KABILA» de soutenir le M23 au Nord-Kivu Kabila_KagameUn rédacteur d’un journal paraissant à Kigali est passé ce matin à la radio Tuganire émettant depuis le Rwanda.

Le monsieur menace d’étaler à la presse toutes les preuves qu’il détient sur l’implication et la complicité du gouvernement de Kinshasa dans la guerre qui sévit à l’Est de la RDC si Kinshasa ne dit pas toute la vérité sur la problématique des conflits.

Il révèle qu’au mois de mars 2012, un avion 727 loué pour le compte des forces aériennes congolaises contenant 18 palettes et pouvant transporter 30 tonnes, avait fait 12 rotations Kinshasa-Rwanda via Zimbabwe.

L’avion congolais avait acheminé en cette période plus de 200 tonnes des matériels de guerre et tenues militaires aux CNDP. Bosco Tanganda après avoir réceptionné ces matériels a envoyé 140 tonnes à Runyini base arrière des CNDP et 60 tonnes ont été gardés chez lui à Masisi base d’attaque.

Ce rédacteur menace de publier dans 72 heures le manifeste zimbabwéen contenant des signatures des autorités congolaises, ainsi que les détails de transferts de ces colis.

Bosco tanganda quant à lui dit qu’il est prêt d’aller à la CPI mais avec son chef hiérarchique Joseph Kabila.

[Correspondence particulière]

Bosco Ntaganda : Moi à la CPI, Kabila n’y échappera pas

L’une de nos sources a récemment parlé, au téléphone, avec Bosco Ntaganda grâce au Colonel ASIKI d qui est avec lui dans son maquis. Pour mieux comprendre le contexte de cet entretien téléphonique, il faudrait rappeler que le Col. ASIKI (de tribu Kakwa de la région d’ARU) est un ancien FNI qui a rejoint en 2010 le groupe de Bosco avec plusieurs autres miliciens Hema-Nord (anciens UPC), Lendu/Kakwa / Lugbara (anciens FNI et APC du général Gakwavu actuellement en prison à Kinshasa). Il (ASIKI) a parlé avec notre source le vendredi 01/06 à partir d’un numéro utilisant le code congolais (+243) ce qui signifie qu’il est avec son chef Bosco probablement au Congo ou à la frontière entre la RD Congo et Rwanda. N

otre source n’a pas voulu demander la position géographique de son interlocuteur Col. Asiki mais elle pense que le groupe de Bosco doit se retrouver dans la forêt du parc Virunga surplombant la localité de Rumangabo en dessous des chaines volcaniques qui constituent la frontière naturelle entre la RD Congo et le Rwanda. Pour prouver que Bosco est bien en RD Congo et non hospitalisé au Rwanda comme disent ses détracteurs (dira ASIKI), ce dernier a remis son téléphone à Bosco qui se connait bien avec notre source pour avoir été ensemble dans la même rébellion à Bunia vers les années 200à-2001 : notre source était le responsable des renseignements dans le RCD-KML de Mbusa Nyamwisi quand Bosco Ntaganda était un simple officier de la branche armée de ce mouvement dont le QG était basée à Bunia à cette époque.

Lors de l’entretien entre Bosco et notre source, celle-ci a remarqué que son interlocuteur était calme, confiant et déterminé à poursuivre le combat. Voici en résumé l’entretien avec Bosco Ntaganda :

q. Que poursuivez-vous en déclenchant une nouvelle guerre ?
- Les gars (soldats) qui sont avec moi et avec Makenga sont déterminés à en finir avec le régime Kabila du moins dans la partie Est de notre pays.

q. Mais il semble que vous avez seulement peur d’aller répondre à la CPI ?
- Je suis disposé à aller répondre au mandat de la CPI à condition que Kabila soit également convoqué car je dispose d’éléments suffisant prouvant qu’il est impliqué dans les tueries car étant le commanditaire des évènements en Ituri et dans le Nord-Kivu

q. vous pensez conquérir toute la RDC avec seulement d’anciens CNDP tusi. Ce ne sera pas facile ?
- Je te demande (à notre source) de te rendre urgemment auprès des enfants en Irumu (FPJC) afin de les réorganiser et les conscientiser autour de la nouvelle rébellion que je suis en train de mettre en place et qui devrait comprendre tous les groupes armés à partir du Sud Kivu-Nord Kivu, Grand-Nord et Ituri.

q. Entre temps les FARDC vous malmènent en vous laisseront pas le temps de vous organiser ?
- L’offensive menée actuellement par les Fardc n’a aucun sens et cela me fait rire quand le régime de Kinshasa estime que la fin des mutins M23 est très proche. Non seulement les Fardc n’ont aucune chance de gagner cette guerre mais ils risquent d’être dépassés par l’ampleur des opérations que nous sommes entrain de préparer et qui seront menées au même moment dans plusieurs régions de l’Est de notre pays. C’est ainsi que nous demandons à tous les ressortissants des autres provinces de l’Ouest, de quitter rapidement l’Est afin que nous puissions finaliser notre projet d’autonomie de l’Est du pays.

q. Pensez-vous que les milices connues pour leur hostilité au tutsi qui peuplent la région du Kivu vous laisseront faire ?
- Les milices à la solde de Kabila alliés aux génocidaires Fdlr sont en train de massacrer nos populations civiles à Kishanga. J’ai ordonné aux familles encore présentes dans la localité de Kitchanga de déguerpir car bientôt mes troupes vont réoccuper cette localité qui a toujours été notre QG.

q. Que dites-vous concernant les revendications des M23 (faisant allusion à celles du CNDP allié de Kigali) et qui ont mis mal à l’aise les autres groupes armés non rwandophones ?
- Il fallait trouver un alibi pour expliquer la fuite des soldats rwandophones des camps militaires du Nord-Kivu. Mais la situation devrait être rectifiée prochainement par une déclaration officielle émanant de l’alliance de plusieurs groupes armés de l’Est de la RD Congo et énumérant de nouvelles revendications exigées au régime de Kabila afin qu’il y ait une paix durable dans cette partie du pays.

Au cours de cet entretien téléphonique avec le Col. ASIKI et Bosco Ntaganda, notre source n’avait pas entendu le crépitement des armes et aucune émotion dans les voix de ses interlocuteurs. Ce qui laisse penser que Bosco et son groupe doivent être dans un endroit sécurisé autre que les positions tenues par les M23 dans la forteresse Mbuzi-Chanzu-Runyonyi qui connait actuellement les bombardements des Fardc. Les positions de Makenga et Bosco doivent être le long des mêmes volcans mais à une distance de 50 km allant du Nord vers le Sud Est de la frontière rwando congolaise.

[Le Millenaire]

Réplique de média de la Majorité présidentielle (MP)

LA PREFIGURATION DE LA FIN NTAGANDA : DIVERSION MEDIATIQUE ET GUERRE PSYCHOLOGIQUE AU MENU DE SES STRATEGIES DU DESESPOIR

Depuis un certain temps, toutes les informations diffusées par la presse tant nationale qu’internationale font état des prouesses des FARDC dans les offensives et contre-offensives lancées contre les mutins du M23. De plus en plus vaincu malgré le soutien évident du Rwanda, tout signe avant-coureur de sa fin tragique ou de sa détention à la CPI ne font plus l’ombre d’un doute aux yeux d’un bon nombre d’observateurs assidus des péripéties de la guerre inutile des mutins du M23. Leur base arrière rwandaise trahie et éclaboussée par les récentes révélations sur son appui éprouvant maintenant des difficultés pour leur porter secours de crainte de subir la rigueur de la justice internationale. Un tableau ténébreux qui montre un Ntaganda battant de l’aile et qui, agité par l’énergie du désespoir et balloté par différents soubresauts qui oppressent sa conscience, n’a trouvé mieux que de se prêter à la diversion médiatique et à une guerre psychologique perdue d’avance.

En effet, sur le net circule une interview pour le moins intrigante et absurde où une source anonyme fait parler un Ntaganda plus roublard que jamais avec des évocations qui plongent de plein fouet dans les méthodes basées sur les impostures, les manipulations et les intimidations utilisées au Congo par une certaine classe politique. Si le Colonel Asiki de la tribu Kakwa de la région d’Aru est un ancien FNI qui a rejoint en 2010 le groupe de Bosco avec plusieurs autres miliciens Hema-Nord(anciens UPC, Lendu/ Kakwa/Lugwara( anciens FNI et APC du Général Gakwavu qui est actuellement en prison à Kisansha, ne doit-on pas là prendre garde à son état psychologique perturbé qui, au nom de la haine et de la vengeance aveugle, s’abandonne à n’importe quelle action ou déclaration pourvu qu’il fasse mal au pouvoir kinois qui a détenu leur général ?

Dans un entretien pour lequel le colonel Asiki a prêté son téléphone à Ntaganda, celui-ci se dit disposé à aller à la CPI à condition que Kabila soit également convoqué car, a-t-il dit, il dispose d’éléments suffisants prouvant son implication dans les tueries lors des évènements en Ituri et dans le Nord-Kivu. Si la CPI avait reçu une quelconque plainte régulière contre Kabila, cela ne resterait pas un mystère. L’on voudra bien savoir du reste s’il n’est pas là que dans la logique d’affirmations gratuites pour plaire et faire les yeux doux à une certaine opinion politique en RDC qui s’acharne sur Joseph Kabila.

Coupé de sa base arrière et n’ayant pas une armée déjà regroupée, comment Ntaganda peut-il prétendre conquérir les territoires du nord de la RDC ainsi que l’Ituri, les Nord et Sud-Kivu d’où il espère armer tous les groupes armés qui s’y trouvent ? Les FARDC le laisseront-elles faire comme dans un scénario du cinéma ? En plus, là où son effort intellectuel pour ne pas prêter au doute sur son désarroi se fait plus sentir, il ose minimiser verbalement les adversités énormes que lui font subir les attaques fulgurantes des FARDC. Tout en avouant, tout de go, qu’il était en train de préparer des contre-offensives qui seraient menées simultanément dans plusieurs régions de l’est pour que lui et les siens finalisent leur projet d’autonomie de l’est du pays.

Une cause très aux antipodes de la volonté communautaire en RDC et qui, selon la Constitution congolaise, est taxé d’un crime imprescriptible. Un monsieur comme lui, qu’a-t-il de bon a faire valoir en RDC ? Se laissant aller à un embrouillamini de thèmes et sans maîtrise de l’évolution de l’Etat congolais où l’heure est au travail en vue de l’émergence de la RDC une et unie, il hasarde l’affirmation que les milices imaginaires de Kabila seraient alliés aux génocidaires FDLR.

L’opinion se souviendra que la RDC avaient même autorisé, sur base d’accords pour la neutralisation des forces négatives lors de la guerre du CNDP, à l’occasion d’opérations conjointes, à l’armée rwandaise d’entrer dans ses murs pour la traque de ces FDLR. Qui dès lors se risque à des affirmations mensongères et non fondées ?

En voulant nuire, Ntaganda finalement se lèse en affirmant qu’au-début de sa mutinerie, « Il fallait trouver un alibi pour expliquer la fuite des soldats rwandophones des camps militaires du Nord-Kivu ». Ce qui laisse comprendre qu’il se sert d’alibis sur toute la ligne de ses actions, des alibis qu’il produit selon les besoins de ses visées de balkanisation de la RDC et du blocage de tout fait de progrès ou de stabilité en RDC. L’atteste aussi sa déclaration d’après laquelle « la situation devrait être rectifiée prochainement par une déclaration officielle émanant de plusieurs groupes armés de l’est de la RD Congo énumérant de nouvelles révendications exigées au régime de Kabila afin qu’il y ait paix durable dans cette partie du pays ».

Un aveu d’impuissance face à leurs velléités séparatistes qui seront toujours vouées à l’échec. Méthode pure et simple du diable qui ne veut pas mourir seul et qui veut entraîner des innocents avec lui, plutôt que de se résigner devant le sort auquel le conduisent ses actions inhumaines antérieures. La CPI l’a notifié, il doit y être livré par Kinshasa pour être entendu sur tous les griefs à sa charge. Son ménage ne réussira pas car tout est mis en place pour contenir ses folies de désespéré rattrapé par sa furie meurtrière et martiale.

[Samy BOSONGO/Congovirtuel]

Source:Kongo Times

 


3 commentaires

  1. umubyeyi dit :

    rwose ibyi ntambara birimo urujijo, amaherezo congo uzasanga ibifitemo uruhare tubitege amaso

  2. Muba dit :

    Mudushyiriye iyi nkuru mu kinyarwanda byaba byiza kugira ngo abantu bose bamenye ukuri kubibera hakurya y’amazi, nako mukarere k’ibiyaga bigari kuko ubu abenshi basigaye bumva icyongereza cyangwa ikinyarwanda kurusha uko bumva igifaransa kubera amateka. Mugerageze rero mutwoherereze version y’iyi nkuru mu rurimi gakondo nk’uko mwabigenje kuri iyi nkuru ya Rudasingwa na Uwibajije mukora translation. Murakoze.

  3. Muba dit :

    Mudushyiriye iyi nkuru mu kinyarwanda byaba byiza kugira ngo abantu bose bamenye ukuri kubibera hakurya y’amazi, nako mukarere k’ibiyaga bigari kuko ubu abenshi basigaye bumva icyongereza cyangwa ikinyarwanda kurusha uko bumva igifaransa kubera amateka. Mugerageze rero mutwoherereze version y »iyi nkuru mu rurimi gakondo.

Répondre

archivesallahalwatanalmalik |
pk2012legislatives |
rectificador |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | thevoiceofpresidentielles
| legislative2012
| cournonpartisocialiste