Archive pour février, 2012

IMPAMVU BWANA FAUSTIN TWAGIRAMUNGU YAGOMBYE GUSABA IMBABAZI!

IMPAMVU BWANA FAUSTIN TWAGIRAMUNGU YAGOMBYE GUSABA IMBABAZI! Faustin-Twagiramungu2-300x218

Twagiramungu Faustin

 

 

Nyuma yo kumva ikiganiro uwitwa Haguma Marcel yagiranye na Radio Ijwi rya Rubanda ndetse n’uko Bwana Faustin Twagiramungu yusubije amagambo ya Marcel Haguma avuga ko adashobora gusaba imbabazi mu gihe nawe abamwiciye bataramusaba imbabazi, nahisemo kwandikira urubuga rwandarwiza.unblog.fr, kugira ngo nanjye ntange igitekerezo cyanjye.

Koko Bwana Faustin Twagiramungu agomba gusaba imbabazi abanyarwanda ndetse abo mu bwoko bw’abahutu by’umwihariko.

Kuba Faustin Twagiramungu yarapfushije umuryango we ndetse n’inshuti muri 1994, ntabwo bimukuraho uruhare (responsabilité) mu rupfu no mu buzima bubi bw’abanyarwanda batabarika. Kuko siwe munyarwanda wenyine wapfushije ngo asigare ari nyakamwe. Ntabwo aha mvuze ko ari Bwana Twagiramungu wishe abo bantu cyangwa ngo abagirire nabi ariko imyitwarire y’uwo mugabo niyo yatumye abo batu bapfa cyangwa bakagirirwa nabi kugeza ubu.

Bwana Twagiramungu ati nanjye bazansabe imbabazi. Ese azazisabwa nande? Ndahamya ko wenda atunga agatoki abari muri MRNDD n’andi mashyaka ya Power yari afatanije nayo, abo bo wenda ibyabo sinabitindaho kuko nk’uko Bwana Twagiramungu yabivuze iyo bamufata muri Mata 1994 baba baramugize nk’uko bagize Madame Agatha Uwiringiyimana n’abandi banyapolitiki bari mu mashyaka yari ku ruhande rwa FPR (Nkeka kandi ndashidikanya ko impfu rw’aba banyapolitiki ari FPR yazungukiyemo cyane kuko iyo baba batarapfuye, ubu nabo baba barahunze nka bagenzi babo Twagiramungu, Rwigema, Gasana, Nkuriyingoma n’abandi bakoranye na FPR nyuma bagahunga).

Abo Bwana Faustin Twagiramungu agomba gusaba imbabazi:

-Abanyarwanda bose muri rusange bamwizeye bakamukurikira muri politiki ye ngo yo mu rwego rwo hejuru. -Aha navuga abo yashoye mu bikorwa by’urugomo hagati ya 1991-1994 ngo barahima Perezida Habyalimana. Ibikorwa by’uyu mugabo byatumye ingabo zari iza Leta zicika intege bigatuma FPR yinjira, kuko byaragaragaye ko Bwana Faustin Twagiraungu n’abo bari bafatanije barwanyije ubutegetsi bwa Perezida Habyalimana gusa nta n’umwe wigeze ugira icyo avuga ku bwicanyi bwa FPR ahubwo birirwaga bashinyagurira abavanywe mu byabo n’intambara ngo bahunze iki? (Aha nabaza Bwana Twagiramungu niba kugeza ubu ataramenya icyo abo baturage b’abanyabyumba na Ruhengeri bari barahunze?)

-Abitwaga amajyojyi yasigaranye nabo mugihe ikindi gice kinini cya MDR cyari kiyobowe na Froduald Karamira cyajyaga ku ruhande rwa Habyalimana. Abo bantu barishwe cyane muri 1994 kubera kuregwa gukorana na FPR, abo imihoro y’interahamwe n’udufuni twa FPR byasize, nibo bahise bahitira mu ma gereza baregwa genocide, s’ibyo gusa kuko abarokotse bo mu majyojyi ubu nibo baregwa muri gacaca, abandi ingengabitekerezo. Kubera ngo ko Bwana Twagiramungu yabeshywe na FPR nawe akababeshya!

RTEmagicC_Twagiramungu_02.jpg

Twagiramungu ari kumwe na Kanyarengwe

-Abanyarwanda bari bafite ubushobozi bwo guhunga mu 1994, bagumye mu Rwanda cyangwa bagera nuri Congo baragaruka bizeye ko kubera ko Bwana Twagiramungu yari Ministre w’intebe azabarwanaho ntibahohoterwe. Ndababwira ko ntacyo yabamariye abapfuye barapfuye kugeza n’i Kibeho.  Kubera ko ngo FPR yabeshye Bwana Twagiramungu nawe akababeshya!

Abo bantu bose yari yaragaruye mu Rwanda, cyangwa batahunze kubera we yaranyonyombye muri 1995 aba arigendeye atabasezeye cyangwa ngo ababurire nabo bahunge (Ubu wenda Lt Col Cyiza n’abandi baba bakiriho). Nta gushidikanya ko Bwana Twagiramungu ari muri bamwe batumye Leta ya FPR yizerwa n’amahanga, ibibi iyo Leta yakoraga n’ubu igikora bikirengagizwa.

Ntabwo yashizwe mu 2003 aba aragarutse, nk’umunyapolitiki w’inararibonye yabonaga ko mitingi ze hazagamo abantu mbarwa, abenshi babaga ari abademayi (DMI) cyangwa IBINGIRA na KAYONGA rimwe na rimwe baje gutera ubwoba. Yagombye kuba yarabirebeyeho akagira inama abamushyigikiye bakicecekera nawe akitahira mu bubirigi aho kubasiga mu menyo ya rubamba ngo anyonyombe nawe yigendere. Ese ubundi ko ngo yiyamamazaga ku giti cye iyo atsinda yari gutegekana na nde?

Naraniza mvuga ko Bwana Twagiramungu akenewe muri politiki kuko ni inararibonye, ariko agahindura imikorere  ntakajye ashora abantu ngo nabona rukomeye anyonyombe yigendere. Arakenewe nk’umujyanama w’abafite amaraso mashya, agasaba imbabazi, akagira inama abato muri politiki bakirinda imitego nk’iyo nawe yagiye agawamo. Kuko we izina rye ryamaze kwangirika nta munyarwanda mpamya ko yatiyuka kumwizera.

Murakoze

 

Manirakiza Albert

Gasabo

NB: iki ni igitekerezo cy’uwatwandikiye si igitekerezo cy’ubwanditsi  bwa rwandarwiza.unblog.fr

Ntabwo nzasaba imbabazi: Twagiramungu Faustin


Ntabwo nzasaba imbabazi: Twagiramungu Faustin Faustin-Twagiramungu2-300x218
Twagiramungu Faustin

Icyitonderwa: Numara gusoma iyi nkuru wumve n’ikiganiro cya F.twagiramungu, Perezida wa RDI Rwanda Rwiza, hasi kuri Youtube !

http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=pBKExPbG0bU#!


Ishyaka RDI Rwanda Rwiza ryiteguye kwinjira mu kibuga.

 Nyuma y’itangazo ryashyizwe ahagaragara n’Umunyamabanga mukuru mushya wa RDI RWANDA RWIZA, bwana MBONIMPA Jean Marie, taliki ya 28 Mutarama 2012, ndibwira ko igihe kigeze cyo kwitegereza neza iri shyaka, tugapima ingufu zaryo n’intege nke zaryo .

1.HASHYIZWEHO INZEGO Z’UBUYOBOZI

Ubundi nanjye nari nsigaye nibwira ko RDI ari ishyaka baringa rigizwe na Faustin Twagiramungu wenyine ! Ubanza atari ko bimeze. Mu bayobozi 6 b’iryo shyaka batangajwe amazina, bose ni abantu bakiri bato kandi bazwiho ubushobozi bujyanye no kujijuka. Twavuga nka JM Mbonimpa wabaye Ministre w’uburezi mu Rwanda, Evode Uwizeyimana w’umunyamategeko, Ismael Mbonigaba, Alain Patric Ndengera… ni abasore bafite ubushake bwo gukora, babishatse bagira icyo bageraho.

Ikindi kandi ngo abatowe bose ntibatangajwe amazina, niyo mpamvu itangazo rikoresha imvugo ngo “Bamwe mu batowe”… Twegereye Perezida w’iri shyaka  adusobanuririra icyo iyo mvugo ishatse kuvuga . Yadushubije mu ngingo ebyiri :

(1) »Si byiza ko umuntu ashyira amaturufu ye yose ku mugaragaro icyarimwe »: ngo RDI yaba ifite mu buyobozi bwayo abandi bantu bakeneye  gukorera kure y’amaso y’ibitangazamakuru kugira ngo barusheho gushishikarira umurimo no kwera imbuto, mu mutuzo.

(2) Ingingo ya kabiri ngo ni uko mu buyobozi bwa RDI harimo n’abantu bakorera mu Rwanda imbere. Ngo si byiza ko amazina yabo yahita atangazwa muri iki gihe kubera umutekano wabo. Nta we utabyumva!

2. GAHUNDA Y’IBIKORWA

RDI iratangaza ko nyuma yo gushyiraho inzego zayo, ibikorwa byihutirwa kurusha ibindi iteganya muri uyu mwaka wa 2012 ari 2:

(1)   Gukwirakwiza amatsinda yayo yitwa CLUBS-RDI mu Rwanda no hirya no hino mu bihugu birimo Abanyarwanda.

Iki gitekerezo cyo kubakira ishyaka kuri Clubs ni igitekerezo cy’umwimerere kandi uwabyitegereza neza yasanga koko ariho ingufu z’iri shyaka zizaturuka. Bishatse kuvuga ko iri ishyaka rizashingira ibirindiro ku bitekerezo, ibyifuzo n’ibyemezo biturutse mu baturage ( à la base). Iyi rero ikaba ari inzira nziza cyane yo gutoza Abanyarwanda Demokarasi. Umuntu ahereye aha yavuga ko iri shyaka rizashyira imbere “ kureshya kuri bose (égalité),ubwisanzure (liberté) mu gutanga ibitekerezo no gufata ibyemezo bigamije imibereho myiza y’abaturage”. Kubera iyo miterere umuntu yavuga ko iri shyaka rya RDI Rwanda Rwiza ari de tendance SOCIALISTE.

Ishyaka riteye ritya rije ari nk’igisubizo ku kibazo gikomeye cy’ubusumbane bukabije mu Banyarwanda giterwa n’uko FPR ya Paul Kagame yakomeje gushyira imbere « le CAPITALISME SAUVAGE », ni ukuvuga amatwara yo gukoresha inzego z’ubutegetsi muri gahunda zigamije gufasha ABAKIRE (10% !) gukomeza kwigwizaho umutungo ndetse bakagera ubwo barengwa  no gutererana ABAKENE (90% by’abaturage !); Leta ikanga gufata ibyemezo bibarengera, ahubwo igashyiraho politiki ituma abo baturage barushaho gutindahara kugeza ubwo bicwa n’inzara n’amavunja !

Niba koko ishyaka RDI riteganya guhangana n’iki kibazo cyo kwikubira umutungo w’igihugu ; niba RDI igamije gukuraho impamvu zose zituma ibyiza by’igihugu birundwa mu maboko y’Agatsiko gato kari ku butegetsi, iri shyaka ryazagira abayoboke benshi, muri make nta muturage uzi ibibera mu Rwanda utariyoboka ! Akarangane kajyanye no kwambura rubanda imitungo yabo bwite  ikajya gukungahaza Abaherwe karakabije muri iki gihe kandi kararambiranye !

(2). “Gushyiraho urwego ruhuje imitwe ya politiki irwanya ubutegetsi bw’igitugu bwa Jenerali Paul Kagame, hagamijwe kubusimbuza bidatinze ubutegetsi bushingiye kuri demokarasi isesuye n’iyubahirizwa ry’uburenganzira bw’ikiremwa muntu”.

 Ibi birerekana ko Abayobozi ba RDI bazi neza ko ishyaka rimwe ntacyo ryageraho ritajyanye  n’indi mitwe igize Opozisiyo mu kibuga. Uru rwego rurifuzwa n’Abanyarwanda benshi. Umunsi abatavuga rumwe n’ubutegetsi bwa Kagame bashoboye gushyiraho uru rwego, umukino uzakurikiraho ntaho uzaba uhuriye n’ibyo twabonye kugeza ubu ! Opozisiyo izagira ingufu zitangaje zizashyigura ingoma y’igitugu ndetse zikayihirika burundu. Gusa kugira ngo ibyo bishoboke, indi mitwe ya politiki iriho igomba nayo kwisuganya, buri wose ku giti cyawo, amashyaka yiciyemo ibice akabanza akiyunga…naho ubundi Urwego Mpuzamashyaka rwazagwa mu mutego wo guta igihe kinini muri gahunda yo gukemura amakimbirane, rukabura umwanya wo kurangiza inshingano zarwo ari yo guhangana no kugamburuza ingoma y’igitugu ya Paul Kagame. Muri make, ishyaka rivugwamo amakimbirane rigomba kwangirwa kwinjira muri uru rwego igihe cyose ritarabasha gukemura ibibazo byaryo. 

 3. URWEGO MPUZAMASHYAKA RWAKORA NEZA RUTE ?

Kugira ngo Urwego Mpuzamashyaka  rubeho kandi rukore neza, hari ingingo nyinshi  zigomba kwitabwaho. Ndavugamo 4 gusa :

(1)Kwakira gusa amashyaka ya politiki : aha si ukuvuga ya mashyaka ya politiki akorera kuri interneti gusa ! Ishyaka ryakwakirwa ni irifite nibura inzego z’ubuyobozi zigaragara.

(2)Kwakira amashyirahamwe yiyemerera ko adakora politiki, mbese nka yayandi yiyita ngo « Umuryango » cyangwa « Amashyirahamwe ya société civile », cyangwa andi mazina nk’ayo… mu Rwego Mpuzamashyaka ni ukuvanga ibintu kuko bene izo « organisations » ziba zifitiye inyungu zindi (intérets privés) zidafite aho zihuriye no kurwanira gukuraho ubutegetsi bw’igitugu no gushyiraho ubutegetsi bubereye rubanda mu Rwanda. Niho akavuyo gaturuka, abantu bagahora basubiranamo batazi neza n’icyo bapfa !

(3)Kwinjiza mu rwego Mpuzamashyaka abantu ku giti cyabo, ni ukuvuga abadafite ishyaka rya politiki baturutsemo, nabyo bigomba kwamaganwa kuko bivangira imitwe ya politiki, bigakurura amakimbirane y’urudaca ! Umuntu udashoboye kujya mu ishyaka, n’aho yagira impano ndengakamere zitabarika, ntakwiye kwakirwa ku giti cye muri uru rwego….azarebe ikindi akora kitari politiki !

(4) Amashyaka yiyemeje kwinjira muri urwo rwego, azaruha ubuyobozi bwumvikanyweho kandi agene ibintu by’ingenzi azakorera hamwe, ibisigaye buri shyaka ryirwarize.

(5) Urwego Mpuzamashyaka ntabwo rukwiye kugirwa ishyaka ryihariye , risenya andi mashyaka (« fusion ») cyangwa se ngo riyasimbure ! Buri shyaka rikwiye kugumana umwimerere waryo, ubwigenge bwaryo na porogaramu zaryo z’umwihariko ku buryo ndetse habayeho kutumvikana ku ngingo zikomeye, ishyaka ryava mu rwego mpuzamashyaka rigakora ukwaryo.

Umwanzuro

Ishyaka RDI Rwanda Rwiza ritsinze igitego cya mbere ariko inzira iracyari ndende. Ingufu zaryo ni uko ari ishyaka riyobowe n’abasore bajijutse kandi bafatanyije n’umusaza w’inararibonye muri politiki y’u Rwanda ari we Twagiramungu Faustin. Nta wakwirengagiza ko uyu musaza ubwe ari iturufu rikomeye ! Ikibazo ni ukumenya kurikisha neza kandi mu mwanya ukwiye !

Icyo Abanyarwanda bateze kuri RDI Rwanda rwiza ni uko yafata iya mbere mu guhuza andi mashyaka ya Opozisiyo kandi mu gihe kitarambiranye. Twese duhanze amaso iri shyaka n’abayobozi baryo.

Ndabona biriko biraza, uyu mwaka w’ 2012 , uzabere u Rwanda n’Abanyarwanda bose uw’IMPINDURAMITEGEKERE inogeye RUBANDA.

 

Zelote Mahoro

www.leprophete.fr

Norvège : Un rwandais en passe d’être extradé vers le Rwanda

Charles Bandora, un homme d’affaires rwandais, est sur le point d’être extradé vers le Rwanda sur une décision de la Cour suprême norvégienne.

Norvège : Un rwandais en passe d’être extradé vers le Rwanda Charles-Bandora-300x168

Charles Bandora

Afin d’exprimer leur « indignation »contre cette décision, les amis, les proches de Bandora et des militants des droits de l’Homme organisent une manifestation devant l’ambassade de Norvège à Bruxelles ce samedi 4 février 2012 durant laquelle ils demanderont essentiellement à la Norvège de revoir sa décision ou d’envoyer Charles Bandora « dans un autre pays dans lequel il pourra bénéficier d’une procédure équitable ».

Cette décision fait suite à un mandat d’arrêt lancé par le gouvernement rwandais l’accusant de participation au génocide de 1994 contre les Tutsi dans la région de Bugesera, au Sud-Est du Rwanda.

Joint par Jambonews, Alain Mukuralinda, le porte-parole du parquet rwandais a estimé que cette décision, « qui s’inscrit dans le prolongement des décisions du TPIR, de la Suède et de la Cour Européenne des Droits de l’Homme », était une bonne chose car cela montre que « des pays à gauche à droite se rendent compte que le Rwanda peut tenir des procès équitables ». Il considère que  ceux qui ont commis des crimes doivent de préférence « être jugés à l’endroit où les crimes ont été commis » et subsidiairement, si cela n’était pas possible, dans le pays étranger où la personne est arrêtée car « l’essentiel est que justice soit rendue, et qu’une juridiction condamne  ou acquitte la personne accusée ».

Selon le parquet rwandais, Charles Bandora aurait « incité des groupes d’interahamwe à prendre part au génocide » et  aurait également « participé à sa planification».

Du côté de la famille de Charles Bandora le son de cloche est tout autre,  cette dernière a en effet déclaré à Jambonews que « les accusations portées contre Charles Bandora par un tribunal Gacaca du secteur de Ruhuha ont été montées de toute pièce.» Pour la famille, « On l’accuse d’avoir été impliqué dans le génocide de 1994 en lui attribuant l’influence et les responsabilités dont il ne disposait pas durant ces massacres. En plus, on lui reproche d’avoir pillé les biens de certaines victimes du génocide. Les proches de ces victimes sont derrière deux simulacres de  procès. Il fut innocenté en premier lieu avant d’être condamné en appel (in absentia) par le même tribunal Gacaca. Ces victimes ont donc exigé d’être dédommagés d’où la saisie et la vente de nos biens sis à Ngenda et à Kicukiro. Après ce procès, Kigali s’est trouvé les moyens de le coincer définitivement via Interpol. Ainsi, il fut arrêté en Norvège en juin 2010 où il est incarcéré depuis lors. »

Le système judiciaire Gacaca a été lancé en 2001 « pour répondre à la surcharge d’affaires dans le système judiciaire classique et à une crise carcérale », selon le gouvernement rwandais. Il s’inspire de la traditionnelle  justice populaire rwandaise où les sages choisis dans et par la communauté réglaient les contentieux qui surgissaient dans celle-ci.

Toutefois, malgré certains aspects positifs salués tels que la rapidité des procédures, des organisations de défense des Droits de l’Homme émettent de sérieuses réserves quant à ces juridictions. C’est ainsi que dans un rapport du 31 mai 2011 consacré aux juridictions Gacaca, l’organisation de défense des droits de l’Homme Human Rights Watch a estimé qu’ il existait plusieurs entraves dans le système Gacaca, tels que « des violations fondamentales du droit à un procès équitable et des limitations de la capacité des accusés à se défendre efficacement ; des prises de décision pouvant être biaisées (souvent causées par les liens des juges avec les parties dans une affaire ou par des vues préconçues de ce qui s’est passé pendant le génocide) conduisant à des allégations d’erreurs judiciaires ; des affaires fondées sur ce qui s’est avéré être de  fausses accusations, liées, dans certains cas, au désir du gouvernement de faire taire les critiques (journalistes, militants des droits humains et agents de l’État) ou à des différends entre voisins et même entre membres de famille ; l’intimidation par les juges ou les autorités de témoins à décharge ; les tentatives de corruption visant certains juges pour obtenir le verdict désiré ; ainsi que d’autres graves irrégularités de procédure. »

Ce sont tous ces dysfonctionnements qui inquiètent la famille et les proches de Bandora.

Pour eux,  «la justice rwandaise est très connue pour sa partialité et son incapacité de conduire des procès équitables. Par conséquent, aucun pays européen n’a à ce jour extradé un suspect du génocide vers le Rwanda. Plusieurs cas ont été jugés en Belgique, Royaume-Uni, France, Pays-Bas, Danemark, Finlande et d’autres sont en cours de jugement (en Allemagne par exemple). La Norvège serait donc  le premier pays européen à fermer les yeux sur l’injustice qui règne au Rwanda. » «  C’est pour cela que nous voulons manifester pour protester contre cette injustice. » ont-ils déclaré.

Né en 1956 dans l’ancienne préfecture de Gikongoro, Charles Bandora est un des riches hommes d’affaires de la région de Bugesera. Entre 1991 et 1992, il s’est engagé en politique en tant que président du M.R.N.D. dans la localité de Ngenda.  . Après cette période, il céda cette présidence pour se consacrer à ses activités commerciales qu’il exerçait notamment à Ruhuha (centre commercial de Ngenda) et  à Kicukiro (Kigali-ville).


Jean François Singiza

Source: Jambonews.net

Au Rwanda, le racisme et l’ethnisme sont ancrés dans les mœurs politiques

« Les enfants doivent désobéir à leurs parents prêchant l’ethnisme ». Ces mots viennent de la bouche même du président Paul Kagame lors de la réception clôturant la 9è réunion du dialogue national le 16/12/2011. Ceux qui ne suivent pas l’évolution politique du Rwanda ont accueilli positivement ce discours qui contraste drastiquement avec les habitudes de l’homme fort de Kigali qui, dans ses discours, ne fait que fustiger, souvent avec énervement, ceux qui attaquent la dictature implacable qu’il fait planer sur le Rwanda depuis 1994. Ces propos du président ne sont pas sincères. Comme à l’accoutumée, il a montré qu’il est passé maître dans l’art du double langage et de la dissimulation.

La vérité, qui crève les yeux, est que l’ethnisme, le racisme, sont devenus, au Rwanda, un mode de gouvernement. Selon des observateurs, Paul Kagame lui-même est un ethniste invétéré et il a imprimé ce cachet au parti au pouvoir, le FPR[1]. Pour camoufler ce genre de choses, un système de recruter des Hutu de façade a été mis en place. Après instrumentalisation, ces Hutus sont écartés ou tout est fait pour les pousser à la sortie. Les humiliations et la fragilisation de ceux qui sont encore au service du FPR les amènent à être dociles.

Le politologue Gérard Prunier[2] décrit bien le phénomène de cette déconsidération du Hutu. Tentant, à partir d’entretiens avec bon nombre de ses militants, d’analyser les buts et les raisons d’être du FPR, ainsi que la pensée politique et les stratégies qui y prévalaient, ce chercheur n’hésite pas à affirmer que, « malgré son idéologie ‘progressiste’, le FPR compte parmi ses membres (et encore plus parmi ses sympathisants extérieurs) un nombre considérable de partisans de la suprématie tutsie pour lesquels les Hutus ne sont qu’un ramassis de paysans méprisables et arriérés ». C’est dans cet état d’esprit que le FPR a malgré tout recruté des Hutu, conscient que ceux-ci ne seront que des figurants au sein de son organisation. Les exemples sont là pour le montrer et ils sont nombreux : le président Pasteur Bizimungu a été poussé à la démission et mis en prison comme un vulgaire brigand ; les premiers ministres Faustin Twagiramungu et PC Rwigema ont été contredits au moins une fois publiquement par le président Kagame et ont fini par s’exiler ; Bernard Makuza a été docile pour ne pas subir le même sort ; Pierre Damien Habumuremyi, nouvellement désigné, a commencé à tenir des propos qui ne collent pas à la réalité. On dirait qu’ils lui sont suggérés pour le ridiculiser. Les généraux Léonidas Rusatira et Emmanuel Habyarimana n’ont pas moins subi des humiliations publiques, sans parler des ministres nombreux en exil.

Ce comportement dédaigneux décrit par Prunier a été, sans conteste, inculqué aux enfants par leurs parents en exil. L’endoctrinement subi à longueur d’années pourrait expliquer d’une part le choix de la guerre lancée en octobre 1990 avec toutes ses conséquences alors que le Rwanda était en pourparlers pour résoudre, il est vrai tardivement, la question des réfugiés tutsi. Il explique d’autre part le sort criminel réservé à la population hutu des zones conquises par le FPR. Ceux qui n’étaient pas tués étaient réduits à l’esclavage. Mohamed Mamdani[3] signale que depuis le début de la guerre, le FPR a déporté des centaines, voire des milliers de gens du Rwanda vers l’Ouganda pour créer des zones libres de peuplement ; qu’il a pillé leurs biens ; qu’il leur a imposé des travaux forcés, etc.

Kagame, au pouvoir, n’a-t-il pas dit un jour dans son discours que ce qu’il lui fait mal, c’est qu’il n’a pas pu exterminer tous les Hutu qui lui ont échappé et sont allés se réfugier en RDC.

Pour revenir au racisme chez les enfants rwandais, un autre exemple nous vient également de l’ex-président Pasteur Bizimungu. Alors que sa femme et celle de Kagame s’étaient associées pour fonder une école des enfants de la bourgeoisie, les siens n’ont pas été bien accueillis. D’autres enfants les huaient à longueur de journée en les traitant d’ibipinga (sobriquet insultant donné à tout Hutu). Ce harcèlement psychologique a poussé notre ex-président à les retirer momentanément et à trouver un enseignant qui leur dispensait des leçons à domicile. Des observateurs pensent que l’attitude de ces enfants envers d’autres enfants, ne peut qu’être le reflet d’un endoctrinement opéré par les parents sur leur progéniture.

Le cas d’un autre hutu, Jean Pierre Bizimana, peut illustrer ce racisme des membres du FPR originel. Nommé secrétaire d’Etat à l’Enseignement supérieur après avoir été ministre de l’information, Bizimana, était, à ce nouveau poste, sous les ordres du tout puissant colonel Joseph Karemera, ministre de l’Education. Ayant émis des observations non conformes à la volonté de son ministre, celui-ci le gifla publiquement devant ses collaborateurs. L’incident fut banalisé dans les hautes sphères du FPR et, pour consoler Bizimana, il fut nommé ambassadeur en Egypte puis aux Pays Bas. Delà, il a démissionné et a demandé asile en Irlande. D’autres diplomates ont subi le même sort : Christophe Mfizi a démissionné de son poste de plénipotentiaire à Paris et a demandé asile politique en France. Dans sa lettre de démission du 18/9/1996, il évoque entre autres la tentative de bipolarisation de l’Ambassade par le biais du premier Conseiller, un certain Modeste Rutabayiro. Anastase Gasana a subi le même sort et en janvier 2003, il a jeté l’éponge et demandé asile aux USA, son pays d’accréditation.

Faustin Ntezilyayo, alors ministre de la justice, a été attaqué par la presse pro-régime suite à une lettre écrite le 31 mars 1997 enjoignant au Procureur de Gitarama de faire libérer provisoirement deux personnes arrêtées arbitrairement et détenues dans les cachots des communes Mugina et Rutobwe sans aucun dossier. Il demandait de procéder d’abord aux enquêtes nécessaires au sujet de ces deux cas. Le procureur de la République, Paul Mugemangango, lui répondit par un refus dans sa lettre du 04/04/1997. Ces incidents, ajoutés à d’autres dans lesquels le tout puissant ministre à la présidence, Patrick Mazimpaka, lui déniait tout droit de muter le personnel pourtant dans l’intérêt du service, poussèrent le ministre Ntezilyayo à s’exiler momentanément au Canada.

L’ethnisme du FPR est on ne peut plus viscéral. Même les cadavres des Hutu n’ont pas droit à l’inhumation. Le Parlement n’a-t-il pas refusé que les corps des évêques assassinés à Kabgayi (Gitarama) en juin 1994 par l’armée du FPR soient enterrés dans la dignité. D’autres nombreux cadavres de Hutu n’ont pas eu ce privilège.

Si aujourd’hui au Rwanda le racisme est ancré dans la jeunesse comme l’a déploré le président Kagame, la faute est aux politiciens. Qui ne se souvient pas qu’en octobre 2004, pour barrer la route aux étudiants hutu, le ministère  de l’Education nationale, Romain Murenzi a publié, à la Radio nationale et dans les  journaux de l’Etat, une liste de directeurs d’écoles, de professeurs et d’élèves accusés de nourrir l’idéologie génocidaire dans les écoles secondaires du pays. Ils furent emprisonnés ou renvoyés sans autre forme de procès.

Le FPR ne s’arrêta pas. Une commission parlementaire fut mise sur pied pour justifier cette stigmatisation des élèves hutu. Dans son rapport publié en janvier 2008, la commission signale que sur 637 écoles secondaires, 84 étaient gagnées par l’idéologie génocidaire. Suite à ce rapport, une coupe sombre fut encore opérée parmi les étudiants et les professeurs hutu.

La liste des signes montrant que la ségrégation ethnique est d’application d’une façon systémique dans tous les secteurs de la vie nationale peut être allongée[4]. Il y a, par exemple, des lois faites pour les Hutu comme celles ayant trait l’idéologie génocidaire ou au divisionnisme, des tribunaux pour Hutu (Gacaca), des politiques criminelles de vasectomie forcée, la destruction des huttes de pauvres paysans sans autre alternative, la discrimination dans les aides accordées aux veuves et aux orphelins (les victimes du FPR n’ont pas droit à cette aide),…

Si le racisme et l’ethnisme viennent d’en haut, s’ils sont érigés en mode de gouvernement, comment voulez-vous que les enfants adoptent un comportement différent de celui de leurs parents ?

Ghislain Mikeno, le 21/12/2011

Source: http://www.musabyimana.net

 

[1] C’est l’idée de Gilbert Ngijol, assistant du représentant spécial du Secrétaire général de l’ONU au Rwanda en 1994. Il est d’avis que ce mouvement, d’essence tutsi, se voulait au départ multiethnique. C’était l’idée de feu-Fred Rwigema. Le cachet de l’ethnisme lui aurait été imprimé par Paul Kagame qui le voulait mono-ethnique. (Gilbert Ngijol,Autopsie des génocides rwandais, burundais, et l’ONU, Paris, Dakar, Présence africaine, 1998, p. 51.

[2] Gérard Prunier, Rwanda, 1959-1996: histoire d’un génocide, Dagorno, 1997, p. 187.

[3] « forcibly moved hundreds, perhaps thousands, of people from Rwanda to Uganda in order to create free-fire zones » ; « pillaged and destroyed their properties » ; « recruited boys and men against their will to serve the RPF as porters and cattle herders ». (Mohamed Mamdani, When victims become killers. Colonialism, Nativism, and the Genocide in Rwanda, Princeton-New Jersey, Princeton University Press, 2000, p. 188).

[4] Voir : Gaspard Musabyimana, La vraie nature du FPR. D’Ouganda en Rwanda, Paris, Editions L’Harmattan, 2003, pp.143-162.

 

 

UMUBITSI W’ISHYAKA PS IMBERAKURI YABURIWE IRENGERO

UMUBITSI W'ISHYAKA PS IMBERAKURI YABURIWE IRENGERO LA-FEUILLE-DE-ROUTE-DU-PARTI-SOCIAL-IMBERAKURI

ITANGAZO RYIHUSE RIGENEWE ABANYAMAKURU N° 02/P.S.IMB/012

 Kuva kuwa Kabiri nimugoroba, umubitsi w’ishyaka PS IMBERAKURI yaburiwe irengero. Ubuyobozi bw’ishyaka bukaba butabariza ku buryo bwihuse umubitsi waryo Mlle MUKARUREMA Marie Chantal umaze iminsi itatu atagaragara.

Izimira rya MUKARUREMA Marie Chantal rije rikurikiwe n’iterabwoba yashyizweho ubwo abahagarariye abanyeshuri mu ishuri rikuru ry’uburezi rya Kigali (KIE) bamuteraga aho asanzwe aba maze baramwibasira bamusaba kuva mu ishyaka abereye umubitsi ko n’atabikora ngo bizamuviramo ingaruka mbi.

Ibyo ntibyarangiriye aho kuko aba bayobozi tuvuze haruguru bamugenzaga umunsi kuwundi ndetse baje no kwigambako bamushyizeho ingenza ubwo abarwanashyaka twari twitabiriye urubanza rw’Umuyobozi w’ishyaka Me Bernard NTAGANDA kuwa 16 Mutarama 2012. Aha twakwibutsa ko dusohotse mu rubanza telefoni igendanwa y’umubitsi w’ishyaka yabuze. Ntagushidikanya ko ubuyobozi bw’abanyeshuri bwa KIE buzi neza irengero rye nubwo bashyize ibiti mu matwi.

Ishyaka ry’Imberakuri riributsa ko atari ubwambere abo banyeshuri bibasira abarwanashyaka b’ishyaka PS Imberakuri kuko umwaka ushize bashinje MATUJE  Afrodis ingengabitekerezo afungwa  azira gusa kuba yaragaragaye ko ari umurwanashyaka w’imena w’ishyaka ritavuga rumwe na leta ya FPR n’abasangirangendo bayo.

Ishyaka PS Imberakuri ritewe impungenge cyane n’ubuzima bw’umubitsi w’ishyaka cyane ko inzego z’ubutasi za FPR zikomeje kwikoma abayobozi b’ishyaka, tukaba dusaba rero inzego zibishinzwe kugaragaza aho umubitsi w’ishyaka aherereye ndetse nuwo bari kumwe kuva yanyerezwa.

 

Bikorewe i Kigali kuwa  03 Gashyantare 2012

 

BAKUNZIBAKE Alexis (sé)

Visi Prezida wa mbere w’ishyaka PS IMBERAKURI.

 

 

 

La liberté d’opinion et de presse, cible privilégiée du dictateur de Kigali: RDI-RWANDA RWIZA

RWANDAN DREAM INITIATIVE
INITIATIVE DU RÊVE RWANDAIS
UMUGAMBI RWANDA RWIZA
 
 
Communiqué
 
La liberté d’opinion et de presse, cible privilégiée du dictateur de Kigali
Deux femmes journalistes croupissent en prison depuis juillet 2010 et attendent la décision de la Cour suprême du Rwanda qui doit sceller définitivement leur sort le 17 février courant.  Agnès Uwimana Nkusi et Saidat Mukakibibi, respectivement directrice et journaliste au bimensuel privé Umurabyo, ont été condamnées à 17 et sept ans de prison pour « menace à la sureté de l’État, idéologie du génocide, divisionnisme et atteinte à la personne du chef de l’État ».
L’Initiative du Rêve Rwandais (RDI Rwanda Rwiza) dénonce la stratégie d’intenter des procès contre les rares journalistes indépendants dans le but de museler la presse. La RDI Rwanda Rwiza s’inquiète profondément des lourdes peines prononcées contre les délits de presse facilement interprétés par le régime de Kigali comme négation du génocide.
La RDI Rwanda Rwiza en appelle au bon sens du président Paul Kagame et du Front patriotique rwandais (FPR) qui doivent céder à la revendication publique à l’égard de l’épanouissement individuel et la liberté d’exprimer ses opinions.
La RDI Rwanda Rwiza condamne fermement l’attitude désuète du régime rwandais de recourir toujours à l’intimidation, à l’emprisonnement voire à l’assassinat de journalistes indépendants, des activistes de droits humains ainsi que de politiciens.
La RDI Rwanda Rwiza demande, enfin, aux autorités rwandaises de considérer le caractère arbitraire de la détention des deux journalistes d’Umurabyo et de les mettre en liberté.
Fait à Québec le 1er février 2012
Contact :
Ismaïl Mbonigaba
Commissaire à l’Information et aux Communications
Téléphone : 418 655 4970
Mpore!

 

MINISTRE MUSHIKIWABO AKABIJE GUSEBYA ABANYARWANDA

MINISTRE MUSHIKIWABO AKABIJE GUSEBYA ABANYARWANDA mushikiwabo-300x200

Mushikiwabo nawe ibyo abamo byaramuyobeye!

Mu magambo uwo mu Ministre yavugiye Addis Abeba muri Ethiopia mu muhango wo gusoza Inama y’abakuru b’ibihugu bigize Ubumwe bw’Afrika, yavuze ko u Rwanda rutigeze ruhindura aho ruhagaze ku kibazo cya Libiya. Uwo mudamu mu izina rya Shebuja Perezida Kagame yavuze ko ngo u Rwanda rwashyigikiye abaturage ba Libiya igihe bari bahanganye n’ubutegetsi bw’igitugu bwa Kadhafi.

U Rwanda ngo rwagiye ku ruhande rw’abaturage ba Libiya kuko ngo mu ntambara yabo bari bahanganye n’umuntu umwe, u Rwanda ngo rwabonaga ko ntawe wari ukizeye Kadhafi kubera ibibi yakoreraga abaturage be, aho ngo niho u Rwanda rwari ruhagaze ni naho ruhagaze ubu. Akomeza yemeza ko ngo Kadhafi yakoresheje umutungo w’abaturage ba Libiya mu nyungu ze bwite!

Nyuma yo kumva aya magambo yuzuye ubugwari y’uyu mudamu ngo yari yatumwe na Shebuja Kagame, twibajije byinshi.

-Mu muco nyarwanda iyo ufite inshuti cyangwa umugiraneza wagufashije, umwitura ineza yakugiriye, ahubwo byaba ngombwa ukamutabara mu byago yaba arimo. Leta ya Kagame rero yo yahisemo guhemuka yibagirwa ineza Kadhafi yagiriye abanyarwanda, aho kujya ku ruhande rw’abashyigikiye Kadhafi cyangwa bakifata, u Rwanda rwari mu ba mbere mu gushyigikira ba rugigana (abazungu) mu kurasa Libiya.

Kadhafi yafashije u Rwanda cyane natanga urugero:

-Umusigiti witiriwe Kadhafi i Nyamirambo ndetse n’ishuri ryaho

-Umuhanda uva kuri uwo Musigiti kugera Nyabugogo

-Hotel yahoze yitwa Merdien nayo iriya nzu ni ishoramali rya Libiya

-Abanyeshuri benshi b’abanyarwanda bagiye kwiga muri Libiya

-Amapingu Kagame yirirwa afungisha abanyarwanda amenshi yavuye kwa Kadhafi!

-N’ibindi bikorwa byinshi by’ishoramari biri mu Rwanda..

Kandi si mu Rwanda gusa kuko nta gihugu na kimwe cya Afrika utasangamo igikorwa cya Kadhafi.

Kadhafi niwe washyize ingufu mu ishingwa ry’ubumwe bwa Afrika igihe uwo muryango wasimburaga OUA, yifuzaga ko Afrika yakwigenga nyabyo ikazagera aho iba nk’ibihugu byiyunze by’uburayi(Union Européenne/European Union).

397295_219876041439178_100002503517292_455387_18862981_n-300x298

Perezida Paul Kagame yagiye gusabiriza muri Libiya

Ntiduhakanye ko Kadhafi hari ibibi yaba yarakoze, ariko yashyize imbere abaturage be n’abanyafurika muri rusange mu byo yakoraga byose.

Kuba ari u Rwanda rwafashe iya mbere mu kumurwanya no gushyigikira abamurwanyaga ni ibintu biteye isoni. Duhereye kubyo twavuze haruguru Kadhafi yakoreye u Rwanda, abategetsi ba Libiya bashya u Rwanda rubona bazarumarira iki? Rubona bazagira umutima ufasha nk’uwa Kadhafi?

Perezida Kagame akunze kuvuga ngo twihe agaciro, ariko hariya nta gaciro u Rwanda rwihesheje ahubwo rwarahemutse! Perezida Kagame yirirwa atuka abazungu ngo nibo bica ibintu byose, ngo baradukandamiza, ngo bashaka kudutegeka ibyo dukora. Ariko aha yagaragaje ko ibyo avuga aba ari ikinamico, ahubwo niwe MUGARAGU wabo wa mbere! Hariya iyo u Rwanda ruryumaho rukibuka ineza Kadhafi yarugiriye, rukifata cyangwa cyaba ngombwa rukavuga ko rutabishyigikiye byari kurutwara iki? Ntabwo amahanga yari akeneye uruhushya rw’u Rwanda ngo atere Libiya.

Ngo bazizaga Kadhafi ngo gukoresha amafaranga y’abayalibiya iko yishakiye mu nyungu ze! None se we ko byibura yibukaga abaturage be, ubuzima bariho mu gihe cye bazongera kububamo? Iyaba ibyo gukoresha umutungo w’abaturage mu nyungu z’umuyobozi uriho, byari bivuzwe n’undi bitavuzwe na Perezida Kagame we usahura u Rwanda ntagire icyo asigira abo ashinzwe kuyobora kandi u Rwanda rukennye rutunzwe n’imfashanyo z’amahanga, abana barwaye bwaki!

Perezida Kagame yakagombye kutaba uwambere mu gutera Kadhafi ibuye kuko nawe ruriye abandi rutamwibagiwe! Niba umuntu wari ukunzwe nka Kadhafi yarapfuye urwagashinyaguro kuriya, Perezida Kagame we abona azapfa uruhe?

Igisekeje muri ibi byose, ni uko ibintu biteye isoni nk’ibi burigihe yohereza uriya mudamu akaba ariwe ujya gusobanura ibipfuye amaso byose, ngaho ngo impaka zirakemutse uwahanuye indege ya Habyalimana yamenyekanye! Ngaho ngo Kadhafi yari akwiye gupfa! Impamvu Perezida Kagame akunze kwigira mu ngendo ku giti cye ntatumeyo uriya mudamu, n’uko yamugeneye kujya ajya kuvuga amangambure Kagame atatinyuka kuvuga imbere y’abagabo!

Matabaro Mariko

« Nta Coup d’Etat ishoboka mu Rwanda »:Perezida Kagame

Perezida Paul Kagame

Mu kiganiro yagiranye n’abanyamakuru Perezida Kagame yakomeje gushimangira ko abasirikare bakuru bafunze bazira imyitwarire mibi, yahakanye yivuye inyuma avuga ko Coup d’Etat idashoboka mu Rwanda. Ariko uko ababikurikiranira hafi babibona icyo bariya basirikare bafungiye sicyo leta ibwira abaturage ndetse hari n’abemeza ko ari ikinamico ko badafunze nyabyo kuko abandi iyo bafunzwe bashyirwa mu buroko bakogoshwa, bakambikwa imyenda y’abagororwa, ndetse rimwe na rimwe bakabuza imiryango yabo kubasura. Kuki Lt Col Rugigana Ngabo we adafungiye iwe? Ibya bariya basirikare ni nk’aho bari mu kiruhuko (Holidays/Vacances)

Dore icyo kiganiro: http://www.paulkagame.tv/podcast/?p=episode&name=2012-02-02_kagamepressconference.mp3

 

Ruben Barugahare

 

 

What hero’s day do we celebrate?

What hero’s day do we celebrate?

Noble MARARA

Behind the Presidential Curtains-President Paul Kagame, Rwanda

As Rwanda has just celebrated heros day I wanted to reflect on the good, the bad and the ugly of some of my experiences in the Presidential Guard and the RDA. The experiences I report on are mine and mine alone. I recall these incidents as I experienced them and all of the names remain the same. Sadly, most of the people in this curtain are either imprisoned or have been killed.

Captain Vedaste Kaitare was Fred Rwigyema’s Head of Guards and assistant, he was also the best commander of RPA until his assassination. Vedaste Kaitare who was nicknamed Intare, meaning a lion, was a man of jokes, enjoyed sports and storytelling including telling fairy tales to the younger soldiers. Captian Kaitare was also friendly to everyone he met and had been confirmed a colonel before his death. After Fred Rwigyema’s death Kaitare maintained his close relationship with Rwigyema’s family and as a responsible man he thought that looking after his boss’s family was a priority. Whenever Jeannete Rwigyema came to Mulindi private conversations and strong hugs were observed between Jeannete Rwigyema and Afande Kaitare. This was one of the things Afande Kagame did not like as he thought that the relationship might go further than a friendship. President Kagame and Fred Rwigyema grew up together and Rwigyema made him join the Ugandan forces in late 1990’s. President Kagame had always been very jealous to see Jeannette talk about Kaitare nonstop.

Kaitare developed more misunderstandings with President Kagame after he started objecting to Kagame’s ideas especially his use of slapping senior officers and abusive language. Kaitare had created two groups in the army, some commanders and especially the best fighters, believed in Kaitare, for example, Lt Col Karangwa, Lt Col Gashumba, who was killed by a landmine planted by Captain Donna I/O under President Kagame’s orders. Gashumba was a very young soldier and very committed to the RPA but would not take Kagame as a serious army officer to replace Fred Rwigyema, and so he would stand on his ideas and would not tolerate Kagame’s behaviours. Col William Bagire, and Nyamurangwa were very close to Kaitare, this made Kagame uncomfortable and caused the death of most of them including Kaitare himself. President Kagame found it uneasy to kill Kaitare with a landmine because he had a very good understanding of his surroundings and he was therefore the first victim of poisoning in RPA. His funeral was held in Rubaya and Rwigyema’s wife Jeanette attended, she was crying and said that the only husband she was left with was this one but he also gone. Also In attendace for Kaitare funeral was Colonel William Bagire, a long time compatriot of Kaitare  and James Kabarebe who was there to represent President Kagame who did not attend. Kabarebe was a very good commander but found himself dominated by Paul Kagame all his life and so he was just as much a victim as anybody else. I wondered how one man, Paul Kagame, would cause all these chaos.  Kaitare was greatly admired in the army by both the young and old.

Kaitare was a social man to everyone including his enemies. He had a very good conversation with Lt Colonel  Gratien Kabiligi, one of Habyalimana’s commanders during peace talks, this time no one ever thought of someone having a civil one-on-one conversation with an opponent like Gratien Kabiligi would be possible but he was able to bridge this gap.  Kaitare was truly an incredible man and loved by all. At some point he called Kagame a “mukene” which means injanga or the very skinny fish which Kaitare hated.  He always had jokes behind his lovely smile. He is the man who rescued Captain Muvunanyambo, Commander Biseruka, Major Theoneste Lizinde from Ruhengeri  Prision and he highly respected afande Chairman Colonel Alex Kanyarengwe and he remained loyal to all of them.

Kaitare was not convinced by the explanation he was given in regards to Captain Muvunanyambo’s death. He had rescued him together with others from Ruhengeri prison, but Captain Muvunanyambo was described as a soldier with a stinky attitude and unmanageable by afande Kagame. So, around late 1991-early 1992 in a village called Gahonndo, Muvunanyambo was killed by his own escort who was rewarded with the title of Lieutenant after the war. Muvunanyambo’s close body guard, a very young boy who was born in Uganda, was also killed with him because there was no way to rescue him as he had  become very close to Muvunanyambo and there was no way of informing him about the deal. I wonder where his loved ones think he went; obviously they think that he died fighting for his country!

When Kaitare asked about the death of Muvunanyambo he was informed that Muvunanyambo was escaping and going back to the enemy, they also stated that he had a radio call and he had been informing the enemy of our whereabouts. Kaitare declined to believe that lie and asked more questions of how and where he had access to the enemy radio.

Like his former boss Major General Fred Rwigyema, he believed that creating a relationship with whoever you are managing was the best way of working as a team. After Afande Kaitare’s death it was observed that there were more misunderstandings between the soldiers who had lived with him as well as his boss Fred Rwigyema.

There was continuation of persistent harassment of Kaitare/ Rwigyema’s former friends,  aides, escorts and assistants from either RPA or RPF. Note that, the few soldiers who had served with Kaitare/ Rwigyema and are now successful in the RPA, are those who had been manipulated for the betrayal.

Colonel Steven Ndugute Kalisoliso overall operation commander until his death in 1997. He died due to an injection by Dr. Richard Rutatina under the orders of President Kagame to have him killed due to President Kagame’s fears that Kalisoliso wanted to take over his position. Lt Colonel Adam Waswa was killed in a planned car accident in Lukaya, Uganda ordered by President Kagame due to his higher ranking. Waswa was a very friendly man and loved by everyone he interacted with.

Due to the continuing harassment, mistreatment and humiliation of Madame Jeannette Rwigyema by the RPF government, she has been burned from travelling and her passport held by the NSS, how on earth would Jeanette be treated like that? She now has decided to spend all her time in church not only as giving her soul but also as a coping strategy of the stressors she is experiencing, her telephone is monitored and she cannot make a call in private. A Ugandan ex-service man Major General Salim Saleh a.k.a  Akandwanaho  Rufu, also a brother of the President of Uganda Yoweri Museveni, was a very good friend to Major General Fred Rwigyema. They made a commitment when they were fighting, on the way back from Mozambique they agreed that if any one dies the other will stay in touch with their relatives, this continued after Rwigyema’s death. Rwigyemas children would visit Saleh’s and his wife would visit Uganda always. Around 1997 I picked Salim Saleh from the airport myself to visit Kagame and later visited Rwigyema’s family. It was also felt that the money Jeanette Rwigyema used to open a travel agency business was assistance from Saleh, Kagame did not like that as he was willing to pay for everything and so Jeannette was not allowed to work.

Salim Saleh and Jeannette Rwigyema’s contact became a very serious concern for Kagame, until he decided to build a house just behind his in a plot that belonged to one of former President Habyalimana’s (RIP) top generals just in front of Uwilingiyimana Agathe’s former address.

Fred Rwigyema is becoming forgotten slowly by slowly as President Kagame’s wish, he has changed the hero’s day to a different date so that we do not remember Fred Rwigyema as special as he was but like anybody who died during the liberation of our country. It is worrying that not many people understand President Kagame’s cruelty but I am sure on time people will come together and say no to Kagame’s regime.                                                                                                                                                                                                                               General Kayumba Nyamwasa was among the few officers who had obtained a Law degree In Makerere University in Uganda. Due to his education and his experience in the army he was the only senior officer who managed to put together the army and handled President Kagame’s weaknesses during the struggle from 1991-1994. Now in exile as well, Col Patrick Karegeya who also worked alongside President Kagame and General Nyamwasa. The war ended with 800,000 dead killed by the Interahamwe militias after the shooting down of President Juvenal Habyalimana’s which was shot down by RPA/RPF soldiers on the orders President Kagame himself. After President Kagame ended the war millions of Rwandans were forced to flee to neighboring countries and were followed by the RPA soldiers only to be killed (U.N. Mapping Report, 2010).

What hero’s day do we celebrate?

By:Noble MARARA

Source: JENNIFER FIERBERG, http://www.africaglobalvillage.com

 

Qui est le Général de Brigade Gratien Kabiligi?

Qui est le Général de Brigade Gratien Kabiligi? 417171_320704514639221_100000990257603_973500_1688710984_n-300x203Le Général Gratien Kabiligi est né à Kamembe en préfecture de Cyangugu le 18 décembre 1951. A 20 ans, il entre à l’Ecole d’officiers de Kigali au sein de la 12 ème promotion. En 1986, il fait comme les autres officiers de sa génération le cours de commandant de compagnie à l’Ecole Supérieure Militaire (ESM), cours qui venait seulement de commencer dans le cadre d’un programme de formation continue des officiers des Forces Armées Rwandaises. Il est nommé au grade de major avec ses autres promotionnaires dont les regrettés colonels Ildephonse Rwendeye et Ephrem Rwabalinda.
En 1988, il est retenu pour suivre un cours d’état-major en République Fédéral d’Allemagne, d’où il rentrera en 1990, pour être affecté à l’ESM comme directeur des études.  Gratien Kabiligi est nommé lieutenant-colonel en 1991. Entretemps, le pays a été attaqué de l’Ouganda par le Front Patriotique Rwandais le 01 octobre 1990. Il a assuré à plusieurs reprises, depuis son affectation administrative de l’ESM, l’interim de commandement de bataillon dans le secteur d’opérations de Mutara. Il prend le commandement effectif d’un bataillon engagé au front dans ce même secteur  en 1991.

Sur le front des combats, c’est l’époque des opérations de harcèlement par le FPR en préfecture de Byumba, sur une large bande frontalière avec l’Ouganda . Le FPR intensifie aussi les raids en profondeur contre les populations civiles. Gratien Kabiligi était dans le secteur Mutara le 01 décembre 1991 lors de l’attaque du camp de déplacés de guerre de Rwebare.  Plusieurs personnes ont péri dans des huttes enflammées d’abord par les bombes et ensuite par les assaillants.

En avril 1992, le FPR attaque les positions des FAR sur toute la frontière de Byumba et le nord-est de Ruhengeri en prélude à l’ouverture des pourparlers de paix. Une partie des communes Butaro et Muvumba est conquise et le FPR s’y acccroche. Gratien Kabiligi est  encore au Mutara où il interdit vaillamment  la conquête du bureau communal de Muvumba, objectif politique tant convoité par le FPR.

Le FPR, qui a échoué sur Muvumba, déplace son axe vers l’ouest, vers les communes Kiyombe et Kivuye de part et d’autre de l’axe Gatuna -Byumba. Et c’est à ce moment précis, au mois de mai 1992, que le Général Kabiligi est nommé commandant du secteur d’opérations de Byumba face à l’effort principal ennemi.

Le 05 juin 1992, le FPR lance une vaste offensive sur les communes nord de ce secteur.  Sa manoeuvre consiste à fixer les troupes des FAR déployées le long de la frontière, infiltrer des troupes suffisantes pour attaquer et conquérir la ville de Byumba et ainsi obliger les unités avancées à décrocher en cédant tout le terrain au nord de la ville. Cette opération échoua et  risqua même de tourner au fiasco pour les troupes du FPR impliquées dans le raid. Face à la résistance de Byumba, le commandement du FPR

ordonna l’exfiltration de ses troupes

1255844382.52

Le Général Habyalimana sur le front de Byumba en 1992

.

Ce grand crochet à l’intérieur du territoire national permet cependant au FPR d’agrandir sa poche jusqu’à l’usine à thé de Mulidi et de provoquer le déplacement massif des populations civiles qui constituent pour la partie gouvernementale une véritable bombe (humanitaire) à retardement. C’est seulement après cette pression militaire que le FPR accepte le démarrage effectif des négociations de paix. Un cessez-le-feu entre en vigueur le 31 juillet 1992.

L’attaque surprise du 08 février 1993 en violation du cessez-le-feu cible encore une fois la ville de Byumba.  Celle-ci est défendue à outrance grâce à la détermination du commandant de secteur qui fait tout pour remplir sa mission. La défense de Byumba est juste et légitime. Pour y arriver, Gratien Kabiligi fait plusieurs fois par semaine le tour des positions des compagnies pour encourager et s’assurer de la vigilance de ses hommes et de l’état d’aménagement des points d’appui.

Comme commandant secteur, Gratien Kabiligi est cité dans les milieux d’officiers subalternes pour son intégrité et son honnêteté. Il fait preuve d’une grande discipline qu’il parvient aussi à imposer aux unités de son secteur.

Le commandant secteur Byumba : courroux du FPR

Le général Gratien Kabiligi  s’est attiré des ennemis personnels parmi les officiers du FPR dans l’exercice du commandement du secteur de Byumba.  Nombreux le considéraient  comme obstacle au succès de toutes leurs initiatives. C’est ainsi que le colonel Karake qui faisait partie du Groupe d’observateurs militaires neutres (GOMN) s’est senti impuissamment révolté suite à des contrôles sévères que lui imposait le poste des FAR de Ngondore entre Byumba et Mulindi. Il aurait voulu profiter pleinement de ses va-et-vient entre Kigali et Mulindi pour infiltrer ou relever ses agents de renseignement, ou acheminer davantage de matériels militaires à l’intérieur de la capitale.  De la même façon, le commandant du secteur militaire d’en face, à l’époque James Kabarebe (l’actuel chef d’état-major des forces rwandaises de défense) était gêné dans ses initiatives. Grâce à la vigilance des hommes du lieutenant-colonel Kabiligi, des expéditions et des patrouilles de combat adverses sont régulièrement interceptées, avec une riposte proportionnée chaque fois que le FPR tentait un quelconque acte de violation de cessez-le-feu.

La détermination du commandant secteur Byumba à parer à toutes les initiatives belliqueuses du FPR lui a même valu des remontrances en provenance de certains milieux de l’opposition politique intérieure, qui l’accusaient de provocateur.  Le FPR aurait même exigé, avec menace de rupture des pourparlers de paix, la relève du commandant secteur  Byumba ; d’autres noms étaient également cités parmi des cadres administratifs et militaires à révoquer.

Gratien Kabiligi quitte le commandement du secteur Byumba en mai 1993 et rejoint l’état-major de l’Armée comme G3 (officier chargé des opérations et de l’entrainement). Est-ce une promotion ou une réponse aux précédentes exigeances ? De toute façon, il vient de faire plus de deux ans sur le front le plus chaud du pays  et mérite bien un petit repos, surtout que tout est en route pour la signature d’un accord de paix.

La période de mai à juillet 1993 est celle des négociations dont la partie principale est celle relative aux forces armées. L’accord global est signé le 04 août.  De août à décembre,  les activités de l’état-major sont centrées sur les préparatifs pour la mise en application de l’accord de paix d’Arusha. C’est pendant cette période que le lieutenant-colonel Kabiligi est nommé colonel dans le cadre des régularisations en grade des officiers de la partie gouvernementale avant le processus d’intégration.

Le 06 avril 1994 : une absence remarquée

Malgré les accords signés et le voeux de la majorité de les voir mis en application, des inquiétudes subsistent au niveau de grands commandements des FAR, car le FPR ne semble pas avoir abandonné la solution militaire.  Il continue ses activités guerrières dans la zone tampon avec les massacres de Kirambo le 18 novembre 1993, et à Mutura à la mi-décembre. Le FPR recrute dans tout le pays et des jeunes gens rejoignent ses rangs en passant par les pays voisins ou par le quartier général de Mulindi.   Certains d’entre eux reviennent dans le pays après formation.  Les recrutement et les infiltrations d’armes vont s’intensifier après l’arrivée du bataillon du FPR à Kigali le 28 décembre 1993 . Des travaux de campagne et de fortification sont faits dans l’enceinte du CND alors que les FAR sont soumises à un contrôle sévère dans la zone autour de la capitale dite « zone de consignation d’armes-KWSA ». La Mission des Nations Unies pour l’Assistance au Rwanda (MINUAR) qui vient de prendre place dans le cadre du maintien de la paix ne semble pas avoir toute la neutralité souhaitée.

Dès fin décembre 1993, des signes de crispation et des incidents graves sont régulièrement vécus avec des éléments nouveaux accentuant des risques de rupture. Les partis politiques d’opposition ont éclaté en tendance pro-FPR et pro-MRND. Le gouvernement ne se réunit presque plus et est divisé sur fond des deux grandes tendances en germination. Malgré la prestation de serment du Président de la République le 05 janvier 1994, la mise en place du gouvernement et du parlement de transition n’ont pas lieu. Le partage du pouvoir négocié  sur base des partis politiques semble être désuet car les enjeux réels sont devenus ethniques. Les efforts de médiation menés par le Représentant Spécial du Secrétaire Général des Nations Unies (MonsieurJacques Roger Booh-Booh) et les religieux ne semblent pas aboutir. Et puis surviennent les 21 et  23 février 1994 l’assassinat du Ministre Félicien Gatabazi et du président du parti CDR Martin Bucyana suivis d’émeutes à caractère ethnique…

C’est dans ce climat de tension politique et d’insécurité que le colonel Kabiligi part en stage de trois mois en Egypte, laissant derrière lui un bureau des opérations  militaires déforcé avec un personnel peu expérimenté. Quand il reviendra le 23 avril 1994, Kigali ne sera plus la ville  qu’il connaissait.

Son absence à l’état-major a été fatale pour les manoeuvres des FAR au cours des premiers jours de la crise. Il aurait, après la mort du chef d’état-major tué dans l’attentat contre l’avion présidentiel, pu sauver une situation militaire qui a été perdue dès le premier jour de l’offensive du FPR.  En tant que G3 averti, il aurait mieux organisé et coordonné la riposte et ce malgré la surprise et le chaos polititique et humanitaire qui prévalait. Il aurait, tout au moins, fait le poids  contre les indécisions du colonel Marcel Gatsinzi, désigné chef d’état-major ad interim alors qu’il était en intelligeance avec l’ennemi.

Gratien Kabiligi a été nommé général de brigade le 16 avril 1994 en même temps que le général major Augustin Bizimungu et les généraux de brigade Léonidas Rusatira et Marcel Gatsinzi. Les deux derniers ont rejoint les rangs du FPR après la défaite des FAR.

Défense de Kigali : bon soldat et grand chef militaire

A la mi-avril 1994, le général Kabiligi arrive à Kigali quand les FAR sont en mauvaise posture. Le FPR s’est aménagé de nets avantages sur le terrain. Les FAR manquent cruellement de munitions. Les unités de combats sont esquintées.  Les troupes sont fatiguées.  Le moral des soldats est affecté par les défaites successives dans Kigali et dans le Mutara. Le FPR est intransigeant  et est décidé à continuer la guerre jusqu’à la victoire. Toutes les prositions de trêve ont été rejetées.  Kigali a été vidée de ses populations.  ceux qui sont restées dans les quartiers se sont organisés en cellule d’auto-défense pour résister aux assauts du FPR et même à ceux des bandes rivales suréxicitées qui pillent et se font le réglement de compte.

La situation est donc catastrophique et le G3 n’a rien pour influencer la manoeuvre. Situation catastrophique mais pas tout à fait perdue. Il faut gagner du temps, une défaite précipitée serait une double défaite. Le G3 s’efforce à racommoder les morceaux, un travail rendu difficile par le rythme des opérations, la largeur du front, la psychose de la défaite et surtout le manque de moyens matériels et humains. Le dispositif défensif de Kigali va tenir  jusqu’au dénouement de  » l’opération champagne » (1) du 04 juillet 1994,  au cours de laquelle le commandemment des FAR reussira à soustraire des griffes du FPR plus d’un million de personnes encerclés dans la capitale.

1...45678

archivesallahalwatanalmalik |
pk2012legislatives |
rectificador |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | thevoiceofpresidentielles
| legislative2012
| cournonpartisocialiste