Archive pour février, 2012

UMUBANO W’U RWANDA N’U BUFARANSA WONGEYE KUZAMO IGITOTSI

UMUBANO W’U RWANDA N’U BUFARANSA WONGEYE KUZAMO IGITOTSI Helene-le-Gall

Hélène Le Gal

U Bufaransa bwafashe icyemezo cyo guhamagara ubuhagarariye i Kigali Bwana Laurent Contini, nyuma y’aho Leta y’u Rwanda yanze ko Madame Hélène Le Gal agirwa uhagarariye u Bufaransa mu Rwanda ibi byatangajwe na Ministère y’Ububanyi n’amahanga y’U Bufaransa kuri uyu wa mbere tariki ya 20 Gashyantare 2012.

 » Leta y’u Rwanda yanze kwemera icyemezo cyacu. Natwe twahamagaye uduhagarariye (Laurent Contini) kugira ngo twige uburyo twakemura icyo kibazo.”: ibyo byatangajwe n’umuvugizi wa Ministère y’Ububanyi n’Amahanga y’u Bufaransa Bwana Vincent Floréani.

Ikinyamakuru « Jeune Afrique » cyari cyatangaje mu kwezi kwa Gashyanyare 2012 hagati ko Leta y’u Rwanda yari yanze ko U Bufaransa bwahagararirwa mu Rwanda na Madame Hélène Le Gal, ubu akaba ari consul w’U Bufaransa muri Québec. Akaba azwiho kuba inararibonye ku bijyanye n’ibibazo by’Afrika. Nk’uko « Jeune Afrique« , ikomeza ibivuga, uko kwanga kwa Leta y’u Rwanda gushingiye ku kuba Madame Hélène Le Gal « ari umuntu wa  hafi wa Alain Juppé, Ministre w’Ububanyi n’Amahanga w’u Bufaransa, uzwiho kutajya imbizi na Leta y’u Rwanda”.

Bwana Vincent Floréani, umuvugizi wa Ministère y’Ububanyi n’Amahanga y’u Bufaransa ntabwo yemeje cyangwa ngo ahakane iyo mpamvu yavuzwe na Jeune Afrique.

Yarangirije kuri aya magambo: »Umubano w’U Bufaransa n’U Rwanda ntabwo wahwemye gutera imbere kuva habaho uruzinduko rwa Perezida w’u Bufaransa Nicolas Sarkozy i Kigali muri Gashyantare 2010, rwashimangiye mu rwego rwo hejuru isubiraho ry’imigenderanire mu rwego rwa Politiki n’ubukungu hagati y’ibihugu byombi.Iyo migenderanire myiza yaranzwe kandi n’inzinduko mu Bufaransa za Madame Louise Mushikiwabo, ministre w’Ububanyi n’amahanga w’u Rwanda, muri Nyakanga 2011, na Perezida Paul Kagamé muri Nzeri 2011″.

Laurent-Contini-Paul-Kagame-300x225

Laurent Contini wakoreraga Kouchner na Kagame kurusha uko yakoreraga U Bufaransa

Mu gihe abo bategetsi bombi b’u Rwanda basuraga u Bufaransa, Alain Juppé Ministre w’Ububanyi n’Amahanga w’U Bufaransa ntabwo yabonanye nabo, kuri Madame Mushikiwabo yaretse abonana na Ministre w’Ubutwererane naho kuri Perezida Kagame yari mu rugendo mu Bushinwa.

Nyuma yo gutangira akazi ke muri Werurwe 2011 muri Quai d’Orsay (Ministère y’Ububanyi n’amahanga) Alain Juppé yari yavuze ko nta gahunda afite yo gukora mu ntoki za Paul Kagame cyangwa kujya mu Rwanda, mu gihe hakomeje gukwirakwiza icyegeranyo cyiswe Rapport Mucyo kirega u Bufaransa kuba bwaragize uruhare muri Genocide. Iyo rapport, Alain Juppé yayise ko igizwe n’ibintu by’ibinyoma n’ibihimbano. Tubibitse ko muri Mata 1994 mu gihe cya Genocide, Alain Juppé yari kuri uyu mwanya ariho n’ubundi.

Iki gihu mu mubano w’ibihugu byo mbi kije mu gihe mu Bufaransa himirije amatora mu kwezi kwa Mata 2012. Ayo matora Perezida Sarkozy akaba atizeye kuzatsinda mukeba we Francois Hollande, bishatse kuvuga ko intambwe mu mubano w’u Rwanda n’u Bufaransa yatewe na Perezida Sarkozy ishobora gusubira inyuma dore ko hari inkuru zivuga ko Perezida Kagame yaba hari icyo yatanze mu gushyigikira Perezida Sarkozy mu matora. Tubibutse ko byabaye nk’umuco ko abanyagitugu bo muri Afurika bafashisha abaperezida b’u Bufaransa mu gihe cyo kwiyamamaza amavarizi yuzuye amafaranga mu gihe mu bihugu byabo ubukene buba bunuma. Dukurikije inkuru zifite gihamya ko Leta ya FPR ikunze gutanga bitugukwaha ngo ishobore gushyigikirwa n’amahanga nta gitangaza cyaba kirimo na Perezida Kagame abaye hari ivarize yari yitwaje ubwo yari aherutse mu Bufaransa muri Nzeri 2011. Dore ko n’iperereza ry’Umucamanza Trévidic, ntawakwizera ko Leta y’u Rwanda itagerageje kuba yarijyana mu buryo bushyira inyungu za FPR na Kagame imbere. Niba Perezida Kagame yaratanze amafaranga ntatekereze ko hari icyo bizahindura kuri gahunda z’u Bufaransa, na Kadhafi ntabwo yari yaratanze make mu gufasha Sarkozy mu kwiyamamaza muri 2007.

Ikindi abantu batasiba kwibazaho byinshi n’itangazo rya Leta y’u Rwanda kuri iki kibazo, aho Ministre w’Ububanyi n’Amahanga, Madame Mushikiwabo avuga habayeho amakabyankuru ko umubano w’u Rwanda n’u Bufaransa uzakomeza nk’uko warutangiye kumera neza, ko kandi ngo Leta y’U Rwanda idakora Diplomasi ishingiye ku bantu ku giti cyabo, ngo umubano w’U Rwanda n’u Bufaransa urenze abantu ku giti cyabo ahubwo igishyizwe imbere ari inyungu z’ibihugu byombi n’abaturage babyo.

Ibi Leta y’U Rwanda ivuga usanga ari nko kwikura mu isoni, kuko bizwi neza ko umubano w’u Bufaransa n’u Rwanda wabyukijwe kubera ubucuti bwihariye hagati y’Uwahoze ari Ministre w’Ububanyi n’amahanga Bwana Bernard Kouchner na Perezida Kagame dore ko na Ambassadeur Laurent Contini yari umuntu wa Kouchner. Ikindi kizwi kandi n’uko Leta y’u Rwanda yifuza uhagarariye u Bufaransa mu Rwanda ubogamiye ku ruhande rwayo kugira ngo ashobore kuyibera umuvugizi no kuyifasha mu kibazo cy’indege ya Perezida Habyalimana ndetse no mu gutesha umutwe umupfakazi wa Perezida Habyalimana n’izindi mpunzi zahungiye ubutegetsi bw’igitugu bwa Perezida Kagame mu Bufaransa.

Laurent Contini bivugwa ko yakuweho icyizere kubera kugaragaza gushyigikira Leta y’u Rwanda mu kibazo cy’uko u Rwanda rushinja u Bufaransa kuba bwaragize uruhare muri Genocide muri Rapport yiswe Mucyo,  ikindi kandi bivugwa ko n’ inzego z’iperereza z’u Rwanda zamaze kumutega umukobwa witwa Linda NUMUTONI.

 

Marc Matabaro

Rwiza News

RDI Rwanda Rwiza tuje guca politiki ya “Humiriza nkuyobore”

RDI Rwanda Rwiza tuje guca politiki ya “Humiriza nkuyobore”  74814_466176217948_566777948_5740301_6300232_n-224x300

Ismail Mbonigaba

Nyuma y’aho hashyizweho ku mugaragaro inzego z’ishyaka RDI-RWANDA RWIZA tariki ya 28 Mutarama 2012, twaganiriye na Ismaïl Mbonigaba, akaba ayoboye itsinda ry’Itangazamakuru n’Itumanaho muri RDI Rwanda Rwiza. Yasubije ibibazo yabajijwe na Marc Matabaro wandika ku rubuga RWIZA News.

Marc Matabaro:  - Mwatangira mwibwira abasomyi b’Urubuga RWIZA News, mukanababwira ishyaka ryanyu muri make.

Ismaïl Mbonigaba: Murakoze, nitwa Ismaïl Mbonigaba, nkaba nyoboye itsinda ry’Itangazamakuru n’Itumanaho muri RDI Rwanda Rwiza. The Rwandan Dream Initiative bishatse kuvuga “Umugambi duhagurukanye tugamije gusubiza Abanyarwanda icyizere cy’ejo hazaza. Icyo cyizere kikaba gitangwa gusa n’ubutegetsi budatinya abaturage. Ubutegetsi bushingiye kuri demokarasi, ubutabera n’ubwisanzure ariyo nkingi y’amajyambere nyayo kandi arambye.

Nyuma y’imyaka ikabakaba 20 u Rwanda rugushije ishyano ry’itsembabwoko, Abanyarwanda bakomeje kwamburwa kamere muntu ya bo, bakaba barahinduwe ibishushungwe kubera iterabwoba ribahozwaho. Igihe rero kirageze ngo bahabwe ubwisanzure bw’ikiremwamuntu, igihe kirageze ngo ubusumbane mu Banyarwanda busezererwe, maze abantu babone kubaho mu mahoro arambye.

Marc Matabaro: -  Kuki mwahisemo gutangiza ishyaka ryanyu ku itariki ya 28 Mutarama? Hari impamvu yihariye yatumye muhitamo uwo munsi?

 Ismaïl Mbonigaba:Igitekerezo cyo gushinga RDI Rwanda Rwiza si icya none. RDI iriho kuva mu myaka nibura ibiri ishize. Ku wa 28 Mutarama habaye Congrès yo kuvugurura inzego, uwo munsi w’impera z’icyumweru (Week-end) ukaba warahuriranye n’umunsi mukuru wa Demokarasi, dore ko kuri iyo tariki mu mwaka w’1961 ari bwo ubutegetsi bwa cyami bwasezerewe mu Rwanda. RDI rero yahagurukiye kurwanya indi cyami yifubitse umwambaro wa Repubulika, iyo cyami ikaba yarazanywe na Kagame n’ishyaka rye FPR.

Marc Matabaro: - Hari amashyaka yandi menshi ya opposition n’iki gishya mwe muzanye cy’akarusho mwumva cyahindura ibintu mu Rwanda?

Ismaïl Mbonigaba:RDI Rwanda Rwiza iragira iti “duhindure imikorere muri politiki”. Mu rurimi rw’igifaransa “Faire la politique autrement”. Niba hari politiki yakozwe muri iyi myaka yose ikaba itarakuye Abanyarwanda mu gihirahiro, ni ukuvuga ko hari imikorere igomba gukosorwa. Twasanze Abanyarwanda bakeneye ubutegetsi butabatura hejuru ibyemezo batazi iyo biva n’iyo bijya, ibyemezo bishingiye gusa ku bwibone bw’abitwa abayobozi, twe tukaba tugamije guha rubanda uruhare mu ifatwa ry’ibyemezo. Abantu bakajya impaka ku mishanga ibagenewe muri quartier, mu karere no mu mugi batuye, bakifatira ibyemezo bigomba gukurikizwa n’ubuyobozi mu nyungu za bo. Ibyo bizakorerwa mu cyo twise Club za RDI zimaze gushingwa hirya no hino ku isi n’imbere mu Rwanda. RDI Rwanda Rwiza tuje guca politiki ya “Humiriza nkuyobore” cyangwa wa muco wo kugendera mu kigare utazi iyo kikwerekeje, gukuraho politiki ya « tora aha », Abanyarwanda bakagira uburenganzira bwo kwitorera uwo bashatse yabakorera nabi ntibazongere kumutora. Ikindi ni uko RDI ishaka ko amaraso mashya yinjira muri politiki, urubyiruko rugahagurukana ubushake n’urukundo rw’igihugu, rugatozwa guseruka, abakiri bato bagahabwa ubushobozi bwo kuzasimbura abageze mu za bukuru (la relève).

Marc Matabaro: -  Perezida w’Ishyaka ryanyu Bwana Faustin Twagiramungu ni umunyapolitiki w’inararibonye, amaze igihe kinini muri politiki. Kuki yatinze kwinjira mu kibuga cya politiki kandi yari abifitiye ubumenyi n’ubushobozi? Kuki atabyukije ishyaka MDR ryo ryari rizwi n’abanyarwanda benshi agahitamo gufatanya n’abandi gutangiza irindi shyaka rishya?

Ismaïl Mbonigaba:Ishyaka MDR ryayoborwaga na Bwana Faustin Twagiramungu ryasheshwe n’ubutegetsi bwa Kagame mu mwaka wa 2003. Byatumye uwo mwaka Twagiramungu yiyamamaza ku mwanya wa Perezida wa Repubulika nk’umukandida wigenga. Kuba hagati aho nta shyaka yabarizwagamo yahisemo guhigamira abandi bari bafite amashyaka na bo bifuzaga kujya mu kibuga, atanga rugari, dore ko hari abamushinja kwiharira ikibuga. Nyuma y’amatora ya 2010 akaba ari bwo yagize igitekerezo cyo gutangiza ubu buryo bushya bwo gukora politiki. RDI rero ni ishyaka rishya rihuje n’igihe tugezemo. Faustin Twagiramungu aharanira ko amashyaka yose yemera impinduramatwara atahiriza umugozi umwe kugira ngo ubutegetsi bw’agahotoro buri mu Rwanda bushobore gusezererwa.

Marc Matabaro: -Hari ijambo Bwana Twagiramungu Faustin yakunze gukoresha kera, ndetse byatumye banarimwitirira: « RUKOKOMA ». Ese ubu aho Bwana Faustin Twagiramungu yari ahagaze icyo gihe ku bijyanye na Rukokoma niho ahagaze ubu? Ese kuri ubu Rukokoma musanga ari ngombwa mu ishyaka ryanyu?

RDI-Montreal

Bamwe mu bari mu buyobozi bwa RDI RWANDA RWIZA

Ismaïl Mbonigaba:Uyu munsi ni bwo Inama Rukokoma iri ngombwa ugereranyije n’ibihe bya kera. Ubwo Faustin Twagiramungu yayisabaga mu myaka ya za 90, byari ukugira ngo ibibazo byari byugarije u Rwanda bibonerwe umuti binyuze mu biganiro hagati y’Abenegihugu b’ingeri zose. Abikundira intambara ntibabyemeye, bikaba byaratuye igihugu mu kandare. Nakwibutsa gusa ko Rukokoma isa n’aho yari yasimbuwe mu by’ukuri n’imishyikirano yaberaga Arusha hagati ya Leta y’u Rwanda na FPR, ari na yo yavuyemo amasezerano yashyizweho umukono ku ya 4 Kanama 1993, ariko ubushake buke bw’abagombaga kuyashyira mu bikorwa bugatuma haba amahano. Ni yo mpamvu Rukokoma ikomeje kuba  ngombwa. Bwana Twagiramungu rero aracyaharanira ko iyo Nama Rukokoma iba, abenegihugu bakicarana bakarebana mu maso, bagacoca amateka y’igihugu cya bo, bakabwizanya ukuri ku moko n’uturere byakunze kuba urwitwazo rwo gukandamiza abandi. Inama Rukokoma irakenewe ngo Abanyarwanda bace inzigo, bongere kugirirana icyizere, bongere banywane, babane mu gihugu kitubereye twese.

Marc Matabaro: -Hari amashyaka yandi ya opposition kandi nabonye mu ntego zanyu z’ibanze ari ugufatanya n’andi mashyaka mu guhangana n’ubutegetsi bwa Perezida Kagame. Ubufatanye hagati y’amashyaka amwe n’amwe busa nk’aho bwananiranye, mwe umuti muzanye kugirango ubwo bufatanye buzashoboke n’uwuhe?

Ismaïl Mbonigaba:Ubufatanye hagati y’amashyaka nabugereranya n’Umuhumetso cyangwa “accélérateur” kugira ngo Kagame na FPR bakurwe ku butegetsi byihutirwa. Ubwo bufatanye rero bwaratangiye, RDI twishyira hamwe n’andi mashyaka duhuje umurongo, kimwe n’amashyirahamwe ya société civile. Twigira hamwe ikibazo runaka tukagifataho imyanzuro, tugafatanya mu bikorwa binyuranye nk’imyigaragambyo, ibyo bikaba bitanga icyizere cy’uko mu minsi itarambiranye hazabaho “front commun” ku bw’inyungu z’Abanyarwanda bose. Ibyo ni na byo twifuza ko byakorwa muri za Club, Abanyarwanda bagatozwa kugirana ibiganiro, kabone n’iyo baba hari ibyo batumva kimwe, ariko bigakorwa mu bwubahane. Ubufatanye rero hagati y’amashyaka ntibugomba gufatwa nko kuyoboka, ngo hagire uwiyumvamo kuba umugongo uhetse abandi.

Ubufatanye bw’amashyaka kandi ntibukuraho umurongo n’ubwigenge bwa buri shyaka kuko bibaye ibyo abantu basubira mu ishyaka rimwe rukumbi, ubwisanzure bukabura na ya demokarasi abantu baharanira ikaba irapfuye. Ntidukora ya politiki yo guhomahoma amoko cyangwa uturere, RDI igendera kuri principe ya “mérite”, ari byo twakwita agaciro buri wese yihesha binyuze mu bitekerezo bye. Tugendera kandi kuri principe ya “Unité dans la Diversité”, bisobanuye ko Umugambi wacu ari ugufata bimwe byatandukanyaga Abanyarwanda tukabyubakisha igihugu buri wese afitemo agaciro.

Marc Matabaro:  -Perezida Kagame mubona ejo hazaza he hameze gute? Mwatubwira uko mumubona? Aha ndavuga uruhande rwiza n’uruhande rubi?

Ismaïl Mbonigaba:Paul Kagame ni umunyagitugu wo mu rwego rwa gaheza (du plus haut niveau). Yashyize ubwoba mu Banyarwanda ku buryo bamutinya nk’inkuba. Arica, agafunga, yarangiza akigira indakoreka imbere y’amahanga yitwaje iturufu y’itsembabwoko. Kagame ntashaka ko ukuri kuri iryo tsembabwoko kumenyekana bitewe n’uruhare rutari ruto yarigizemo ubwo yahanuraga indege ya perezida Habyarimana muri Mata 1994. Kagame azi kwigurisha mu bacuruzi b’ibinyoma mpuzamahanga, akamenya no gutanga ruswa mu banyamahanga bamukingira ikibaba, bakamugaragaza nk’umutegetsi wazanye amajyambere mu Rwanda, nyamara ayo majyambere ni ay’agatsiko k’abaherwe bigaruriye ibya rubanda. Kagame rero hari ikintu kimwe atinya kandi kimutegereje, icyo kintu akaba ari UKURI. Muri RDI twemeza ko ukuri gusesuye ari yo nkingi yo kubakiraho u Rwanda rutekanye. Ejo hazaza ha Kagame ni ukujya imbere y’ubutabera akabazwa ibyaha yakoze. Uko bizagenda akazabigiramo uruhare akurikije icyo umutimanama umubwira. Ashobora gusaba imbabazi Abanyarwanda bakareba ikimukwiye, ikindi ni uko ashobora kwinangira agakomeza kugira nabi amaherezo ye akaba nk’ay’abandi bicanyi n’abanyagitugu amateka yagiye atwereka.

Marc Matabaro:  -Mu kibazo u Rwanda rufite ubu, mubona uruhare rw’amahanga ari uruhe?

Ismaïl Mbonigaba:Ikibazo u Rwanda rufite muri iki gihe ni insobe. Gishingiye mu buryo bw’ibanze ku myumvire y’Abanyarwanda ubwa bo (mentalités) ishingiye ku mateka mabi igihugu cyanyuzemo. Uruhare rw’amahanga na rwo rurahari, rushingiye ku nyungu zisanzwe za gikoloni zo gukocoranya abenegihugu, bose bagasigara bahanze amaso ayo mahanga, ari yo yica agakiza. Amahanga agashyira ku butegetsi abo ashatse akabakuraho igihe ashakiye, byose bigakurikirwa n’amahano. Ikibazo kigomba kuduhangayikisha rero nk’Abanyarwanda muri iki gihe ni ubwo butegetsi bw’igitugu, bujyamo abantu batifitemo “le sens de la Nation” (badasobanukiwe n’ibyo igihugu kibatekegereho). Ubutegetsi bushyizweho n’amahanga bujyamo aba “mercenaires” (abacancuro) batazi icyo “homme d’État” bisobanuye. Ni yo mpamvu mu gihugu cyacu hagomba kuba révolution nka zimwe zabaye mu bihugu by’Abarabu aho abaturage ari bo bafata iya mbere bakirukana ba runyunyusi biyitaga abayobozi. Mu Rwanda amahanga si yo azadukorera iyo mpinduramatwara kuko ari twe tuzi icyo dukeneye. Icyo tugomba gusaba amahanga ni uguha akato uriya mutegetsi w’u Rwanda wigize akari aha kajyahe, abo banyamahanga na bo kandi bakirengera ukuri k’uruhare rwa bo (assumer leur rôle) mu byagwiriye u Rwanda.

Marc Matabaro:   -Umwami w’u Rwanda Kigeli V Ndahindurwa mumubona mute? Mwumva afite uwuhe mwanya mu Rwanda mwifuza?

Ismaïl Mbonigaba:Ni ikintu cyiza kuba u Rwanda rugifite umuntu wabaye umwami. Akenewe muri ya Nama Rukokoma twavuzeho. Bizatuma hatagira ibizinzikiranwa mu mateka y’imihindukire y’ubutegetsi ubwo u Rwanda rwavaga mu butegetsi bwa cyami rugahinduka Repubulika. Ikindi kandi ndibwira ko Kigeli V Ndahindurwa akora politiki, hakaba hari n’amashyaka aharanira kugarura ingoma ya cyami mu Rwanda. Ubutegetsi nibutange urubuga abashaka kugaragaza ibitekerezo bya bo babigeze kuri rubanda, ari abaharanira Repubulika, ari abashaka umwami, ahasigaye hazabe amahitamo nta we usigaranye ingingimira.

By’umwihariko ariko, Umwami Kigeli V afite inshingano yo gusobanurira Abanyarwanda, uko yumva n’uko atandukanya uburyo u Rwanda rwari ruyobowe n’Ababirigi nk’indagizo ya LONI (sous tutelle), n’ubuyobozi bwa LONI nyirizina ku birebana n’u Rwanda ku ngoma ye.

Bityo twese tukamenya impamvu n’uburyo LONI yanze coup d’Etat y’i Gitarama yo ku wa 28 Mutarama 1961 yavanyeho ingoma ya cyami, LONI igategeka ko habaho KAMARAMPAKA  kuri 25 Nzeli. Iyi Kamarampaka yaremejwe, igenzurwa na LONI uko yari yabiteganije, kandi n’umwami Kigel V ubwe akayemera. Ariko kugeza ubu umwami ntiyemera ibyavuye muri iyo Kamarampaka. Kandi ntiyigeze atanga ikirego ngo avuge ko atemeye umwanzuro LONI yayifasheho yemeza ibyayivuyemo, none ubu nyuma y’imyaka 51 akaba yifuza ko Abanyarwanda bayisubiramo.

Marc Matabaro: -Ni ubuhe butumwa mwaha abanyarwanda muri rusange n’abayoboke banyu by’umwihariko?

Ismaïl Mbonigaba: Abanyarwanda muri rusange basabwe kudatakaza icyizere, ngo bifate mapfubyi imbere y’ubutegetsi bw’agahotoro bw’umuntu umwe. Igihe kirageze ngo bace amakamba y’ubwoba abaziritse, bemere ko bafite ubushobozi kandi ko ibyifuzo byabo bisumba iby’udutsiko. Nibaharanire UKURI kandi bazashirwe ari uko bakugezeho.

Twabwira abayoboke ba FPR ko gukomeza kwinangira bagirira nabi Abanyarwanda batavuga rumwe nabo ari ukurushaho kwicukurira imva, kuko amaherezo bizabagaruka. Abanyarwanda bamaze kumenya ko umwanzi wa mbere w’u Rwanda ari urwima demokarasi, bityo nibamenye ko umuntu nk’uwo ari nta bwoko agira, nta karere, nta dini… Ni umugizi wa nabi gusa.

By’umwihariko Impirimbanyi za RDI Rwanda Rwiza zizwiho kudatseta ibirenge, gukorera mu mucyo no kwanga umugayo. Ni ugukomereza aho.

 

Marc MATABARO

RWIZA News

Rapport des Experts mandatés par le juge Marc Trévidic- Observations de l’ancien Chef des renseignements militaires le Général-Major Aloys Ntiwiragabo

Kigali – Destruction en vol du Falcon 50 présidentiel – le 06 avril 1994

 1-La crédibilité et l’importance des témoignages
Le rapport des experts du juge Marc Trévidic est fondé sur les témoignages qui ont été recueillis en grande partie par l’auditorat militaire belge et le Comité Mutsinzi. Les Experts les prennent en considération sans les confronter avec d’autres témoignages, notamment ceux qui on été recueillis par des experts indépendants en l’occurrence le Professeur Filip Reintjens.
Je ne fais pas d’objection sur la qualité des témoignages recueillis par l’Auditorat militaire belge parce qu’ils ont été recueillis dans la période proche de l’attentat et je les considère comme libres; mais je contesterai leur interprétation par les Experts. Toutefois puisque les témoins étaient généralement éloignés des lieux de l’attentat, leurs témoignages ne peuvent prévaloir sur ceux de la population alors proche du point d’impact et de l’explosion de l’avion.

Par contre j’estime que les témoignages qui ont été récoltés par le Comité Mutsinzi 14 après l’attentat auprès des témoins suggérés, intéressés, conditionnés ou timorés par les services de sécurité du Front Patriotique Rwandais (FPR) au pouvoir au Rwanda ne devaient pas être pris en considération et surtout y fonder les conclusions. Par ailleurs ils ne peuvent prévaloir sur les témoignages directs et oculaires qui ont été donnés librement et spontanément au chaud et dans la période proche de l’attentat. Il s’agit notamment du témoignage de M. Jean Luc Habyarimana (témoin central), le fils du Président Juvénal Habyarimana qui voyait l’avion depuis l’horizon et a rapporté à sa mère, immédiatement après la chute de l’avion dans leur jardin, la terrible scène qu’il venait de vivre. Il s’agit également des témoignages qui ont été fournis spontanément par la population de Masaka, Rusororo, et centre de Mulindi à mes subordonnés le 7 avril 1994 avant-midi, mais qui ont disparu lors de la destruction des camps des réfugiés Hutu à l’Est du Zaïre (actuelle République Démocratique du Congo) par le FPR en 1996-1997. Je les entérine puisqu’il n’y a pas moyen de retrouver les témoins pour en faire la reconstitution, et que les deux cadres qui les avaient recueillis, mon adjoint le Major Gérard Ntamagezo et l’Adjudant-chef Ephrem Kagango ont été assassinés par le FPR après leur rapatriement en 1997. Il s’agit en outre du témoignage de M. Jacques Gashoke, donné à l’Auditorat militaire belge le 1 janvier 1995 et enregistré au TPIR sous les numéros K0073784 et KL0073788. Ci-après l’extrait du témoignage de M. Gashoke dont les Experts ont omis  l’essentiel:

« Le 6 avril 1994, je me trouvais à Kanombe, en dessous de la maison communale; vers 20.30 j’étais dehors et j’ai vu arriver l’avion du Président. J’ai vu passer un point lumineux qui a frôlé la queue de l’avion. Ce point lumineux a continué son chemin. La couleur de ce point était rougeâtre. Un deuxième point suivait, très proche et celui-là a touché l’avion et j’ai eu l’impression que c’était dans le flanc. L’avion a immédiatement explosé. Il m’a semblé que l’avion était très [sic] de moi quand il a été touché. L’avion avait passé la colline RUNUONZA (Runyonza) lorsqu’il a été touché. La distance entre les deux points lumineux était d’environ 50 mètres. Moi je me trouvais dans l’axe de la piste et pour moi les points lumineux venaient de la direction de la colline de Masaka. »

Tous ces témoignages sont neutres étant donné qu’ils sont faits contre X. Les témoins rapportent et décrivent uniquement le fait constaté et indiquent la ferme située dans la vallée de Masaka comme position de départ des missiles ayant abattu le Falcon 50 présidentiel. Par ailleurs ils étaient proches des lieux (départ des missiles et point d’impact). Les témoins de Rusororo, en haut du robinet au Km 19 sont les mieux indiqués pour avoir constaté le départ des missiles car ils étaient positionnés en face et à hauteur de leur départ, même si c’était en contrebas. Personne ne peut les réfuter, sous prétexte que leur désignation de la vallée (ferme) de Masaka comme lieu de départ des missiles est tendancieuse ou qu’ils ne sont pas capables de situer la position! L’indication de la vallée de Masaka fut renforcée par la découverte, le 25 avril 1994, des 2 lanceurs qui ont été utilisés et cachés dans des buissons dans cette vallée. En effet les tireurs devaient s’en débarrasser rapidement pour disparaître facilement dans la nature.

Les Experts n’ont pas cherché à interroger les habitants de Rusororo (en haut du robinet Km 19) parmi lesquels il y a lieu de retrouver ceux qui avaient donné leurs témoignages auparavant, ceux de Masaka (environnant le centre de santé et l’orphelinat), ceux du centre de Mulindi et de la zone environnant la résidence présidentielle depuis le quartier Kajagali, versant faisant face au pont Mulindi et versant Nyarugunga proche des points désignés par les experts.

 Par ailleurs, les témoignages acoustiques qui semblent être l’élément déterminant de la conclusion des Experts ne peuvent primer sur les témoignages à la fois oculaires et acoustiques de plusieurs personnes qui étaient plus près des lieux de l’attentat. Les témoins retenus par les experts ne pouvaient pas bien distinguer les détonations étant donnés qu’ils étaient à l’intérieur des maisons, que ce soit ceux qui étaient chez Pasuch, que ce soit Grégoire de St Quentin. Ils divergent sur le genre et l’ampleur des détonations ou du bruit qu’ils ont entendu, allant du bruit de départ de missiles légers à celui du fusil d’assaut en passant par la lance-roquette RPG7. Toutefois la plupart des témoins chez Pasuch indiquent que la direction d’origine du bruit ou détonations est Masaka au lieu d’être la vallée de Nyarugunga (dessous cimetière retenu par les experts).
Le point de départ des missiles dans la vallée de Masaka a été retenu pendant plusieurs années sans moindre contradiction. Même le FPR citait la ferme de Masaka dans toutes ses tentatives de diversion, à part qu’il attribuait le forfait aux FAR, jusqu’à l’aveu de Paul Kagame dans son interview avec le journaliste de la BBC Stephen Sackur à Londres le 7 décembre 2006, qu’il a tué Habyarimana parce qu’il le combattait, et qualifiait l’attentat d’acte de guerre comme s’il en revendiquait l’exploit ! Les témoins qui prétendent le contraire ne peuvent pas justifier ce qui les a empêchés de donner leur version aux médias, ni aux services ou autorités rwandaises concernées, à l’instar des anciens témoins qui l’ont fait spontanément. Ce n’est qu’après ledit aveu imprudent et arrogant de Paul Kagame que le FPR a pensé à la thèse de diversion situant le point de départ des missiles du côté du camp militaire de Kanombe, exploitant le fameux écrit du pseudo Thaddée détenu par la journaliste du quotidien belge Le Soir, Colette Braeckman, comme si quelqu’un en a fait la suggestion ou en a révélé l’existence au FPR. Puis le FPR a cherché les Experts britanniques pour faire accréditer sa version.
Les Experts britanniques ont purement et simplement entériné l’angle de 70 degrés estimé par un témoin qui se trouvait à Rutongo, plus de 20 km, et l’ont appliqué à partir du point de chute pour désigner le point de départ des missiles dans le domaine militaire de Kanombe. Or la trajectoire des missiles doit être tracé à partir du point d’impact naturellement différent du point de chute et devant précéder ce dernier. Ils ont commis l’erreur de confondre les deux points alors que l’avion a été emporté et est allé s’écraser à une certaine distance du point d’impact, suite à sa vitesse de propulsion. Apparemment les Experts du juge Trévidic ont corrigé cette erreur tout en ménageant les conclusions des britanniques quant au point de départ des missiles. Ils désignent les points de départ au hasard dans le domaine militaire de Kanombe alors qu’ils ne sont cités par aucun témoin. Ensuite ils s’appuient sur l’appréciation purement théorique de l’expert acousticien appelé à leur rescousse, contredisant, ignorant ou occultant les témoignages, comme s’ils devaient impérativement contredire la version Bruguière.

2-L’analyse des témoignages et les conclusions tirées par les experts

 *Les experts du juge Trévidic ont occulté le témoignage de M. Jean Luc Habyarimana. Or c’est lui qui est le témoin central qui a suivi mieux que quiconque toute la scène. Même s’il ne pouvait pas voir le départ des missiles à partir du sol, sa position lui permettait de voir une grande partie de leur trajectoire. Il a vu l’impact, l’explosion et la chute sans aucun obstacle. Etant proche de l’impact il a pu bien voir la direction d’origine des missiles. Il indique la vallée de Masaka sans ambages ! Il n’a pas vu les missiles venir de son arrière-droite, du sud vers le nord-est, mais de son avant-droite, du sud-est vers le nord-ouest.

*Les experts minimisent et déforment le témoignage de M. Jacques Gashoke, le second témoin oculaire proche du point d’impact. Bien que l’intéressé fût situé en contrebas de la voie menant à la villa communale, aucun obstacle ne pouvait l’empêcher de voir à 262 m au-dessus de lui vers l’est. Il précise que les projectiles venaient de la Vallée de Masaka.

 Par contre le talus et même tout le versant de la colline Kanombe surplombant le centre de Mulindi et la maison communale l’empêchaient de voir les projectiles qui seraient partis des positions désignées par les experts dans le domaine militaire de Kanombe, donc derrière lui.
 Selon les experts : « Tenant compte de la position du témoin, se trouvant sur la droite de l‘axe d’approche de l’avion, les trajectoires des missiles sont très différentes : à gauche de l’avion pour les missiles venant de MASAKA, à droite de l’avion pour les missiles venant de KANOMBE. »
 M. Jacques Gashoke ne dit nulle part qu’il a vu les missiles venir de la droite de l’avion. Quelle que soit sa position, regardant vers l’est, tous les missiles seraient partis de sa droite (avant-droite pour Masaka, et arrière-droite pour Kanombe), et de la gauche de l’avion (arrière-gauche pour Masaka et avant-gauche pour Kanombe).
 Quant à tous les autres témoins oculaires retenus par les Experts se trouvant du côté de Kanombe, ouest des positions de départ des projectiles et du point d’impact, ils peuvent bien s’être trompés dans leur appréciation des distances et des directions des projectiles, car la nuit était obscure et l’événement était subit. En principe de nuit les distances sont sous-estimées (Ref. Cours de tactique militaire, Instruction du combattant, désignation des objectifs de nuit).

En effet les projectiles passant subitement comme une étoile filante pendant la nuit obscure, qu’il soit du sud vers le nord-est pour Kanombe et du sud-est vers le nord-ouest pour Masaka, tous venant donc de la droite vers la gauche par rapport aux témoins, ceux qui étaient éloignés peuvent facilement confondre leur provenance.

 Il faut donc privilégier la version des témoins qui étaient proches, M. Jean Luc Habyarimana et Jacques Gashoke. Au besoin il faudra prendre en considération les témoignages qui avaient été recueillis par mes subordonnés que j’entérine et ceux recueillis par le Prof Filip Reyntjens. Sinon il faudra recueillir les nouveaux témoignages des témoins libres du centre de Mulindi, de la zone environnant la résidence présidentielle depuis le quartier Kajagali jusqu’à Nyarugunga, de Rusororo en haut du robinet Km 19 et de Masaka environnant le centre de santé et l’orphelinat.

*Les experts fondent leurs conclusions sur les témoignages acoustiques interprétées par l’expert acousticien et occultent les précisions données par les mêmes témoins quant à l’origine des détonations ou du bruit qu’ils ont entendu. En effet 3 des témoins de chez Pasuch disent que le bruit venait de la vallée de Masaka ou de la direction d’où les avions atterrissaient, donc de l’est et non du sud par rapport à eux.

Audition de Mme DELNEUVILLE Brigitte, épouse PASUCH, en date du 20 novembre 2011

 Cote D7987

« Le bruit semblait provenir de la vallée, du fond du jardin vers l’entrée de la maison, il s’agit de la même direction d’où atterrissaient les avions quand ils passaient au-dessus de leur maison. »

Audition de M. Massimo PASUCH, en date du 21 octobre 2011

Cote D7983-2/3/4/5/6/7/8/9/10/11/12/13

« M. PASUCH ne peut localiser la direction du bruit du souffle, mais selon lui il provenait du fond du jardin, vallée NYABARONGO, direction MASAKA. C’est ce qu’il indique sur son croquis en hachuré comme étant la zone probable.

 Audition de M. Ghislain DAUBRESSE, en date du 26 octobre 2011
Cote D7968-2/3/4/5/6/7/8/9/10
« Les traînées allaient de droite à gauche avec un angle d’ascension de 60 degrés environ, sachant que le deuxième tir lui semblait plus vertical que le premier. Elles venaient de la direction de la colline de MASAKA, soit de la colline elle-même, soit de devant par rapport à son champ de vision. »

*Pour faire croire que les occupants de la maison Pasuch avaient la possibilité de bien entendre le bruit de départ les experts disent que la fenêtre de la maison « était toujours ouverte et équipée de moustiquaire » alors que cette précision ne se trouve dans aucun extrait des témoignages. Tandis que Mme DELNEUVILLE Brigitte Pasuch précise que les fenêtres de la maison étaient fermées. Pourquoi les experts déforment-ils le témoignage ?

 Les experts,  pièce C 19 : « Au moment des faits, M. et Mme PASUCH se trouvaient dans la salle à manger dotée de cette baie, accompagnés de leurs enfants, du Dr DAUBRESSE et de Mme VAN DEENEN. Cette fenêtre était toujours ouverte, étant équipée d’une moustiquaire, tout comme les autres fenêtres de cette maison, »

Mme Delneuville Brigitte Pasuch, Page 32 : « Au moment des faits, les fenêtres de la maison étaient fermées, elle a entendu deux déflagrations puis elle a senti une odeur d’essence ou de kérosène et vu une lueur. »

 Les experts n’étaient pas sur les lieux au moment des faits pour contredire Mme Pasuch qui connaissait sa maison !
 *Par ailleurs les experts occultent les précisions données par les témoins de la maison Pasuch sur la direction de départ des missiles alors qu’ils indiquent la colline ou la vallée de Masaka.

3-Les conclusions techniques ou scientifiques tirées par les experts :

 *Selon les experts :

-« Au moment de l’impact du missile, l’avion était animé d’une vitesse constante, c’est-à-dired’un mouvement rectiligne uniforme quasiment horizontal, à 3° près. Sa vitesse était de l’ordre de 120 kts soit 61 m/s ».

- « l’avion a parcouru une distance horizontale de l’ordre de 400 m, avant de s’écraser au sol, éparpillant des débris sur une longueur de 145 mètres et une largeur de 20 m environ. Il a heurté le sol suivant un angle de 31° environ »

 Cette vision des experts considérant la position de l’avion comme horizontale dans tous ses mouvements va influencer leur conclusion sur l’impact et de privilégier la position de tir de Kanombe.

Mon observation :

 *Les experts ne disent pas le sens de l’angle d’impact sur l’aile. Si l’angle est de l’avant vers l’arrière, on pourrait conclure que le missile était tiré de Kanombe. Si l’angle est de l’arrière vers l’avant, le tir serait de Masaka. Puisque le sens de l’angle n’est pas déterminé ou déterminable, c’est la position qui présente le plus de qualités qu’il faut retenir : Masaka.

En effet, d’une manière générale le tir idéal se fait par l’arrière, tandis que le tir de l’avant se fait faute de mieux. Les tireurs devaient prendre la position qui offre le plus de chance de succès et non la position qui les expose à l’échec.

 Par ailleurs l’avion ne devrait pas avoir parcouru une distance horizontale de l’ordre de 400 m dans sa chute, plutôt une distance rectiligne mais oblique. Une chute horizontale n’est pas possible ! Elle ne peut être que verticale ou oblique.

*Les experts ne disent pas clairement comment ils ont trouvé l’angle de percussion au sol de 31°. Ils ne disent pas non plus quel est l’angle de la trajectoire de chute vers le bas alors que celui de 14° est la déviation par rapport à l’axe d’approche d’atterrissage. Serait- ce cet angle de 31° qu’ils ont appliqué et l’ont remonté jusqu’à l’intersection de la diagonale tirée à partir du point de chute avec la trajectoire d’approche pour déterminer le point d’impact ?

Il y a lieu de se demander pourquoi les Experts du juge Trévidic n’ont-ils pas pris en considération l’angle de 20° formé par le cratère, qui avait été relevé par les experts belges avant la dégradation et la transformation des lieux par le Front Patriotique Rwandais. Cet angle n’aurait-il pas été évité parce qu’il portait le point d’impact presqu’en face de Masaka, excluant d’office la possibilité de tir à partir de Kanombe ? En effet si l’angle de chute était plus petit, le point d’impact serait plus éloigné vers Masaka et la distance de chute serait plus longue comme mentionné ci haut.

 4-Commentaires tendancieux des Experts.

*Les experts se sont permis de faire des commentaires qui dévoilent leur penchant alors qu’ils n’ont rien à voir avec la détermination du point d’impact sur la trajectoire d’atterrissage et la position de départ des missiles, comme s’ils voulaient démontrer qu’il n’y avait pas de menace ! En effet ces commentaires ne seraient justifiés que si l’avion était tombé suite aux manœuvres dangereuses d’atterrissage qu’auraient tentées les pilotes. Or l’avion a été abattu et les indices de la menace existaient déjà, tel que la lettre de Jean-Pierre MINABERRY au capitaine Bruno DUCOIN le prouve.

«L’interdiction de survol du CND n’était pas indispensable pour réaliser cet attentat. Le mode opératoire consistant à utiliser ces missiles sol-air au pouvoir offensif élevé et performant sur le plan opérationnel, ne pouvait que conduire à la réussite de cette opération avec une probabilité élevée.»

 Or le survol du CND a été interdit par le FPR dans le but de canaliser les avions sur la seule piste EST, privant ainsi l’avion présidentiel de la possibilité d’utiliser par surprise la piste de son choix. Par ailleurs l’approche de l’aéroport de Kanombe par l’Est offre un champ d’observation et de tir sol-air plus étendu.

Au sujet de la lettre de Jean-Pierre MINABERRY au capitaine Bruno DUCOIN les experts concluent :

« Cette transcription confirme que les pilotes n’ont pas choisi un des types d’approche envisagés pour faire face à une éventuelle menace, mais qu’il a effectué une approche directe, « normale » par rapport à sa provenance.

 La présence d’un C130 des Nations Unies dans la zone de l’aérodrome de Kigali a pu également les inciter à effectuer cette approche directe pour éviter tout risque de collision, le contrôle de Kigali n’ayant pas la capacité d’assurer les espacements entre les avions par manque de radar.»
 Or les pilotes ont plutôt effectué une approche « normale » parce qu’ils n’avaient pas encore essayé la manœuvre « d’arrivée haute altitude ». Ils n’avaient essayé que « l’arrivée basse altitude » de jour, longeant la rivière Nyabarongo depuis le Mayaga et derrière le mont Rebero et le mont Nyanza pour déboucher au dessus de la vallée Nyarugunga samedi le 2 avril 1994. Cette manœuvre essayée n’était pas possible la nuit puisqu’elle est effectivement à risque à cause du relief entourant l’aéroport de Kanombe.
 La présence du C130 belge et non des Nations Unies dans la zone de l’aéroport de Kigali n’avait pas du tout à inciter les pilotes de l’avion présidentiel à éviter ladite manœuvre. Selon le Sous-lieutenant Mboneko qui commandait le détachement de la Garde présidentielle envoyé à l’aéroport de Kanombe pour accueillir le Chef de l’Etat ce soir du 06 avril 1994, le C130 belge s’est annoncé après l’attentat. Les pilotes du Falcon 50 présidentiel ne savaient certainement pas que cet avion était dans les environs. Il n’apparaît pas dans l’enregistrement qu’ils en ont fait mention et que c’est pour cela qu’ils ont évité ladite manœuvre. Il n’y avait aucun risque de collision entre les deux avions. Donc la tour de contrôle n’avait qu’à guider le seul avion présidentiel avant l’attentat, puisque le C130 s’est annoncé après.

Il faut noter que cet avion s’est présenté à l’improviste puisqu’il n’avait pas préalablement donné son plan de vol alors que les instructions en vigueur dans cette période l’exigeaient, et même l’Etat-major de l’Armée Rwandaise (mon département G2) en recevait la copie.

 Quant à la crainte de la menace, vers la fin de la journée les pilotes avaient exprimé le souhait de ne pas rentrer à Kigali pendant la nuit lorsqu’ils ont constaté que la réunion des chefs d’Etat à Dar-es-Salaam tardait à prendre fin. Le Président Habyarimana a alors exprimé à son homologue tanzanien le souhait de passer la nuit à Dar-es-Salaam et Mwinyi a rejeté la demande sous prétexte que le protocole n’avait pas pris les dispositions pour cette éventualité.

5- Conclusion

 Quel que soit le sentiment avec lequel les experts du juge Trévidic ont désigné les positions de tir de Kanombe et ont privilégié les témoignages recueillis par le Comité Mutsinzin dont la crédibilité est douteuse suite à leur manque de liberté et d’indépendance, le point de départ des missiles n’est pas un élément déterminant de l’enquête, les calculs et procédés utilisés pour déterminer le point d’impact sur la trajectoire n’étant pas absolus. En effet si l’avion avait été abattu loin des installations ou positions des FAR, en dehors de la portée des armes qui y seraient installées et en dehors de tout témoignage oculaire ou acoustique, la recherche du point départ des missiles n’aurait pas lieu. La recherche porterait tout simplement sur le type d’arme utilisée (origine, détention et capacité de manipulation). C’est donc la présence du camp militaire de Kanombe qui favorise la spéculation alors que tous les éléments de l’enquête visent le FPR. Les éléments déterminants sont :
-l’intérêt (à qui profite le crime), les témoignages et les découvertes sur la planification, les ordres, l’exécution, l’origine et la détention des engins utilisés et enfin l’aveu (Paul Kagame à Stephen Sackur).
 Pour le cas qui nous concerne, en plus des témoignages des transfuges du FPR dans le rapport du juge Jean Louis Bruguière la planification inclut des indices alors rassemblés par les renseignements militaires que je dirigeais et les réunions dénoncées par le Partenariat Intwari dans son document « Génocide rwandais- le Peuple crie Justice », le démontage de la boîte noire authentique du Falcon 50 présidentiel en préparation de l’attentat, la recherche de la fausse boîte noire de substitution, son acheminement à Kigali jusqu’au lieu du crash, l’abstention du Général Roméo Dallaire d’informer la partie gouvernementale de son « ramassage » par la MINUAR sur le lieu du crash 4 ou 7 jours après l’occupation des lieux par le FPR, sa manipulation pour tenter d’y enregistrer les données de vol du Falcon 50 présidentiel du 6 avril 1994, ainsi que sa dissimulation dans les locaux des Nations Unies à New York pendant 10 ans « à l’insu des hauts responsables des Nations Unies ». C’est le commanditaire de tout cela qui est le responsable de l’attentat. Or je suppose que le juge dispose de toutes les informations. Sinon il devrait les chercher avant de prononcer sa conclusion et la fin de l’instruction.

Parmi les indices de planification il ya lieu de citer :

*Au mois de janvier 1994, une ougandaise travaillant à l’Ambassade de l’Ouganda à Kigali, très proche du FPR a dévoilé à une jeune fille ayant vécu en Ouganda et qu’elle croyait être également pro-FPR que le FPR a tenté de tuer le Président Habyarimana pendant ses déplacements par route, mais qu’il a échoué à cause des mesures de sécurité prises par la Garde Présidentielle. Elle a ajouté que le Président Habyarimana sera abattu à bord d’un aéronef et que ça passera inaperçu.

 *Au mois de Janvier 1994, dans sa lettre adressée à Kagame et saisie sur un passeur en commune Muhura, préfecture de Byumba, un certain Zubere de Nyamirambo disait qu’il n’était pas facile d’assassiner le Président Habyarimana sauf avec au moins 100 Hommes en tenue civile.

*Le 3 mars 1994 il fut découvert la lettre en Anglais datée à Byumba le 14 janvier 1994 signée Colonel Alexis Kanyarengwe président du Front Patriotique Rwandais, avec l’adresse du siège du FPR, 3 av. de l’Observatoire, Box 8, 1180 Bruxelles Belgique. Elle énonce le plan d’abattre le Président Habyarimana à bord de son aéronef et contient une liste de 210 cadres intellectuels Hutu de catégories différentes à éliminer.

 Les Réunions de planification de l’assassinat sont notamment :
*la réunion du 10 mars 1989, tenue à Kampala, Nakasero State House et présidée par Museveni;

*la réunion du 16 mars 1989, tenue à Kampala, Entebbe State House;

 *la conférence du 09 mai 1989 tenue à Kampala, Nakasero State House, présidée par Museveni en présence de Mwalimu Julius Nyerere, Fred Rwigema, Peter Bayingana, Kiiza Besigye, John Mwesigye, mais aussi  Chief Mashood Abiola de la société nigériane ITT et Tiny Rowlands du groupe LONRHO;
*la réunion spéciale tenue à Mbuja Military Headquarters Barracks en présence de Museveni, Salim Saleh Akandwanaho, Fred Rwigyema, Chris Bunyenyezi, Drago, Karate et Kazini;
*la réunion du 20 avril 1990, tenue à Mbarara, Rwagitura State House, Mbarara; la réunion de debriefing en présence du Président Museveni ;
*la réunion d’échange d’informations tenue à Musasani State House au cours de laquelle un plan d’attentat contre le président Juvénal Habyarimana à Kigali, à l’Hôtel Kiyovu fut approuvé ;
*la réunion du 28 avril 1990 tenue à Manchester au Royaume-Uni ;

*la réunion du 30 avril 1990 tenue à Kampala, International Conference Centre ;

*la réunion de Kampala en présence de la Baronne Linda Chalker, où l’on envisageait un plan d’attentat contre le Président Habyarimana au palais présidentiel de Kigali (Intelligence into Rwandese State House).

* Au cours du troisième trimestre de l’année 1993, le président Yoweri Kaguta Museveni a organisé une réunion de planification au State House d’Entebbe.

* La réunion du 20 décembre 1993 de Westminster au Royaume-Uni qui a pris des résolutions dites «resolutions of Westminster, UK»

 *Trois jours avant le Sommet de Dar es Salaam, une réunion de mise au point quant aux derniers préparatifs de l’assassinat du Président Habyarimana a eu lieu au camp militaire de Mwenge, à quelques kilomètres du centre ville de Dar es Salaam. Au même moment, les éléments du FPR et de la MINUAR chargés d’abattre l’avion présidentiel parachevaient leur entraînement au lance-missile dans le Nord de l’Ouganda, à Naguru .
 Quant au point de départ des missiles « désigné » au camp militaire ou dans le domaine militaire de Kanombe, bien que je n’y croie pas, l’attentat n’étant pas revendiqué ou assumé à l’instar du coup d’état commis contre le Président Melchior Ndadaye par les Forces Armées Burundaises (FAB) le 21 octobre 1993, les FAR n’étaient pas si stupides pour le commettre à partir du domaine militaire de Kanombe avec le risque d’être identifié. A moins que ce soit fait par une 5ème colonne pour favoriser la diversion et attribuer le forfait aux FAR.

Par ailleurs il importe de distinguer le camp militaire proprement dit du domaine militaire. Le point en question est plutôt situé dans le domaine militaire et non au camp militaire. Le domaine militaire de Kanombe n’était pas hermétiquement fermé, ni clôturé ou surveillé en permanence. Il est plutôt vaste et boisé et l’infiltration y est possible et même facile. Le Commando du FPR peut bien s’y être infiltré. La piste qui y mène venant du tournant entre le centre de Mulindi et le Pont de Mulindi citée par le pseudo Thaddée dans le rapport Mutsinzi n’était pas surveillée ni fréquentée de nuit. Le FPR avait certainement fait la reconnaissance de cette piste. Mais dans tous les cas puisque la désignation pure et simple dudit point n’est pas crédible il faut toujours privilégier la vallée de Masaka, faisant valoir les anciens témoignages oculaires, libres et spontanés.

 Il faudra prendre en considération les témoignages qui ont été recueillis par le Professeur Filip Reyntjens.
Il faudra recueillir de nouveaux témoignages auprès des habitants des environs de la résidence présidentielle de Kanombe, centre de Mulindi, Masaka et Rusororo parmi lesquels on pourrait retrouver les anciens témoins.

Il faudra demander à la Belgique de retrouver les membres de l’équipe de patrouille de la MINUAR belge qui se trouvait à Masaka le soir du 6 avril 1994 et qui a quitté après l’attentat, afin d’acter leur version puisqu’ils ont tout vu.

 Il faudra recueillir les témoignages des familles des officiers EX-FAR de Kanombe et des officiers eux-mêmes, notamment ceux qui étaient au Mess des officiers.
 Il faudra recueillir les témoignages des anciens militaires de la Garde présidentielle, qui défendaient la résidence présidentielle de Kanombe. Ces derniers sont des témoins centraux au même titre que M. Jean Luc Habyarimana. Ils avaient certainement les yeux tournés vers l’avion dès son apparition à l’horizon et ils ont suivi toute la terrible scène.
 Toutefois tous les témoins se trouvant au Rwanda devront être entendus en dehors des agents et fonctionnaires de l’Etat (sécurité, police et magistrats). Si le régime rwandais refuse cette possibilité ce sera une preuve qu’il craint la vérité et que les témoignages qui ont été recueillis par le Comité Mutsinzi n’étaient pas libres.
 Enfin il faut prendre en considération l’aveu de Paul Kagame devant le journaliste Stephen Sackur. Après cet aveu, le souci de remplir le dossier répondant à l’objectif du régime rwandais de contrarier le juge Jean Louis Bruguière et les recherches effectuées pour déterminer le point de départ des missiles me paraissent une manœuvre de diversion. Je signale que l’ancien et premier Procureur général du régime rwandais, le Dr. Gerald Gahima, qui n’a pas manqué à mener ses investigations sur l’attentat du 6 avril 1994 en coulisse, puisque Paul Kagame s’y opposait, déclare qu’il est d’accord avec le juge Bruguière.
 C’est donc pour des raisons politiques qu’on désavoue le juge Bruguière alors que son travail a été correct sur le plan judiciaire. S’il a délivré les mandats d’arrêt contre les suspects qu’il n’a pas entendus, même le TPIR a toujours délivré les mandats sans d’abord conduire des commissions rogatoires. Le régime rwandais le fait également. Les mandats d’arrêt du juge Bruguière doivent demeurer intouchables jusqu’au jugement. C’est bel et bien Paul Kagame qui est le responsable de l’attentat du 6 avril 1994. Il l’a avoué bien qu’il le qualifie d’acte de guerre dans le but d’esquiver son aspect terroriste.

Fait le  18 février 2012

 Aloys Ntiwiragabo
Général-Major

Les détenus d’Arusha réagissent au rapport balistique

Les détenus d'Arusha réagissent au rapport balistique ictr-logo3-300x282Les critiques apportées au rapport balistique dans le cadre de l’enquête sur l’attentat contre l’avion du président Habyarimana fusent. La dernière en date est celle des détenus d’Arusha dont nous reproduisons ci-après de larges extraits.

« Depuis la sortie du rapport d’expertise commandé par les juges français chargés d’instruire la plainte des familles dont les membres ont péri dans l’attentat contre l’avion du Président Habyarimana, le 6 avril 1994, le régime FPR et ses supporteurs ont crié sur tous les toits que ce rapport innocente Kagame et ses complices. Ils ont crié victoire et inondé, avec chantages, les médias nationaux et internationaux de mensonges qui font dire à ce rapport balistique ce qu’il ne dit pas. Tout en la trouvant déplacée, d’autres opinions ont considéré que cette campagne médiatique cadrait parfaitement avec les manipulations et la propagande habituelle du régime FPR pour assurer son impunité ». Les détenus d’Arusha ont l’espoir « que la Justice française ne succombera pas à cette campagne médiatique déloyale et suivra normalement son cours pour établir la vérité ».

Les détenus du TPIRont procédé à une analyse critique du rapport d’expertise produit par le collège d’experts sur l’attentat contre l’avion du Président Habyarimana le 06 avril 1994 à Kigali. Elle fait ressortir les points saillants suivants :

« Le collège d’experts s’est laissé influencer par le gouvernement de Kigali dans le choix des témoins rencontrés sur le terrain et dans la détermination des positions probables de tir des missiles ». Ainsi sur les douze témoins retenus, neuf ont témoigné devant la Commission Mutsinzi et ce sont ces neuf témoins seulement que le Collège d’experts a privilégié et les rencontrés sur le terrain.

Le Collège d’experts n’a donné aucune indication sur les raisons qui l’ont poussé à ne pas rencontrer les autres témoins restants.

« Les déclarations des témoins rencontrés sur le terrain sont incohérentes et contredites par celles nettement plus crédibles des témoins que le collège d’experts n’a pas cherché à rencontrer ; »

« Contrairement à l’hypothèse retenue par le collège d’experts après avoir mis arbitrairement de côté certains éléments du dossier. Se fondant sur ces éléments écartés, les détenus ont formulé l’hypothèse que l’impact du missile sur l’avion a eu lieu tout près de la colline Runyonza ; »

Les détenus d’Arusha sont d’avis « que le collège d’experts a proposé l’intervention tardive de l’expert en acoustique parce qu’il avait besoin d’une base technique pour écarter les témoins crédibles qui affirment que les tirs de missiles sont partis de Masaka ». Ils ont souligné que « l’expert acousticien n’a pas été au Rwanda pour visiter les lieux. Il a mené ses expériences sur base de simulation effectuée en France dans des conditions environnementales complètement différentes de celles de Masaka et Kanombe. aussi bien en 2011 qu’en avril 1994 ». Il se pose alors « des questions sur les motifs qui ont poussé le collège d’experts à […] suggérer si tardivement l’intervention de cet expert. La seule réponse plausible […] parait être le poids disproportionné accordé à son expertise dans les conclusions du rapport final présentées aux parties, le 10 janvier 2012 ».

N’est-il pas interpellant de constater que le collège des experts qui devait présenter son rapport le 31 mars 2011 au plus tard, ait réclamé, le 17 mars 2011, soit deux semaines avant cette date limite, « l’extension de délai et la désignation d’un expert acousticien. L’expert acousticien fut commis le 29 mars 2011. Il n’est pas compréhensible que le collège d’expert ait attendu le moment de tirer les conclusions définitives de son rapport pour constater qu’il avait besoin de l’assistance d’un autre expert acousticien non prévu dans les termes de référence ». Il faut préciser que les experts avaient suffisamment de temps pour réclamer l’intervention des techniciens nécessaires à leur travail sur le terrain car ils ont été désignés le 20 avril 2010 et ont séjourné au Rwanda du 12 au 17 septembre 2010.

Dans leur analyse, les détenus d’Arusha ont « constaté que. pour arriver à sa conclusion que Kanombe serait le lieu le plus probable d’où auraient été tirés les missiles sur l’avion du Président Habyarimana, le 6 avril 1994, le collège d’experts s’est beaucoup servi du rapport partial du gouvernement rwandais et s’est fondé presque exclusivement sur les témoins entendus par le comité Mutsinzi ».

Pour les détenus d’Arusha, « le collège d’experts a été influencé par les autorités rwandaises. Il a bâti ses hypothèses de travail sur des témoignages peu fiables, recueillis 14 ans après les événements après avoir écarté sans motifs valables les témoignages de loin plus crédibles car contemporains aux événements. Il a accordé une importance déterminante aux conclusions de l’expert acoustique qui n’a pas visité les lieux du crime mais s’est contenté des simulations effectuées en France sur un terrain dont les conditions environnementales sont différentes de celles de Kanombe et Masaka, aussi bien en 2011 qu’en avril 1994 ».

« Eu égard à tout ce qui précède, il serait hasardeux de retenir la suggestion du collège d’experts selon laquelle les missiles auraient été lancés à partir de Kanombe et que le point d’impact du missile sur l’avion se trouverait à 400 m du point d’impact au sol. Selon toute évidence, «  les tirs de missiles sont partis de Masaka comme l’affirment les témoins plus crédibles. De même, le point d’impact du missile sur l’avion ne se situe pas au-dessus de la colline Kanombe mais bel et bien près de la colline Runyonza, comme observé par le témoin Gashoke ».

Les détenus d’Arusha estiment « que les déclarations des témoins crédibles devraient, prioritairement et sans déformation, être prises en considération et, si nécessaire, une contre-expertise menée, afin de tirer les conclusions définitives sur le lieu de tir des missiles qui ont abattu le Falcon 50 du Président Habyarimana, dans la nuit du 06 avril 1994 ».

en ouvrant le lien ci-dessous vous pouvez avoir l’accès à l’analyse

http://www.musabyimana.net/fileadmin/user_upload/documents/2012/analyse_detenus_TPIR.pdf

Source: www.musabyimana.net

 

 

GUHIRIKA INGOMA YA KAGAME NA FPR BIROROSHYE KANDI BIRAGOYE

GUHIRIKA INGOMA YA KAGAME NA FPR BIROROSHYE KANDI BIRAGOYE Kandida-asuhuza-abanya-Gicumbi-300x225

Kwigira ikigirwamana kwa Kagame biri mu bizasenya FPR.

 

Iyi nyandiko nayanditse maze kwitegereza neza imikorere ya FPR, ndetse n’iy’abayirwanya. Aha nagerageje kureba ku mpande zose nakuyemo umwanzuro w’uko guhirika FPR bikomeye cyane kandi biruhije mu gihe abarwanya FPR bakomeje kwitwara nk’uko bitwaye ubu, kandi guhirika FPR biroroshye cyane mu gihe abarwanya FPR na Kagame bahinduye imikorere bakamenya icyo bashaka koko.

Impamvu guhirika FPR bigoye

-FPR ni nkaho ariyo Leta y’U Rwanda (parti Etat) ni ukuvuga ko inzego zose z’umutekano zikorera iryo shyaka n’abazigize bakaba bari muri iryo shyaka (Polisi, igisirikare, iperereza ryose irizwi n’iritazwi). Ibi rero bituma nta buryo bwo guhirika ubutegetsi mu buryo bworoshye bushoboka.

-Imitegekere y’igihugu cy’u Rwanda ni centralisé (centralized) ni ukuvuga ko ikintu kibereye mu mudugudu cyangwa mu Kagali kigera ku buryo bworoshye mu nzego zo hejuru kandi zose zikorera FPR mbere yo gukorera abaturage

-Inzego z’iperereza ziri hose, akenshi mu nzego zose zaba iz’ubuyobozi cyangwa izindi nzego za Leta n’izigenga haba harimo abamaneko kuri buri rwego batanga amakuru kuri buri muntu no kuri buri kintu kibaye. Abantu bose baranekena hagati yabo ndetse n’abayobozi hagati yabo. Hari abaneka kubera gukunda FPR, hari abaneka kugirango bababone neza kubera umugati, hari abaneka kugira ngo bizerwe ntihazagire ubahohotera, hari abaneka kugirango bahishe ibyo bakoze, buri muntu aba afite impamvu yakoreshejwe kugira ngo ashobore kwinjira muri ako kazi!

-Abantu bose bafate ubushobozi bwo kugira icyo bakora bose batari muri FPR cyangwa bayirimo (abacuruzi cyangwa abantu bafite amafaranga, abantu bize bafite ubumenyi ..,)bakurikiranirwa hafi hakoreshejwe abantu b’inshuti zabo cyangwa abavandimwe babo iyo bibaye ngombwa binjizwa muri FPR ku bintu bisa nk’agahato

-FPR buri muntu igira ikintu yamutegeyeho cyangwa imutegeraho ngo imukurure byaba ari ukubeshya byaba ari ukuri kandi ibyo ikabikora bucece. Urugero:

<Abatutsi ibabeshya ko ubutegetsi ari ubwabo ko nivaho bazapfa bagashira,

<Abahutu n’abazungu bababwira ko mu Rwanda nta moko ahari ko abantu bose ari abanyarwanda

< abaturutse hanze intambara ikirangira yarababwiraga ngo baze bafate amazu n’ibintu by’ubuntu ntawe uzabibaka,  abenshi muri bo bataye imitungo yabo baza biruka,  bidateye kabiri batangira kubasohora mu mazu bababeshye ko babahaye,  ibyo byateye umwiryane n’ingorane nyinshi hagati ya ba nyiri amazu n’abayabohoje kandi byose biturutse kuri FPR.

<Abashakaga ko ubwami bugaruka mu Rwanda bababeshye ko FPR nifata ubutegetsi izasubizaho ubwami mu Rwanda!

<Abashakaga Demokarasi bababeshye ko hazabaho ubutegetsi bwa demokarasi

<Abashakaga inzira ijya muri Congo gusahura ubukungu bwayo nabo barayibemereye

<Abafite bene wabo bafunze bababwiye ko nibakora neza bazabafungura

<Abashakaga kwica no kwihorera barabibemereye

Mbese muri  make FPR ifite ikintu ibeshya buri wese kugira ngo ishobore kumukoresha icyo ishaka.

-Ubucuruzi bwose n’abacuruzi bose bari mu maboko yayo, n’ukuvuga ko ubukungu bw’igihugu bwose ibukurikiranira hafi, ikoresha uko ishoboye umuntu wese ufite igikorwa cyose kinjiza amafaranga atubutse akajya muri FPR ndetse agatangira gukorana nayo. Ibyo bishatse kuvuga ko iyo hari umunyarwanda ufite imitungo itubutse FPR ikaba ibona idashobora kubonaho icyacumi cyangwa ngo iyikurikiranire hafi kugira ngo ibe itakoreshwa mu kuyirwanya, itangira kumugendaho. Ishobora kwitwaza Genocide (Kabuga),  ibindi byaha cyangwa igatangira kumushyiraho igitutu mu buryo bwose bushoboka bitewe n’umuntu uwo ariwe. Urugero: Muzarebe ibirimo kuba muri Rujugiro.

-Umunyarwanda uri hanze wese ufite ubushobozi bw’amafaranga, uzwi cyane kubera impamvu zitandukanye navuga, abacuranzi, abakozi mu nzego mpuzamahanga, abarimu muri za Kaminuza zikomeye, abantu bafite akazi keza mu mahanga… abo bose FPR ishaka kubagira abayo, ababyanze akenshi ibashakira ibyaha nka Genocide, ubujura, gukorana n’imitwe y’iterabwoba n’ibindi

-Aho umunyarwanda wese ari kw’isi bifuza kumumenya bakamenya icyo akora, ubwoko bwe, ibitekerezo bye bya politiki n’ibindi.. Rimwe na rimwe habaho gushaka kumwinjiza muri FPR byakwanga hagakoreshwa abantu ba FPR batuye muri ibyo bihugu bakareba uburyo bamushakira ibyaha nka genocide n’ibindi bishobora kumwangiriza ubuzima muri ibyo bihugu

-FPR ni ishyaka umuntu ajyamo ariko ntawe urivamo kereka apfuye!  Iyo umuntu yinjiye muri FPR ni nk’igihango ntabwo ari nko kujya mu mashyaka yandi ya politiki ushobora kujyamo cyangwa ukavamo uko uboye. Cyane cyane iyo ubaye umuyoboke wa FPR wo mu rwego rwo hejuru byo iyo uyivuyemo, ntabwo ushobora kuzagira amahoro mu buzima bwawe, baguteranya n’inshuti n’umuryango wawe, baguhimbira ibyaha, baragusebya, baraguhiga mpaka, bagutesha umutwe mu buryo bwose bibaye ngombwa uricwa. (Sendashonga, Kayumba, Rudasingwa, Gahima,  Karegeya…) Kandi ibyo ntibishobora guhagarara. Niyo mpamvu hari abantu benshi bashyirwa ku ruhande ariko bakemera bakaguma mu Rwanda bakaba batashobora guhunga n’iyo byagenda gute. (Bihozagara, Mazimpaka, Rose Kabuye, Col Musitu, Gen Kaka, Museminari…..)

-Amashyaka arwanya ubutegetsi nta gushidikanya ko FPR iyafitemo abantu bayikorera mu buryo bwo kuneka hakoreshejwe, amafaranga, abafite abafunze kuzabafungura, igitutu ku miryango yabo, iterabwoba n’ibindi

-Amashyaka ya politiki yiciyemo ibice byinshi bituma bigorana ko ashyira hamwe:  amoko, uturere, aho abantu bari barahungiye, igihe abantu bahungiye, kuba hari abakoranye na FPR n’ibindi..

-FPR (Leta y’u Rwanda) ikoresha amafaranga menshi muri propaganda, haba mu Rwanda cyangwa mu mahanga, muzarebe ibitaramo by’imiziki n’ibindi bikurura abantu ahabereye inama za Leta cyangwa za FPR mu mahanga cyangwa mu Rwanda. Abafite imitima yoroshye igipindi kirabafata.

-Iterabwoba, bishatse kuvuga ko iyo utangiye igikorwa cyose kitari mu nyungu za FPR cyangwa kiyirwanya biba bishatse kuvuga ko utangije urugamba rutarimo imbabazi.

-FPR (Leta y’u Rwanda)  ikoresha amafaranga menshi mu gutanga ruswa mu banyamahanga kugira ngo igere ku ntego zayo cyangwa igire izina ryiza.

-Ntabwo FPR itinya abazungu, ni ukuvuga ko uyirwanyije wese idatinya nayo kumumerera nabi ikoresheje uburyo bwose, ingero nyishi zirahari z’abanyamahanga bagiranye ibibazo na Leta y’u Rwanda nka Peter Erlinder, Ann Garrison, Jenniffer Fierberg, Susan Thomson, Guy Theunis…. muzarebe uburyo Ambassade z’ubufaransa n’ubudage zahise zifugwa kubera ifatwa rya Rose Kabuye. Guhakana Genocide n’ingangabitekerezo ya Genocide n’icyaha u Rwanda na FPR bakunze gukoresha ku banyamahanga. Ntabwo twakwibagirwa ko hari na Rapport Mucyo irega abafaransa Genocide. Kandi inafite abazungu benshi yagize inshuti biciye mu buryo butandukanye hakurikijwe  inyungu z’abo bazungu cyangwa babategeye ku byo bakunda: Bill Clinton, Tony Blair, Louis Michel, Bernard Kouchner….

-Buri munyarwanda wese afite icyaha FPR ishobora kumurega ibishatse, ku batutsi akenshi ikunze kubarega ubujura, abahutu ni Genocide cyangwa kuyihakana ubu noneho hadutse ibya za grenade

-Umuntu wese ashobora kubabarirwa icyaha icyo aricyo cyose mu gihe biri mu nyungu za FPR, ubundi icyaha ni ukurwanya FPR ni ukuvaga ko kwinjira muri FPR no kuyikorera wivuye inyuma bihanagura ibyaha byose kugeza igihe itakigukeneye bya byaha bikagaruka!

-FPR yabeshye abanyarwanda n’abanyamahanga byinshi kandi n’ubu iracyakomeza ntitinya kubeshya n’iyo yaba izi ko ikinyoma kizamara igihe gito. Urugero: <Kubeshya ngo nta ngabo ifite muri Congo , <Kubeshya ngo ikibazo cy’indege cyararangiye uwayihanuye yaramenyekanye, n’ibindi…

-Genocide yayigize intwaro ikomeye mu gucecekesha abahutu no gukanga abanyamahanga bamwe na bamwe badasobanukiwe.

-Yagaragaje ko ubwicanyi ntacyo buyibwiye abantu bazi uburyo yishe abahutu ariko n’ubu irabihakana n’iyo hari ibiemenyetso simusiga ntibura ibyo yitwaza ngo ipfobye ibyo birego

-Ntabwo itinya kwica abatutsi mu gihe babangamiye inyungu zayo cyangwa hari inyungu yabikuramo

-Ntabwo itinya kuba yakura mu nzira abantu bose bashobora kuyibangamira muri politiki cyangwa bashobora gukundwa n’abaturage (Ingabire, Mushayidi, Ntaganda…)

-Iyo umuntu akenewe iramukoresha nyuma yaba adakenewe ikajugunya (Safari Stanley, Bizimungu Pasteur, Gen Munyakazi, …)

 

Impamvu gusenya FPR byoroshye

-Ikintu cya mbere FPR itinya ni ukubona abanyarwanda bose abahutu n’abatutsi bashyize hamwe. Kuko akenshi ikunze gukoresha ubwo bwumvikane bucye mu nyungu zayo. FPR yeretse abatutsi ko ariyo murengezi wabo, ihora yumvisha abatutsi ko abahutu bahora barekereje ngo babamare. Ni ukuvuga ko haramutse habonetse undi muntu abatutsi bakwizera wabizeza umutekano cyangwa abahutu bakagaragaza ko nta gahunda mbi bafitiye abatutsi, icyo gihe FPR nta ngufu na nke yasigarana.

-FPR yabeshye abantu byinshi ku buryo abantu benshi bagenda bamenya ukuri ku buryo bisigaye bigoye kongera kubabeshya ibindi

-Abantu bashize ubwoba cyane cyane abari hanze y’u Rwanda na bagenzi babo bari mu Rwanda hari igihe banyuzamo bakarikocora bakemera bakabizira

-Abafite ibyaha bo muri FPR bijejwe ko batazahanwa hazaba imbabazi rusange nabyo ni ibintu bishobora gutuma FPR icika intege. Benshi mu bashinjwa ibyo byaha bafite imitungo, bafite imiryango bifuza kubaho neza bakarya amafaranga yabo, bagatembera aho bashaka, ubu ntabwo bishoboka kuko abenshi bafite impapuro zibashakisha. Igihe abo bantu bazaba bizeye ko batazafatwa nta mpamvu bakomeza kwihanganira kwirirwa bakubitwa inshyi na Kagame.

-Hari abantu benshi bari mu myanya myiza bigwijeho imitungo batinya ko ibintu bihindutse bayakwa ibyo bituma banangira bakanga ko hagira igihinduka ngo badatakaza imitungo yabo, ariko abo bantu bafite icyizere cy’uko ntawe uzabatwarira ibintu ntacyababuza kureka Kagame bakava mu gihirahiro cyo kutamenya uko buzacya bimeze.

-Hari benshi bagiriye nabi abaturanyi babo bitwaje intsinzi, Genocide, za gacaca n’izindi mpamvu nyinshi zo gukandamiza bagenzi babo bitwaje cyane ubwoko cyangwa aho baturutse, abo bantu batinya ko byahinduka nabo bikababaho. Rero niyo mpamvu abari muri opposition niba bifuza ko ibintu bihinduka, bashyira imvugo ihumuriza imbere, bagashyira kubabarirana imbere kuko hari benshi bari inyuma ya Kagame kubera gutinya kubazwa ibyo bakoze cyangwa kugirirwa nabi.

-Kera FPR yari imeze nk’umuryango. Abantu bajya inama bagashakira umuti hamwe icyo bagomba gukora, umutungo akenshi washakwaga wajyaga mu maboko y’umuryango. None ubu ntabwo abantu bakijya inama. Kagame niwe utegeka ibikorwa abandi bagakurikira, ntawe ushobora kumugira inama zimunenga cyangwa zinenga imikorere ye. Iki nicyo kintu cy’ibanze kizasenya FPR. Nabaha nk’urugero: Muri 2017, hari abashaka ko Kagame yakongera kwiyamamaza, ariko hari abandi bareba kure bagasanga ibyiza Kagame yareka kwiyamamaza ahubwo hagashakwa undi mukandida wa FPR, bityo hakaba kujijisha kandi ubutegetsi bukaguma muri FPR.

Ariko aha harimo ikibazo. Kagame amaze kwigira (cyangwa hari abamugize) ikigirwamana ku buryo bigoye kuba hari uwatinyuka kumugira inama yo kuba yarekura ubutegetsi ahubwo agashyiraho umuntu w’igikoresho.  Ikindi n’uko niba Kagame akoze amayeri nk’aya Vladmir Putin wo mu Burusiya akaba Ministre w’Intebe, bizasaba ko Perezida ava mu rindi shyaka ritari FPR kandi akaba ari Umuhutu kugira ngo bitagaragara nabi.

Ikindi ukuzamuka cyane kwa Kagame kwatumye nta bandi bantu bazamuka muri FPR bashobora kumusimbura ku buryo umuntu yibaza uko byagenda Kagame agiye bitunguranye. Ndahamya ko nta muntu n’umwe ushobora gutinyuka kuzana igitekerezo cyo kwiga k’uwasimbura Kagame aramutse agize icyo aba mu buryo butunguranye.  Uwazana icyo gitekerezo sinzi niba yamara kabiri

-Abantu batangiranye na FPR abenshi bamaze kuba abarakare kuko babona intego bari bariyemeje zitaragezweho ahubwo icyakozwe ni ukugira Kagame ikigirwamana, ikindi barabona ko inzira baganamo amaherezo izatera ingorane, nta mahitamo bafite. Batinyutse kugira icyo avuga byababera bibi, ikindi burya guhunga nabyo bisaba ubutwali. Abenshi muri aba ikiba gisigaye ni ugusaba imbabazi Kagame akabashakira umwanya yabaha mu buyobozi amaze kubagaraguza agati. Abo bantu ni benshi. Rero haramutse hagize ubizeza umutekano, akabizeza ko batazahura n’ibikorwa byo kwihorera ntabwo bakomeza kuba inyuma ya Kagame.

Muri make gutsinda byoroshye FPR ni ukwereka abayirimo ko ari abavandimwe ko nta kibi abandi babifuriza igihe baba bagabanye ubutegetsi n’abandi, ibi kugira ngo bishoboke bisaba ko amashyaka yose ashyira ahamwe akagira imvugo imwe itavangura amoko,  idaheza, kandi inenga ibintu bigaragara bikwiye kunengwa atari ukunenga gusa. Ikindi hagakoreshwa abantu bahoze muri FPR mu kureshya bagenzi babo babereka imigambi ifatika kandi babizeza umutekano wabo. Ntawahakana ko abantu bo muri FPR bafite ubwoba kuko bazi ibyo bakoze bagifata ubutegetsi. (abahoze ku butegetsi abo batishe barabafunze, abandi babacira ishyanga aho bakibirukaho kugera na n’ubu, abo batashoboye kwifatira babateje amahanga bitwaje Genocide) nabo rero ntabwo bashaka ko bizababaho kuko amahanga yabakuyeho amaboko ibyaha ntibyabura. Ubworoherane ariko burimo igitutu gihoraho nibwo buryo bwiza bwatuma abari muri FPR badahinduka abiyahuzi ngo bumve ko bagomba kurwana kugera ku wa nyuma.

Kuba ubutegetsi bwa FPR buzahirima ni ikintu kigaragarira buri wese, ikibazo ni ukumenya igihe n’uburyo buzahirima. Mbona abanyapolitiki bakagombye kwicara hamwe bagafata ingamba zifatika z’icyakorwa mu gihe FPR yakwemera imishyikirano cyangwa Kagame yaba atagihari. Kuko nkurikije uko mbibona Kagame aramutse avuye ku buyobozi (yaba apfuye cyangwa agize indi mpamvu ituma adakomeza gutegeka) mu gihe nta ngamba opposition yaba ifite zifatika byaganisha ku kaduruvayo katagira izina karenze ako muri 1994. Ikibabaje n’uko bigaragara ko ku ruhande rwa Leta ya FPR cyangwa igisirikare nta ngamba zihari z’icyakorwa mu gihe Kagame yaba atagihari (ntawatinyuka kuzana icyo gitekerezo ngo badakeka ko hari icyo ategura).  Icyaba cyiza n’uko biramutse bibaye igisirikare cyafata ubutegetsi, kigahamagara abanyapolitiki bose ari abari muri Leta (FPR) ari abari muri opposition, bakabasaba kubizeza ko batazabakurikirana nibarekura ubutegetsi. Maze hakabaho Leta y’inzibacyuho yategura inama Rusange yavugirwamo ibibazo byose byabaye mu Rwanda, gutegura itegeko nshinga, gucyura impunzi,  amatora…

Icyiza cyashyirwa imbere si ugusenya FPR ahubwo ni ukuyishyiraho igitutu ikaba ishyaka nk’ayandi rishobora kwihanganira abandi kuko abaririmo ni abanyarwanda  abenshi nabo barashaka amahoro kandi nta gushidikanya ko nabo bakunda u Rwanda. Ikibazo bafite ni UBWOBA bwa Kagame n’agatsiko ke ndetse no kuba bagirirwa nabi ibintu bihindutse. Gushyira imbere kwihorera  no kunangira kwa FPR byatuma kugira ngo ibintu bihinduke hagomba kumeneka amaraso menshi. Ariko bisaba ko abo bari muri FPR nabo bagira ibyo bigomwa ko kumva ko abatutsi n’abahutu bose bangana ntawe usumba undi, kureka gukoresha Genocide nk’intwaro no gutanga imbabazi ku ruhande rwabo nk’uko nabo baba bazihawe, no kubaha abahutu bishwe bagahabwa agaciro.

 

Ruben Barugahare

Rwiza News

RAPPORT D’EXPERTISE SUR L’ATTENTAT DU 6 AVRIL 1994 : L’ARBRE QUI CACHE LA FORÊT

Par le Colonel BEM Luc Marchal, ancien Commandant adjoint de la MINUAR

RAPPORT D'EXPERTISE SUR L'ATTENTAT DU 6 AVRIL 1994 : L'ARBRE QUI CACHE LA FORÊT    Le-colonel-en-retraite-Luc-Marchal-en-2010--300x218

Le Col BEM Luc Marchal

Sur le plan de la stratégie de communication, le battage médiatique qui a entouré (il serait plus exact de dire « précédé ») la divulgation du rapport d’expertise sur l’attentat du 6 avril 1994 me laisse admiratif. Une fuite, qui a tout l’air de ne pas être fortuite, a permis à laPropaganda-Abteilung du régime de Kigali d’activer ses réseaux et de distiller enfin « La Vérité », que la grande majorité des médias a repris en chœur sans s’être donné la peine de lire et d’analyser le contenu dudit rapport d’expertise. Voilà ce que l’on peut appeler de la conscience professionnelle bien comprise. Il est à remarquer que cette même précipitation s’était également manifestée, en décembre 2009, lors de la publication du rapport Mutsinzi[1]. Dans pareille condition, comment le simple citoyen peut-il encore s’informer objectivement ? Des titres tels que, « Rwanda, la preuve d’un génocide planifié« [2],  »Habyarimana : un rapport disculpe le clan Kagame« [3], »Un rapport technique qui fait basculer l’histoire« [4], « Rwanda : révélation sur l’attentat qui a été le signal du génocide« [5], « Attentat du 6 avril 1994 : la vérité contre le négationnisme du génocide du Rwanda« [6], sont suffisamment expressifs pour se passer de tout commentaire.

Les circonstances actuelles se prêtent plutôt bien pour rappeler certaines réalités qui prévalaient au moment de l’attentat.

L’attentat aurait été perpétré par le noyau dur du régime qui avait décidé de se débarrasser d’un Président décidément trop mou à leur goût.

Le problème de pareille assertion est qu’elle méconnaît totalement la situation politique du mois de mars 1994. En effet, même les « extrémistes » avaient tout intérêt à ce que le processus de paix se déroule paisiblement jusqu’à son terme. Le point final de ce processus était l’organisation d’élections libres. Celles-ci allaient se solder par un vote à caractère ethnique : à quelques exceptions près, les Hutu voteraient pour des Hutus et les Tutsi feraient de même. Dès lors, le FPR[7] savait, dès le début 1994, qu’il n’obtiendrait jamais la majorité nécessaire au sein de l’Assemblée nationale pour agir comme il l’entendait. Quel pouvait bien être l’intérêt de la CDR[8] de faire capoter le processus de paix alors que tous les autres partis (sauf le FPR) avaient marqué leur accord pour que la CDR obtienne un siège au sein de l’assemblée nationale de transition (ANT) et soit ainsi intégrée au processus de paix. C’est sur base de cet accord, auxquels les ambassadeurs en poste à Kigali avaient pris une part active, que le gouvernement de transition et l’ANT devaient être mis en place le 25 mars 1994. Cette avant-dernière tentative, tout comme celle du 28 mars qui fut la dernière, se soldèrent par un échec. Le FPR avait décidé de jouer la politique de la chaise vide. En l’absence du FPR, les institutions de transition ne pouvaient pas être mises en place. Si ce dernier avait réellement voulu participer au jeu démocratique, il aurait pris la place qui lui revenait sur l’échiquier politique et aurait participé au développement d’un nouvel avenir pour tous les Rwandais. Mais de toute évidence, pareil projet n’entrait pas dans sa vision des choses. C’est à propos de l’échec de ces deux dernières tentatives de mise en place des institutions de transition et concernant le FPR que M. Jacques-Roger Booh Booh[9]écrit : Son masque venait de tomber. Il avait longtemps caché son jeu. Mais, cette fois, les choses étaient claires. (…) Tout laissait donc croire que ce mouvement était contre la paix[10].

Le piège de Dar es-Salaam.

Le 6 avril 1994, le président Habyarimana et le chef d’état-major des FAR[11]s’envolent vers la Tanzanie pour un sommet régional organisé à l’initiative du président ougandais Yoweri Museveni. Pour des raisons de sécurité, jamais, depuis l’attaque surprise du FPR en octobre 1990, le chef de l’Etat et le général Nsabimana[12] n’avaient quitté le pays en même temps. Déjà la veille, 5 avril, le président Habyarimana s’était interrogé sur l’intérêt soudain du président Museveni pour la question burundaise[13] et l’insistance exprimée par l’organisateur quant à la présence indispensable du chef d’état-major des FAR.

Arrivés vers 10 heures sur place, ce n’est qu’en début d’après-midi que les discussions débutent réellement. Celles-ci, selon plusieurs témoins, sont manifestement tirées en longueur par le président Museveni. Avec pour conséquence, l’impossibilité pour le chef de l’Etat rwandais de rentrer de jour à Kigali. Un entretien impromptu eut encore lieu à l’aéroport, retardant d’autant le départ. Tant et si bien que le président Habyarimana sollicita de son homologue tanzanien de pouvoir passer la nuit sur place. Cette demande fut diplomatiquement refusée sous prétexte que les services du protocole n’avaient pas prévu cette prolongation de séjour.

Le décollage du Falcon 50 eut finalement lieu vers 19Hr30. Or, le plan de vol initial, connu des autorités tanzaniennes, prévoyait un retour à Kigali pour 17 heures. Ceci offrait la souplesse nécessaire, en cas de petit retard, pour être de retour avant le crépuscule, conformément aux procédures de sécurité. Une différence de plus de trois heures par rapport au timing initial n’a rien de fortuit. Ce jour-là, le président Habyarimana et le général Nsabimana devaient absolument rentrer de nuit.

Finalement, lorsque l’attentat fut connu à Dar es-Salaam, la délégation rwandaise qui s’y trouvait encore fut désarmée et ne fut pas autorisée à regagner le Rwanda, malgré la présence sur place des moyens aériens nécessaires. Etrange manière pour un pays hôte de compatir à la désolation de leurs « frères » rwandais. Comme si la mort du président Habyarimana en faisait subitement des ennemis.

Admettons que les extrémistes soient responsables de l’attentat. Et puis, après l’avoir perpétré, qu’ont-ils fait ?

En tout état de cause, dans les heures qui suivirent cet attentat, la structure qui l’aurait pensé et exécuté est restée étrangement absente. Rien de ce qui pouvait ressembler de près ou de loin à un coup d’Etat n’a pu être observé à Kigali ou ailleurs dans le pays.

Tout d’abord, quand, à la suite de l’attentat, je me suis retrouvé avec le général Dallaire à la réunion du comité de crise qui s’est tenue à l’état-major des FAR, je n’ai pu que constater que j’étais en présence d’hommes profondément bouleversés et désemparés par ce qui venait de se passer et non face à des conspirateurs heureux du bon aboutissement de leur projet. Leur démarche n’avait d’autre but que d’évaluer les conséquences de la disparition du chef de l’État et du chef d’état-major de l’armée afin d’éviter que ce vide du pouvoir ne débouche sur l’anarchie. Sans la moindre ambiguïté possible ils ont fait appel à la MINUAR pour les aider à gérer cette crise issue de l’attentat et aussi pour répercuter vers le Conseil de Sécurité l’expression de leur volonté de voir les institutions de transition se mettre en place le plus rapidement possible, conformément aux accords d’Arusha. Si des organisateurs de l’attentat s’étaient trouvés à ce moment-là autour de la table, cette réunion se serait déroulée de manière bien différente et qui plus est, dans pareille éventualité, j’ai de sérieux doutes que le général Dallaire et moi-même aurions été conviés à y participer.

À ce manque de prise en main du pouvoir, par l’une ou l’autre faction connue pour son opposition supposée au processus de paix ou à la personne du chef de l’Etat, correspond par contre le démarrage immédiat d’une offensive militaire d’envergure du FPR. Cette offensive, en totale contradiction avec les accords de paix d’Arusha, se terminera trois mois plus tard par une conquête sans partage du pouvoir. J’ai déjà eu l’occasion d’expliquer dans les colonnes de « Rencontres pour la Paix » qu’il est impossible de profiter d’une opportunité comme la disparition du président Habyarimana et du général Nsabimana, pour improviser une offensive générale mettant en œuvre de nombreuses unités aux missions totalement différentes. Bien au contraire, pareil engagement ne peut qu’être le résultat d’un processus majeur de préparation comportant la conception de la manœuvre sur le plan stratégique, la diffusion des ordres jusqu’aux plus petits échelons et la mise en place de milliers d’hommes, dans les positions de départ, prêts à réagir à l’ordre d’exécution. Tout cela ne s’organise pas au claquement de doigts, mais exige au contraire des délais importants et incompressibles. Il ne faut pas être un grand stratège pour comprendre ce genre de contrainte, c’est une question de bon sens élémentaire. A ceci s’ajoute également le fait que le FPR n’aurait pas été en mesure d’assurer le punch et la continuité de son offensive sans la constitution préalable de stocks importants de munitions, d’armements, d’équipements et de matériels divers. Bref, une logistique à l’échelle des moyens humains mis en œuvre durant plus de trois mois d’opérations. Il n’y a aucun miracle en la matière, pas d’opérations militaires sans logistique adaptée. Il se fait que, fin mars 1994, le service de renseignement des FAR avait parfaitement localisé ces stocks dans la zone frontalière en Ouganda. On est en droit de se demander pour quelle raison la MONUOR[14] dont la mission était précisément de déceler ce genre de préparatifs n’a rien vu, alors que les observateurs en place avaient depuis pas mal de temps renseigné l’existence d’un intense trafic de camions à la nuit tombée ?

Les considérations qui précèdent méritent attention. Elles devraient, à tout le moins, susciter la réflexion et amener le lecteur à réaliser que le contexte dans lequel l’attentat du 6 avril 1994 a été perpétré n’est pas aussi simpliste que d’aucuns voudraient bien le faire croire.

Quant au rapport d’expertise proprement dit, demandé par les magistrats instructeurs Marc Trévidic et Nathalie Poux, je voudrais exprimer certaines interrogations qui me sont venues à l’esprit lors de sa lecture. Mon propos n’est pas de m’immiscer dans les aspects techniques pour lesquels je n’ai guère de compétence, mais plutôt d’aborder plus spécifiquement deux aspects, parmi d’autres, de la méthode de travail utilisée. En effet, il ne suffit pas de disposer d’experts et de matériels à la pointe des connaissances techniques, encore faut-il que les éléments de base retenus pour alimenter l’expertise soient fiables et corrects à 100%.

Les témoins et leurs témoignages.

Ce point, me paraît être le tendon d’Achille du rapport d’expertise. En effet, les conclusions des experts sont basées sur un nombre assez réduit de témoins, quinze témoignages ont été modélisés. Au regard des 53 missiles sol-air qui ont été étudiés afin de déterminer le système d’arme le plus susceptible d’avoir été mis en œuvre, ce nombre de témoins me paraît plutôt anémique. D’autant plus que le témoignage de plusieurs d’entre eux a été jugé trop peu concluant pour être exploité par les experts. Par contre, les témoins 2 & 3 dont il est tenu compte et qui se trouvaient à quelques mètres l’un de l’autre ont une divergence de 48° dans l’observation de la direction de départ des missiles.

Comment ne pas s’étonner, aussi, qu’aucun témoin de la zone de Masaka n’a été auditionné pour cette expertise[15]. Pourtant plusieurs d’entre eux ont bel et bien,in tempore non suspecto, témoigné de ce qu’ils avaient observé le 6 avril 1994 vers 20Hr30. Certains de ces témoins sont toujours en vie et je suis convaincu qu’un minimum de recherche et l’assurance de la confidentialité auraient permis de les entendre. En tout cas, pareille absence porte le flanc à la critique et suscite la question bien légitime : comment, concrètement, s’est opéré le choix des témoins ? Avec comme question subsidiaire : le domaine de recherche des experts n’a-t-il pas été orienté à dessein ? En l’occurrence, je ne peux m’empêcher d’y voir une certaine similitude avec le choix opéré par la commission Mutsinzi. Celle-ci, déjà, n’avait pas jugé utile, parmi les 557 témoins rwandais contactés, d’interroger l’un ou l’autre habitant de Masaka et environs, sous prétexte que : Faute de connaissance technique minimum, leurs récits sont peu clairs sur la nature des phénomènes observés et parfois même invraisemblables[16].

A la lecture du dossier on se rend parfaitement compte que les experts accordent une grande pondération aux témoignages des docteurs Daubresse et Pasuch ainsi qu’à celui du lieutenant-colonel (à l’époque) Grégoire de Saint Quentin. C’est, en grande partie, sur base de leurs témoignages que les experts privilégient deux positions de tir possibles très proches de leurs habitations[17] et excluent les deux positions de tir potentielles dans la vallée de Masaka. Or, le 13 avril 1994, donc cinq jours après l’attentat, le docteur Daubresse déclare ce qui suit à l’auditorat militaire belge : J’ai vu, regardant en direction de l’est (NDR : c’est-à-dire proche de la direction de Masaka), monter de la droite vers la gauche, un projectile propulsé par une flamme rouge-orange (…) distance maximale 5 km de notre localisation. La distance minimale très difficile à apprécier est de l’ordre de 1 km (…). Le même jour le docteur Pasuch confirme la déposition de son collègue Daubresse. Ces dépositions faites quelques jours à peine après l’événement ne correspondent en aucun cas à la conclusion de l’expertise.

La position du Falcon au moment de l’impact fatal.

Des extraits d’une lettre rédigée par le pilote du Falcon, Jean-Pierre Minaberry, figurent dans le rapport[18]. Il y exprime l’inquiétude de l’équipage due à la crainte que le bataillon du FPR cantonné à Kigali soit en possession de missiles sol-air[19]. On peut dès lors raisonnablement penser que le pilote, en plus de procédures d’approche différentes, a également envisagé l’une ou l’autre parade d’urgence dans le cas où l’avion aurait été la cible d’un tir de missile. Il est, en effet, expressément fait mention, dans le rapport d’expertise, de cette éventualité[20]. Or, dans leur analyse, les experts n’envisagent qu’une approche normale, c’est-à-dire parfaitement horizontale avec une légère inclinaison du nez de l’avion de 3° vers le bas.

Nous savons que le premier missile a raté le Falcon. Selon certains témoins ceci l’aurait déséquilibré ou, autre hypothèse, entraîné une manœuvre de dégagement. Ceci est tout à fait plausible de la part d’un pilote militaire, préoccupé de surcroît par ce type de menace[21]. Dès lors, en cas de dégagement, la position de l’avion n’est plus la même que celle envisagée par les experts. Or, ceux-ci ont exclu les deux positions de tir de Masaka à cause de leur éloignement, mais aussi au motif que de cette zone le second missile ne pouvait pas impacter l’aile gauche du Falcon[22]. Pour quelle raison les experts n’ont-ils pas procédé à une simulation afin de s’assurer, si dans une autre position que l’horizontale, l’avion ne pouvait pas être atteint à l’aile gauche à partir de Masaka ?

Conclusion

Bien tortueux sont les chemins qui mènent à la vérité. Quoi qu’il en soit, l’attentat du 6 avril 1994 reste un crime dont les auteurs devront répondre un jour ou l’autre. Toutefois, prenons garde que cet acte terroriste soit en réalité l’arbre que certains tentent d’agiter afin de cacher la forêt. L’attentat est une chose. Les crimes de guerre, les crimes contre l’humanité voire de génocide, commis depuis 1990 dans la région des Grands Lacs au nom d’une idéologie totalitaire revancharde, en sont une autre. Ne nous laissons pas prendre au piège dans lequel certains voudraient engluer, une fois de plus, la communauté internationale. Peu importe les commanditaires de l’attentat d’avril ’94, ceci n’exonère en rien la responsabilité du FPR et de ses dirigeants pour les crimes imprescriptibles dont ils se sont rendus coupables depuis leur attaque du 1er octobre 1990.

Gardons en mémoire les différents rapports établis, au fil des années et au nom de l’ONU, par Robert GERSONY, Roberto GARRETON, Navanethem PILLAY ; ceux provenant d’Amnesty international, Human rights watch, African rights, International rescue committee, la Fédération internationale des droits de l’homme, l’Organisation de l’unité africaine ; sans oublier les rapports réguliers rédigés, depuis 2000, par un groupe d’experts à l’intention du Secrétaire général de l’Onu sur le pillage des ressources minières de la RDC. Ces rapports sont autant d’actes d’accusation dont l’actuel régime rwandais devra un jour rendre compte devant la justice internationale.

 

Luc Marchal


[1] Du nom du président de la commission d’enquête rwandaise sur les causes, les circonstances et les responsabilités de l’attentat du 06/04/1994 contre l’avion présidentiel rwandais FALCON N° 9XR-NN.

[2] Libération.

[3] Agence AFP.

[4] Colette Braeckman.

[5] Nouvel Observateur.

[6] Le Monde

[7] Front patriotique rwandais (mouvement politico-militaire de la diaspora Tutsi).

[8] Coalition pour la défense de la République, ce parti reconnu comme extrémiste Hutu avait refusé, suite aux accords d’Arusha, de s’intégrer au processus de paix. En mars 1994, il avait décidé, avec l’accord des autres parti (sauf le FPR) de s’intégrer à ce processus.

[9] Chef de la mission de l’ONU au Rwanda ( MINUAR ).

[10] J-R Booh Booh, Le patron de Dallaire parle, éditions Duboiris 2005, p. 115.

[11] Forces armées rwandaises.

[12] Chef d’état-major des FAR.

[13] La situation interne du Burundi et les risques pour la sous-région constituaient les thèmes de cette réunion.

[14] Mission d’observation des Nations Unies Ouganda-Rwanda dont le chef était le général Dallaire.

[15] Il est bien question, p. 39 du rapport, de l’audition d’un témoin à Masaka, le 17 septembre 2010, mais aucune trace de son éventuel témoignage ne se trouve dans le rapport d’expertise.

[16] Rapport Mutsinzi p. 56.

[17] Un peu plus de 200 mètres pour la plus éloignée.

[18] p. 178 & 179 du rapport d’expertise.

[19] Cette même préoccupation m’a été exprimée par le Colonel Cussac (Attaché Défense français) au cours du mois de mars 1994.

[20] p. 183 et C2 du rapport d’expertise.

[21] Selon les témoins, l’intervalle de temps entre le premier et le second missile oscille entre 2 secondes (p. 73) et 10 secondes (p. 263).

[22] Les dégâts observables à l’aile gauche montrent qu’ils sont dus à l’impact du missile et l’explosion du kérosène.

Il va falloir que je décide d’aller au Rwanda:Faustin Twagiramungu

Faustin Twagiramungu, ancien Premier ministre rwandais président du nouveau parti Rwanda dream initiative (RDI)

Par Christophe Boisbouvier
« Aujourd’hui, je n’ai pas abandonné mon combat. Bien entendu, il y a eu une pose. Pendant cette pose, je voulais que les autres Rwandais, peut-être les plus jeunes que moi, puissent s’engager dans un combat pour faire le changement dans mon pays. Cela n’a pas été le cas… » 

Il va falloir que je décide d’aller au Rwanda:Faustin Twagiramungu faustin-twagiramungu_0-300x224

Faustin Twagiramungu

Ces dernières années, Faustin Twagiramungu s’était retiré de la vie politique. Aujourd’hui, à 67 ans, l’ancien Premier ministre rwandais revient dans l’arène. Il a créé un nouveau parti, le Rwanda dream initiative (traduit de l’anglais : l’Initiative du rêve rwandais), le RDI.
Depuis son lieu d’exil, en Belgique, il réagit d’abord au dernier rebondissement judiciaire sur l’attentat de 1994 à Kigali.

RFI : Les experts mandatés par la justice française estiment que les missiles, qui ont abattu à Kigali l’avion du président Juvénal Habyarimana le 6 avril 1994, ont été tirés depuis le camp de Kanombe, qui était tenu par les forces régulières rwandaises. Qu’en pensez-vous  ?

Faustin Twagiramungu : Je ne sais pas s’ils ont précisé réellement qu’il s’agit du camp militaire de Kanombe. Le domaine militaire est vaste et je pense que ces experts ne visent que le domaine militaire. Sur le plan politique, j’ai été étonné -et beaucoup d’autres Rwandais d’ailleurs- que de là, on tire des conclusions pour dire que ce missile aurait été tiré par les Hutus. Je pense que ce rapport est insuffisant. Il faudrait attendre la contre-expertise et attendre le rapport définitif du juge Trevidic.

RFI : Jusqu’à ce rapport d’expertise, la justice française privilégiait une autre zone de tirs, la colline de Masaka où aurait pu s’infiltrer un commando du Front patriotique rwandais (FPR). Si c’est la colline de Kanombe, la thèse du complot FPR s’effondre ? Les principaux suspects ne deviennent-ils pas les militaires et les extrémistes hutus ?

F. T. : Pas du tout. Parce que les militaires FPR qui circulaient partout à Kigali n’ont jamais été interdits d’entrée dans le domaine militaire de Kanombe. De plus,[la colline de, NDLR] Masaka reste pour nous un point qu’on ne peut pas rejeter comme ça. Pour moi, le FPR reste responsable de cet assassinat. De là, à tirer des conclusions pour accuser les Hutus massivement …  c’est inacceptable.

RFI : Vous avez été l’une des figures de ceux qu’on appelait avant le génocide les Hutus modérés. Pendant le génocide, votre vie a été menacée. Après la victoire du FPR, vous êtes devenu Premier ministre, puis vous êtes passé à l’opposition. Vous avez affronté Paul Kagame à la présidentielle de 2003. Où en êtes-vous aujourd’hui ?

F. T. : Aujourd’hui, je n’ai pas abandonné mon combat. Bien entendu, il y a une pause. Pendant cette pause, je voulais que les autres Rwandais, peut-être plus jeunes que moi, puissent s’engager dans un combat pour faire le changement dans mon pays. Ca n’a pas été le cas. Nous savons qu’il y a eu les Forces démocratiques unifiées (FDU) avec madame Ingabire…

RFI : Victoire Ingabire qui est rentrée d’exil en 2010 pour affronter Paul Kagame à la présidentielle…

F. T. : Exactement. Cette dame a fait tout ce qu’elle pouvait pour qu’il y ait un changement dans notre pays. Et aujourd’hui, elle croupit dans la prison centrale de Kigali. Je me suis, encore une fois, engagé dans ce combat politique, pourquoi…  Nous avons commencé en 1990. Nous nous engagions dans un processus démocratique qui a été complètement changé à cause de la guerre du FPR. Aujourd’hui, le FPR a entrepris une politique sectaire de diviser les Rwandais. Les Hutus d’un côté sont devenus pratiquement des tueurs, et les Tutsis sont devenus des anges qu’il faut absolument continuer à protéger. Ce que nous constatons aujourd’hui, c’est que le régime de Kagame n’est plus soutenu par les Matutsis de l’intérieur et évidemment pas par les Bahutus. Il faut absolument qu’il y ait changement, basé sur la réconciliation totale des Rwandais et aussi sur la vérité, la vérité sur ce qu’il s’est passé au cours de notre histoire récente. C’est ce que Kagame ne veut pas. Il ne veut pas qu’on dise la vérité

RFI : Vous vivez en exil à Bruxelles. Comment pouvez-vous faire vivre un parti à 10 000 km de Kigali ?

F. T. : Vous avez pleinement raison. Il va falloir que je décide d’aller au Rwanda. Puisque nous ne sommes pas des criminels, rien ne pourrait nous empêcher d’aller dans notre pays et y faire la politique.

RFI : Au risque de connaître le sort de Victoire Ingabire ?

F. T. : Bien entendu, pourquoi pas ?!  Parce que Victoire Ingabire est accusée de tout : collaboration avec les malfaiteurs, divisionnisme pour un simple fait, d’avoir dit que des Bahutus qui ont été tués, méritent aussi d’être enterrés dans l’honneur, comme on dit. Je ne vois pas pourquoi Kagame résiste contre ceux qui veulent combattre politiquement sur place. C’est incompréhensible. Et je ne vois pas pourquoi les puissances occidentales continuent de soutenir ce régime, ce qui constitue, pour moi, une sorte de meilleure colonisation de mon pays. C’est inacceptable.

WE ARE NOT NEWSMAKERS; WE JUST REPORT WHAT IS HAPPENING ON THE GROUND:McDowell Kalisa

WE ARE NOT NEWSMAKERS; WE JUST REPORT WHAT IS HAPPENING ON THE GROUND:McDowell Kalisa  185263_10150417555791040_671031039_10892967_3190941_n-225x300

McDowell Kalisa

Hello Mr Sam Ntayombya, hope you are doing well, I just passed through you opinion, nice you are trying, by the way you said you know me, totaly wrong, if to know somebody is just to meet you three or two times, there you are wrong. Second I was not part of investigators who followed Mr Evode Mudaheranwa and his acomplises, It was SAPO, the Swedish Secret Police. So blame those who were sent to represent Rwandans ( Not a Click of People) to do dirty jobs.

By the way, its not only SAPO, we were not in Nairobi Kenya in 1996 when a Rwandan Diplomat Lt Mugabo Frank was caught with smoking 22 calibre after shooting Mr Seth Sendashonga ex Minister. We were not in Nairobi Kenya when General Jack Nziza was given three days to leave Kenyan soil because of espionage and dirt jobs.

Then we were not in London UK the year 1999 when UK expelled Dr Lt Col Zach Nsenga, after being reported by his wife of abusing her, phyisically and emotinaly. For you information he cant be accepted to represent Rwanda in any EU country..
Again we we are not in Washington, USA 2007, When The US expelled The notorious GACINYA RUGUMYA ( 72 Hours) after cought doing the same dirty things to some Rwandans refugee in States.

Then there is another fool called John Ngarambe who get cought with a married woman in Entebbe Uganda, later the madia in Uganda called him DICKLOMAT instead DIPLOMAT. So please try to talk sense.So blame the so called Rwandan Representatives abroad, my be the dont know why the are sent there. It wasn’t us, I WAS THEM
By the way I dont use to write opinion like you, Always I do investigative stories, I want to read an investigative story from you soon, thats when I’ll allow you to enter the World of Reporters.

LET ME TELL YOU AGAIN. WE ARE NOT NEWSMAKERS; WE JUST REPORT WHAT IS HAPPENING ON THE GROUND. Hari umugani mu kinyarwanda uvuga ngo N’ibika zari amagi. Ariko muri iyi minsi hari izibika amasaha ataragera, cyangwa zikabika amasaha yarenze. Reka kubika amasaha yarenze cyangwa ataragera murumuna wanjye.

McDowell Kalisa

Guverinoma irateganya gushyiraho ubwoko bushya bw’imisoro

Guverinoma irateganya gushyiraho ubwoko bushya bw’imisoro Rwangombwa1-4

Minisitiri w’imari n’igenamigambi, John Rwangombwa

 

Leta irateganya gushyiraho imisoro mishya mu rwego rwo kuziba icyuho cy’imisoro yavanywe ku bikomoka kuri peterori mu Rwanda umwaka ushize. Iki cyemezo cyashimwe n’ikigega mpuzamahanga cy’imari (Fond Monetaire International) kubera ukuntu u Rwanda rukomeje gukora ibishoboka ngo rugabanye kugendera ku nkunga.

Iyi misoro mishya izava ahantu hatatu hazatangazwa na Minisitriri w’imari n’igenamigambi mu kwezi kwa gatandatu uyu mwaka, ubwo azaba atangaza ingengo y’imari ya Leta y’umwaka 2012-2013.

Ubu bwoko bushya bw’imisoro bugamije guhangana n’igihombo gishobora guturuka ku kuba Leta ikomeza kugabanyiriza imisoro abinjiza ibikomoka kuri peterori mu Rwanda nk’uko byemezwa na guverinoma y’u Rwanda.

arton21021-cb225

Izi modoka zitwa mpatswenumugabo zaguriwe ba gitifu b'imirenge

Leta yafashe icyemezo cyo kugabanya imisoro ku bikomoka kuri peterori mu Rwanda nyuma yo kubona ko bigira ingaruka ku bundi buzima busanzwe bw’Umunyarwanda.

Banki nkuru y’u Rwanda iherutse gutangaza ko izamuka ry’ibiciro by’ibikomoka kuri peterori bigira uruhare ku izamuka ry’ibiciro muri rusange mu Rwanda ku kigereranyo cya 40 ku ijana nk’uko The Chronicles cyabitangaje.

Guverinoma irateganya ko ubu bwoko bushya bw’imisoro buzinjiza miliyari zirenga 22mu ngego y’imari ya Leta ku mwaka.

Source: Kigali Today

Maze gusoma iyi nkuru ya Kigali today nabajije abantu icyo bavuga kuri iyi misoro igiye kwiyongerera:

Nsengimana Daniel iyi misoro yo izaba ari rurangiza, mubitege amaso muzirebera hahaaa!

Shumbusho Isaac BARI BARATINZE GUKAMURA AMARASO MU BATURAGE !!!BAGORWA BAGORWA BENE KANYARWANDA !

Orog Kangoroo Bazayace Kagame niwe ufite menshi, par ailleurs ce Minitre wa finance ngo sinzi icyo bapfana. Ikindi ninde winjiza petrole se ni ibiyikomokaho? Harya si Gatera, nawe agakorana na Giti mu jisho. Non c’est du banditisme pur!

Peter Urayeneza Yesu ati wabimenye!!!!!! Ese iyo misoro ni iyihe bavuze bazongeraho? Uyu mumisitiri ni umuswa utabaho mperutse kumwumva asobanura ibyerekeranye n’imisoro kubutaka!!!!!!!!

Urubuga RwizaNews Aho kongera imisoro nibagabanye imishahara y’abategetsi ndetse ibindi babaha bituma babaho mu murengwe kandi igihugu gikennye kandi abaturage basanzwe batanga imisoro n’imisanzu ibabereye umuzigo

Orog Kangoroo Ego wa, imishahara yabo, ese mwabonye amamodoka bagenderamo??? Ubu umunyarwanda yabaye imali yabo; arahinga bakamwambura bakajyana ikantarange. Baramusenyera, bakahagurisha abazungu, ahandi bakahashyira ibikingi byabo. Birarambiranye rwose!

Mugisha Richard Nibatongera imisoro se, urabona ibi bimodoka bahaye ba Exectuf b’ imirenge bizishyurwa gute? Baravuga ngo ibijya gushya birashyuha muzaba mureba njyewe rwose icyi gihugu cyancanze. Na mituelle ubwayo yavugishije benshi, ubutaka buzasora inzu zisore iherezo n’ umwuka duhumeka bagiye kujya bawutwakira umusoro, izuba nirirasa badusoreshe, imvura nigwa badusoreshe. Harya iyi misoro ijyahe? Ntawandusha aho ijya? Ko imirire mibi yugarije benshi, abarimu n’ abasoda bakaba batongerwa umushahara, amazi meza ko akiri ingume, uburezi bukaba bwarataye ireme. Iyo misoro ikora iki? Harya ngo niyo guhemba zamaneko zoherezwa kwica abadakoma amashyi? Munsobanurire.

Balinda Bernard Ibikombe n’imidari kubera imiyoborere myiza bimaze kuba byinshi!!ariko buriya ntibyaba bituruka kuri systeme ya »Humiriza nkuyobore »??iyo witegereje mu Rwanda usanga umuturage abona ibintu bimugwaho,kandi ari we uzabigiramo uruhare kugirango bishyirwe mu bikorwa.None se nk’iyo misoro itari isanzwe ibaho!!Umuturage azishyura ubutaka,nyuma y’igihe yishyura Leta ize ibumwake kandi ntabone n’ifaranga yifuza,nyuma y’iyo misoro amaze imyaka yinjiza.Nta n’umwe bishimisha,gusa baricecekera,intimba ikuzura imitima.One Day,One Day!!!

Orog Kangoroo Njyewe nsaba Imana ngo inyongerere iminsi nzarebe amaherezo y’amasiha rusahuzi. Mbega i gihugu ngo kiraribwa???

Sue Lee Izere Kereka uwanshakira ijambo risumbye « akumiro »kuko ibi birenze akumiro,nibindi bintu tutazi!!

 

Ruben BARUGAHARE

Rwiza News

GAHUNDA YA ”GWINO UREBE”: UBESHYA UNDI NI NDE?

GAHUNDA YA ”GWINO UREBE”: UBESHYA UNDI NI NDE? arton978-66f1e

Abari muri come and see barimo gucinya akadiho mu nzu ya Minisiteri y'Ingabo

Hashize iminsi twumva igikorwa Leta y’u Rwanda yateguye cyitwa Come and see cyangwa Gwino urebe.

Iki gikorwa gifite gahunda yo guhamagara abanyarwanda bahunze cyane cyane abo mu bwoko bw’abahutu, bakaza mu Rwanda, bakareba aho igihugu kigeze muri rusange mu nzego zose. Bagasura imiryango yabo ndetse bagasura n’ahandi henshi nk’ahubatswe inzibutso za Genocide, ahabera ingando z’abahoze muri FDLR, za gereza  n’ahandi.. Ubundi bakabonana n’abategetsi batandukanye.

Iyo urebye ariko iki gikorwa ni  igikorwa kimeze nka propaganda,  kuko abakijemo  za Camera zirabakurikira kugera no mu bwiherero. Ntabwo umuntu ashobora kuza ngo yirebere ibyo ashaka kureba adacishijwe ku matelevisiyo cyangwa ngo afotorwe inshuro nyinshi. Umuntu akibaza niba haba hagamijwe kuzakoresha ingendo z’abo bantu  muri propaganda  cyangwa hagamijwe ko abo bantu babona uko igihugu kimeze, cyangwa byombi!

Iki gikorwa wagira ngo kigenewe abahutu gusa, kuko nta batutsi bakunze kukigaragaramo. Kandi usanga akenshi kigenewe abantu bahunze intambara ikirangira bava mu miryango izwi y’abantu bahoze mu butegetsi.

Twagerageje gukurikirana dukurikije abantu bagiye muri icyo gikorwa, abo aribo, icyari kigamijwe n’ibindi. Twasanze iki gikorwa ari abakijyamo, ari Leta y’u Rwanda bose bagifitemo inyungu zihishe zidapfa kugaragarira buri wese!

Inyungu za Leta y’u Rwanda

- Ikoresha iki gikorwa mu gushaka kugaragaza isura yayo nziza mu banyarwanda bari hanze.

-Ikoresha iki gikorwa mu gushaka gusenya opposition mu gihe abantu baje gusura u Rwanda basubiye mu mahanga bajyanayo ya sura nziza y’inyuma ariko batazi neza ubuzima nyabwo bw’umunyarwanda usanzwe Leta idafiteho inyungu. Ibyo bitera isubiranamo hagati y’abantu baje muri iyo gahunda n’abasigayeyo. Bityo iryo cikamo ibice rituma opposition yiganjemo abo bantu bari hanze ingufu zayo zigabanuka.

-Hari abantu iyo babonye abantu basuye u Rwanda ari benshi n’uburyo bakiriwe, bikabashuka ntibabone ibibi bimwe na bimwe bibera mu Rwanda. Bigatuma hari abahubuka bakita mu menyo ya rubamba!

-Iki gikorwa kandi nicyo inzego z’iperereza z’u Rwanda zikoresha mu gushakisha amakuru ku bantu bamwe na bamwe bahunze, ndetse zigaha akazi ko kuneka abo baba baje muri icyo gikorwa.

-Amafoto, amajwi n’ibindi by’abo bantu bikoreshwa na Leta muri Propaganda yo kwerekana ko ibintu bimeze neza iyo hagize uyinenga ku mikorere yayo mibi ku bijyaye na Demokarasi no kubahiriza uburenganzira bw’ikiremwamuntu.

 

Inyungu z’abajya muri kiriya gikorwa

-Hari abanyarwanda benshi bakumbuye u Rwanda, rero kujyayo ukarihirwa itike, hoteli, ibyo kurya, ukarindirwa umutekano (n’iyo haba hari ibyo ushinjwa: Camarade n’abandi…) hari benshi batakwitesha ayo mahirwe

-Hari abanyarwanda benshi bakenera passport y’u Rwanda, ibihugu byinshi bibasaba iyo passport ngo bibashyiriremo visa (hari ababa ari impunzi, abandi barashakanye n’abatuye ibyo bihugu), byaragaragaye ko Ambassade z’u Rwanda zidapfa gutanga izo passport iyo utazwi n’intore zituye muri ibyo bihugu. Rero iyo umuntu asabye passport avuga ko ashaka kujya muri ”Gwino urebe”,  izo ambassades ziyimuha vuba cyane.

-Hari benshi baba bafite ibibazo bijyanye na bene wabo bafunze cyane cyane bazira Gacaca, hari ababa bazira ukuri cyangwa barengana, rero iyo bakoresheje iyo NGWINO UREBE hari igihe ikibazo cy’abo bantu gihita gikemurwa vuba muri rwa rwego twavuze haruguru rwo kureshya abasigaye inyuma.

-Hari abafite imitungo batarasubizwa cyangwa kubera ibikorwa byo kubarura ubutaka  byateye ubwoba benshi, bituma hari abashaka kubaruza imitungo yabo.

-Hari n’ababoneraho uburyo bwo kwinjira muri FPR ngo barebe ko bakwikuriramo akazi keza kabaha umugati.

Umwanzuro

Iyi gahunda ivugisha benshi ku buryo hari imvugo 2 z’ingenzi zateye:

  1. Abahutu ni ibicucu urabashuka bakemera bakaza kubera inda, ndetse bagatangira gusubiranamo hagati yabo!
  2. Inkotanyi ni ibicucu babona kuturihira itike, hoteli  mbese holidays/vacances  cyangwa kuduha passport bizatuma twibagirwa ibyo badukoreye ngo biduhindure!

Hari benshi bavuye muri iyo gahunda ariko usanga badashaka kugira icyo bayivugaho kuko m’uby’ukuri bari bajyanywe n’izindi mpamvu zabo bwite. Kandi ubundi inshingano y’iyi gahunda n’ukugira ngo abantu nibagera mu mahanga bakangurire bagenzi babo basigaye yo gutaha cyangwa kuyoboka leta ya Perezida Kagame.

Ariko ikibazo twibaza kigumaho: Ninde ubeshya undi?

 

Marc Matabaro

RWIZA News

12345...8

archivesallahalwatanalmalik |
pk2012legislatives |
rectificador |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | thevoiceofpresidentielles
| legislative2012
| cournonpartisocialiste