Archive pour 18 février, 2012

GUHIRIKA INGOMA YA KAGAME NA FPR BIROROSHYE KANDI BIRAGOYE

GUHIRIKA INGOMA YA KAGAME NA FPR BIROROSHYE KANDI BIRAGOYE Kandida-asuhuza-abanya-Gicumbi-300x225

Kwigira ikigirwamana kwa Kagame biri mu bizasenya FPR.

 

Iyi nyandiko nayanditse maze kwitegereza neza imikorere ya FPR, ndetse n’iy’abayirwanya. Aha nagerageje kureba ku mpande zose nakuyemo umwanzuro w’uko guhirika FPR bikomeye cyane kandi biruhije mu gihe abarwanya FPR bakomeje kwitwara nk’uko bitwaye ubu, kandi guhirika FPR biroroshye cyane mu gihe abarwanya FPR na Kagame bahinduye imikorere bakamenya icyo bashaka koko.

Impamvu guhirika FPR bigoye

-FPR ni nkaho ariyo Leta y’U Rwanda (parti Etat) ni ukuvuga ko inzego zose z’umutekano zikorera iryo shyaka n’abazigize bakaba bari muri iryo shyaka (Polisi, igisirikare, iperereza ryose irizwi n’iritazwi). Ibi rero bituma nta buryo bwo guhirika ubutegetsi mu buryo bworoshye bushoboka.

-Imitegekere y’igihugu cy’u Rwanda ni centralisé (centralized) ni ukuvuga ko ikintu kibereye mu mudugudu cyangwa mu Kagali kigera ku buryo bworoshye mu nzego zo hejuru kandi zose zikorera FPR mbere yo gukorera abaturage

-Inzego z’iperereza ziri hose, akenshi mu nzego zose zaba iz’ubuyobozi cyangwa izindi nzego za Leta n’izigenga haba harimo abamaneko kuri buri rwego batanga amakuru kuri buri muntu no kuri buri kintu kibaye. Abantu bose baranekena hagati yabo ndetse n’abayobozi hagati yabo. Hari abaneka kubera gukunda FPR, hari abaneka kugirango bababone neza kubera umugati, hari abaneka kugira ngo bizerwe ntihazagire ubahohotera, hari abaneka kugirango bahishe ibyo bakoze, buri muntu aba afite impamvu yakoreshejwe kugira ngo ashobore kwinjira muri ako kazi!

-Abantu bose bafate ubushobozi bwo kugira icyo bakora bose batari muri FPR cyangwa bayirimo (abacuruzi cyangwa abantu bafite amafaranga, abantu bize bafite ubumenyi ..,)bakurikiranirwa hafi hakoreshejwe abantu b’inshuti zabo cyangwa abavandimwe babo iyo bibaye ngombwa binjizwa muri FPR ku bintu bisa nk’agahato

-FPR buri muntu igira ikintu yamutegeyeho cyangwa imutegeraho ngo imukurure byaba ari ukubeshya byaba ari ukuri kandi ibyo ikabikora bucece. Urugero:

<Abatutsi ibabeshya ko ubutegetsi ari ubwabo ko nivaho bazapfa bagashira,

<Abahutu n’abazungu bababwira ko mu Rwanda nta moko ahari ko abantu bose ari abanyarwanda

< abaturutse hanze intambara ikirangira yarababwiraga ngo baze bafate amazu n’ibintu by’ubuntu ntawe uzabibaka,  abenshi muri bo bataye imitungo yabo baza biruka,  bidateye kabiri batangira kubasohora mu mazu bababeshye ko babahaye,  ibyo byateye umwiryane n’ingorane nyinshi hagati ya ba nyiri amazu n’abayabohoje kandi byose biturutse kuri FPR.

<Abashakaga ko ubwami bugaruka mu Rwanda bababeshye ko FPR nifata ubutegetsi izasubizaho ubwami mu Rwanda!

<Abashakaga Demokarasi bababeshye ko hazabaho ubutegetsi bwa demokarasi

<Abashakaga inzira ijya muri Congo gusahura ubukungu bwayo nabo barayibemereye

<Abafite bene wabo bafunze bababwiye ko nibakora neza bazabafungura

<Abashakaga kwica no kwihorera barabibemereye

Mbese muri  make FPR ifite ikintu ibeshya buri wese kugira ngo ishobore kumukoresha icyo ishaka.

-Ubucuruzi bwose n’abacuruzi bose bari mu maboko yayo, n’ukuvuga ko ubukungu bw’igihugu bwose ibukurikiranira hafi, ikoresha uko ishoboye umuntu wese ufite igikorwa cyose kinjiza amafaranga atubutse akajya muri FPR ndetse agatangira gukorana nayo. Ibyo bishatse kuvuga ko iyo hari umunyarwanda ufite imitungo itubutse FPR ikaba ibona idashobora kubonaho icyacumi cyangwa ngo iyikurikiranire hafi kugira ngo ibe itakoreshwa mu kuyirwanya, itangira kumugendaho. Ishobora kwitwaza Genocide (Kabuga),  ibindi byaha cyangwa igatangira kumushyiraho igitutu mu buryo bwose bushoboka bitewe n’umuntu uwo ariwe. Urugero: Muzarebe ibirimo kuba muri Rujugiro.

-Umunyarwanda uri hanze wese ufite ubushobozi bw’amafaranga, uzwi cyane kubera impamvu zitandukanye navuga, abacuranzi, abakozi mu nzego mpuzamahanga, abarimu muri za Kaminuza zikomeye, abantu bafite akazi keza mu mahanga… abo bose FPR ishaka kubagira abayo, ababyanze akenshi ibashakira ibyaha nka Genocide, ubujura, gukorana n’imitwe y’iterabwoba n’ibindi

-Aho umunyarwanda wese ari kw’isi bifuza kumumenya bakamenya icyo akora, ubwoko bwe, ibitekerezo bye bya politiki n’ibindi.. Rimwe na rimwe habaho gushaka kumwinjiza muri FPR byakwanga hagakoreshwa abantu ba FPR batuye muri ibyo bihugu bakareba uburyo bamushakira ibyaha nka genocide n’ibindi bishobora kumwangiriza ubuzima muri ibyo bihugu

-FPR ni ishyaka umuntu ajyamo ariko ntawe urivamo kereka apfuye!  Iyo umuntu yinjiye muri FPR ni nk’igihango ntabwo ari nko kujya mu mashyaka yandi ya politiki ushobora kujyamo cyangwa ukavamo uko uboye. Cyane cyane iyo ubaye umuyoboke wa FPR wo mu rwego rwo hejuru byo iyo uyivuyemo, ntabwo ushobora kuzagira amahoro mu buzima bwawe, baguteranya n’inshuti n’umuryango wawe, baguhimbira ibyaha, baragusebya, baraguhiga mpaka, bagutesha umutwe mu buryo bwose bibaye ngombwa uricwa. (Sendashonga, Kayumba, Rudasingwa, Gahima,  Karegeya…) Kandi ibyo ntibishobora guhagarara. Niyo mpamvu hari abantu benshi bashyirwa ku ruhande ariko bakemera bakaguma mu Rwanda bakaba batashobora guhunga n’iyo byagenda gute. (Bihozagara, Mazimpaka, Rose Kabuye, Col Musitu, Gen Kaka, Museminari…..)

-Amashyaka arwanya ubutegetsi nta gushidikanya ko FPR iyafitemo abantu bayikorera mu buryo bwo kuneka hakoreshejwe, amafaranga, abafite abafunze kuzabafungura, igitutu ku miryango yabo, iterabwoba n’ibindi

-Amashyaka ya politiki yiciyemo ibice byinshi bituma bigorana ko ashyira hamwe:  amoko, uturere, aho abantu bari barahungiye, igihe abantu bahungiye, kuba hari abakoranye na FPR n’ibindi..

-FPR (Leta y’u Rwanda) ikoresha amafaranga menshi muri propaganda, haba mu Rwanda cyangwa mu mahanga, muzarebe ibitaramo by’imiziki n’ibindi bikurura abantu ahabereye inama za Leta cyangwa za FPR mu mahanga cyangwa mu Rwanda. Abafite imitima yoroshye igipindi kirabafata.

-Iterabwoba, bishatse kuvuga ko iyo utangiye igikorwa cyose kitari mu nyungu za FPR cyangwa kiyirwanya biba bishatse kuvuga ko utangije urugamba rutarimo imbabazi.

-FPR (Leta y’u Rwanda)  ikoresha amafaranga menshi mu gutanga ruswa mu banyamahanga kugira ngo igere ku ntego zayo cyangwa igire izina ryiza.

-Ntabwo FPR itinya abazungu, ni ukuvuga ko uyirwanyije wese idatinya nayo kumumerera nabi ikoresheje uburyo bwose, ingero nyishi zirahari z’abanyamahanga bagiranye ibibazo na Leta y’u Rwanda nka Peter Erlinder, Ann Garrison, Jenniffer Fierberg, Susan Thomson, Guy Theunis…. muzarebe uburyo Ambassade z’ubufaransa n’ubudage zahise zifugwa kubera ifatwa rya Rose Kabuye. Guhakana Genocide n’ingangabitekerezo ya Genocide n’icyaha u Rwanda na FPR bakunze gukoresha ku banyamahanga. Ntabwo twakwibagirwa ko hari na Rapport Mucyo irega abafaransa Genocide. Kandi inafite abazungu benshi yagize inshuti biciye mu buryo butandukanye hakurikijwe  inyungu z’abo bazungu cyangwa babategeye ku byo bakunda: Bill Clinton, Tony Blair, Louis Michel, Bernard Kouchner….

-Buri munyarwanda wese afite icyaha FPR ishobora kumurega ibishatse, ku batutsi akenshi ikunze kubarega ubujura, abahutu ni Genocide cyangwa kuyihakana ubu noneho hadutse ibya za grenade

-Umuntu wese ashobora kubabarirwa icyaha icyo aricyo cyose mu gihe biri mu nyungu za FPR, ubundi icyaha ni ukurwanya FPR ni ukuvaga ko kwinjira muri FPR no kuyikorera wivuye inyuma bihanagura ibyaha byose kugeza igihe itakigukeneye bya byaha bikagaruka!

-FPR yabeshye abanyarwanda n’abanyamahanga byinshi kandi n’ubu iracyakomeza ntitinya kubeshya n’iyo yaba izi ko ikinyoma kizamara igihe gito. Urugero: <Kubeshya ngo nta ngabo ifite muri Congo , <Kubeshya ngo ikibazo cy’indege cyararangiye uwayihanuye yaramenyekanye, n’ibindi…

-Genocide yayigize intwaro ikomeye mu gucecekesha abahutu no gukanga abanyamahanga bamwe na bamwe badasobanukiwe.

-Yagaragaje ko ubwicanyi ntacyo buyibwiye abantu bazi uburyo yishe abahutu ariko n’ubu irabihakana n’iyo hari ibiemenyetso simusiga ntibura ibyo yitwaza ngo ipfobye ibyo birego

-Ntabwo itinya kwica abatutsi mu gihe babangamiye inyungu zayo cyangwa hari inyungu yabikuramo

-Ntabwo itinya kuba yakura mu nzira abantu bose bashobora kuyibangamira muri politiki cyangwa bashobora gukundwa n’abaturage (Ingabire, Mushayidi, Ntaganda…)

-Iyo umuntu akenewe iramukoresha nyuma yaba adakenewe ikajugunya (Safari Stanley, Bizimungu Pasteur, Gen Munyakazi, …)

 

Impamvu gusenya FPR byoroshye

-Ikintu cya mbere FPR itinya ni ukubona abanyarwanda bose abahutu n’abatutsi bashyize hamwe. Kuko akenshi ikunze gukoresha ubwo bwumvikane bucye mu nyungu zayo. FPR yeretse abatutsi ko ariyo murengezi wabo, ihora yumvisha abatutsi ko abahutu bahora barekereje ngo babamare. Ni ukuvuga ko haramutse habonetse undi muntu abatutsi bakwizera wabizeza umutekano cyangwa abahutu bakagaragaza ko nta gahunda mbi bafitiye abatutsi, icyo gihe FPR nta ngufu na nke yasigarana.

-FPR yabeshye abantu byinshi ku buryo abantu benshi bagenda bamenya ukuri ku buryo bisigaye bigoye kongera kubabeshya ibindi

-Abantu bashize ubwoba cyane cyane abari hanze y’u Rwanda na bagenzi babo bari mu Rwanda hari igihe banyuzamo bakarikocora bakemera bakabizira

-Abafite ibyaha bo muri FPR bijejwe ko batazahanwa hazaba imbabazi rusange nabyo ni ibintu bishobora gutuma FPR icika intege. Benshi mu bashinjwa ibyo byaha bafite imitungo, bafite imiryango bifuza kubaho neza bakarya amafaranga yabo, bagatembera aho bashaka, ubu ntabwo bishoboka kuko abenshi bafite impapuro zibashakisha. Igihe abo bantu bazaba bizeye ko batazafatwa nta mpamvu bakomeza kwihanganira kwirirwa bakubitwa inshyi na Kagame.

-Hari abantu benshi bari mu myanya myiza bigwijeho imitungo batinya ko ibintu bihindutse bayakwa ibyo bituma banangira bakanga ko hagira igihinduka ngo badatakaza imitungo yabo, ariko abo bantu bafite icyizere cy’uko ntawe uzabatwarira ibintu ntacyababuza kureka Kagame bakava mu gihirahiro cyo kutamenya uko buzacya bimeze.

-Hari benshi bagiriye nabi abaturanyi babo bitwaje intsinzi, Genocide, za gacaca n’izindi mpamvu nyinshi zo gukandamiza bagenzi babo bitwaje cyane ubwoko cyangwa aho baturutse, abo bantu batinya ko byahinduka nabo bikababaho. Rero niyo mpamvu abari muri opposition niba bifuza ko ibintu bihinduka, bashyira imvugo ihumuriza imbere, bagashyira kubabarirana imbere kuko hari benshi bari inyuma ya Kagame kubera gutinya kubazwa ibyo bakoze cyangwa kugirirwa nabi.

-Kera FPR yari imeze nk’umuryango. Abantu bajya inama bagashakira umuti hamwe icyo bagomba gukora, umutungo akenshi washakwaga wajyaga mu maboko y’umuryango. None ubu ntabwo abantu bakijya inama. Kagame niwe utegeka ibikorwa abandi bagakurikira, ntawe ushobora kumugira inama zimunenga cyangwa zinenga imikorere ye. Iki nicyo kintu cy’ibanze kizasenya FPR. Nabaha nk’urugero: Muri 2017, hari abashaka ko Kagame yakongera kwiyamamaza, ariko hari abandi bareba kure bagasanga ibyiza Kagame yareka kwiyamamaza ahubwo hagashakwa undi mukandida wa FPR, bityo hakaba kujijisha kandi ubutegetsi bukaguma muri FPR.

Ariko aha harimo ikibazo. Kagame amaze kwigira (cyangwa hari abamugize) ikigirwamana ku buryo bigoye kuba hari uwatinyuka kumugira inama yo kuba yarekura ubutegetsi ahubwo agashyiraho umuntu w’igikoresho.  Ikindi n’uko niba Kagame akoze amayeri nk’aya Vladmir Putin wo mu Burusiya akaba Ministre w’Intebe, bizasaba ko Perezida ava mu rindi shyaka ritari FPR kandi akaba ari Umuhutu kugira ngo bitagaragara nabi.

Ikindi ukuzamuka cyane kwa Kagame kwatumye nta bandi bantu bazamuka muri FPR bashobora kumusimbura ku buryo umuntu yibaza uko byagenda Kagame agiye bitunguranye. Ndahamya ko nta muntu n’umwe ushobora gutinyuka kuzana igitekerezo cyo kwiga k’uwasimbura Kagame aramutse agize icyo aba mu buryo butunguranye.  Uwazana icyo gitekerezo sinzi niba yamara kabiri

-Abantu batangiranye na FPR abenshi bamaze kuba abarakare kuko babona intego bari bariyemeje zitaragezweho ahubwo icyakozwe ni ukugira Kagame ikigirwamana, ikindi barabona ko inzira baganamo amaherezo izatera ingorane, nta mahitamo bafite. Batinyutse kugira icyo avuga byababera bibi, ikindi burya guhunga nabyo bisaba ubutwali. Abenshi muri aba ikiba gisigaye ni ugusaba imbabazi Kagame akabashakira umwanya yabaha mu buyobozi amaze kubagaraguza agati. Abo bantu ni benshi. Rero haramutse hagize ubizeza umutekano, akabizeza ko batazahura n’ibikorwa byo kwihorera ntabwo bakomeza kuba inyuma ya Kagame.

Muri make gutsinda byoroshye FPR ni ukwereka abayirimo ko ari abavandimwe ko nta kibi abandi babifuriza igihe baba bagabanye ubutegetsi n’abandi, ibi kugira ngo bishoboke bisaba ko amashyaka yose ashyira ahamwe akagira imvugo imwe itavangura amoko,  idaheza, kandi inenga ibintu bigaragara bikwiye kunengwa atari ukunenga gusa. Ikindi hagakoreshwa abantu bahoze muri FPR mu kureshya bagenzi babo babereka imigambi ifatika kandi babizeza umutekano wabo. Ntawahakana ko abantu bo muri FPR bafite ubwoba kuko bazi ibyo bakoze bagifata ubutegetsi. (abahoze ku butegetsi abo batishe barabafunze, abandi babacira ishyanga aho bakibirukaho kugera na n’ubu, abo batashoboye kwifatira babateje amahanga bitwaje Genocide) nabo rero ntabwo bashaka ko bizababaho kuko amahanga yabakuyeho amaboko ibyaha ntibyabura. Ubworoherane ariko burimo igitutu gihoraho nibwo buryo bwiza bwatuma abari muri FPR badahinduka abiyahuzi ngo bumve ko bagomba kurwana kugera ku wa nyuma.

Kuba ubutegetsi bwa FPR buzahirima ni ikintu kigaragarira buri wese, ikibazo ni ukumenya igihe n’uburyo buzahirima. Mbona abanyapolitiki bakagombye kwicara hamwe bagafata ingamba zifatika z’icyakorwa mu gihe FPR yakwemera imishyikirano cyangwa Kagame yaba atagihari. Kuko nkurikije uko mbibona Kagame aramutse avuye ku buyobozi (yaba apfuye cyangwa agize indi mpamvu ituma adakomeza gutegeka) mu gihe nta ngamba opposition yaba ifite zifatika byaganisha ku kaduruvayo katagira izina karenze ako muri 1994. Ikibabaje n’uko bigaragara ko ku ruhande rwa Leta ya FPR cyangwa igisirikare nta ngamba zihari z’icyakorwa mu gihe Kagame yaba atagihari (ntawatinyuka kuzana icyo gitekerezo ngo badakeka ko hari icyo ategura).  Icyaba cyiza n’uko biramutse bibaye igisirikare cyafata ubutegetsi, kigahamagara abanyapolitiki bose ari abari muri Leta (FPR) ari abari muri opposition, bakabasaba kubizeza ko batazabakurikirana nibarekura ubutegetsi. Maze hakabaho Leta y’inzibacyuho yategura inama Rusange yavugirwamo ibibazo byose byabaye mu Rwanda, gutegura itegeko nshinga, gucyura impunzi,  amatora…

Icyiza cyashyirwa imbere si ugusenya FPR ahubwo ni ukuyishyiraho igitutu ikaba ishyaka nk’ayandi rishobora kwihanganira abandi kuko abaririmo ni abanyarwanda  abenshi nabo barashaka amahoro kandi nta gushidikanya ko nabo bakunda u Rwanda. Ikibazo bafite ni UBWOBA bwa Kagame n’agatsiko ke ndetse no kuba bagirirwa nabi ibintu bihindutse. Gushyira imbere kwihorera  no kunangira kwa FPR byatuma kugira ngo ibintu bihinduke hagomba kumeneka amaraso menshi. Ariko bisaba ko abo bari muri FPR nabo bagira ibyo bigomwa ko kumva ko abatutsi n’abahutu bose bangana ntawe usumba undi, kureka gukoresha Genocide nk’intwaro no gutanga imbabazi ku ruhande rwabo nk’uko nabo baba bazihawe, no kubaha abahutu bishwe bagahabwa agaciro.

 

Ruben Barugahare

Rwiza News

RAPPORT D’EXPERTISE SUR L’ATTENTAT DU 6 AVRIL 1994 : L’ARBRE QUI CACHE LA FORÊT

Par le Colonel BEM Luc Marchal, ancien Commandant adjoint de la MINUAR

RAPPORT D'EXPERTISE SUR L'ATTENTAT DU 6 AVRIL 1994 : L'ARBRE QUI CACHE LA FORÊT    Le-colonel-en-retraite-Luc-Marchal-en-2010--300x218

Le Col BEM Luc Marchal

Sur le plan de la stratégie de communication, le battage médiatique qui a entouré (il serait plus exact de dire « précédé ») la divulgation du rapport d’expertise sur l’attentat du 6 avril 1994 me laisse admiratif. Une fuite, qui a tout l’air de ne pas être fortuite, a permis à laPropaganda-Abteilung du régime de Kigali d’activer ses réseaux et de distiller enfin « La Vérité », que la grande majorité des médias a repris en chœur sans s’être donné la peine de lire et d’analyser le contenu dudit rapport d’expertise. Voilà ce que l’on peut appeler de la conscience professionnelle bien comprise. Il est à remarquer que cette même précipitation s’était également manifestée, en décembre 2009, lors de la publication du rapport Mutsinzi[1]. Dans pareille condition, comment le simple citoyen peut-il encore s’informer objectivement ? Des titres tels que, « Rwanda, la preuve d’un génocide planifié« [2],  »Habyarimana : un rapport disculpe le clan Kagame« [3], »Un rapport technique qui fait basculer l’histoire« [4], « Rwanda : révélation sur l’attentat qui a été le signal du génocide« [5], « Attentat du 6 avril 1994 : la vérité contre le négationnisme du génocide du Rwanda« [6], sont suffisamment expressifs pour se passer de tout commentaire.

Les circonstances actuelles se prêtent plutôt bien pour rappeler certaines réalités qui prévalaient au moment de l’attentat.

L’attentat aurait été perpétré par le noyau dur du régime qui avait décidé de se débarrasser d’un Président décidément trop mou à leur goût.

Le problème de pareille assertion est qu’elle méconnaît totalement la situation politique du mois de mars 1994. En effet, même les « extrémistes » avaient tout intérêt à ce que le processus de paix se déroule paisiblement jusqu’à son terme. Le point final de ce processus était l’organisation d’élections libres. Celles-ci allaient se solder par un vote à caractère ethnique : à quelques exceptions près, les Hutu voteraient pour des Hutus et les Tutsi feraient de même. Dès lors, le FPR[7] savait, dès le début 1994, qu’il n’obtiendrait jamais la majorité nécessaire au sein de l’Assemblée nationale pour agir comme il l’entendait. Quel pouvait bien être l’intérêt de la CDR[8] de faire capoter le processus de paix alors que tous les autres partis (sauf le FPR) avaient marqué leur accord pour que la CDR obtienne un siège au sein de l’assemblée nationale de transition (ANT) et soit ainsi intégrée au processus de paix. C’est sur base de cet accord, auxquels les ambassadeurs en poste à Kigali avaient pris une part active, que le gouvernement de transition et l’ANT devaient être mis en place le 25 mars 1994. Cette avant-dernière tentative, tout comme celle du 28 mars qui fut la dernière, se soldèrent par un échec. Le FPR avait décidé de jouer la politique de la chaise vide. En l’absence du FPR, les institutions de transition ne pouvaient pas être mises en place. Si ce dernier avait réellement voulu participer au jeu démocratique, il aurait pris la place qui lui revenait sur l’échiquier politique et aurait participé au développement d’un nouvel avenir pour tous les Rwandais. Mais de toute évidence, pareil projet n’entrait pas dans sa vision des choses. C’est à propos de l’échec de ces deux dernières tentatives de mise en place des institutions de transition et concernant le FPR que M. Jacques-Roger Booh Booh[9]écrit : Son masque venait de tomber. Il avait longtemps caché son jeu. Mais, cette fois, les choses étaient claires. (…) Tout laissait donc croire que ce mouvement était contre la paix[10].

Le piège de Dar es-Salaam.

Le 6 avril 1994, le président Habyarimana et le chef d’état-major des FAR[11]s’envolent vers la Tanzanie pour un sommet régional organisé à l’initiative du président ougandais Yoweri Museveni. Pour des raisons de sécurité, jamais, depuis l’attaque surprise du FPR en octobre 1990, le chef de l’Etat et le général Nsabimana[12] n’avaient quitté le pays en même temps. Déjà la veille, 5 avril, le président Habyarimana s’était interrogé sur l’intérêt soudain du président Museveni pour la question burundaise[13] et l’insistance exprimée par l’organisateur quant à la présence indispensable du chef d’état-major des FAR.

Arrivés vers 10 heures sur place, ce n’est qu’en début d’après-midi que les discussions débutent réellement. Celles-ci, selon plusieurs témoins, sont manifestement tirées en longueur par le président Museveni. Avec pour conséquence, l’impossibilité pour le chef de l’Etat rwandais de rentrer de jour à Kigali. Un entretien impromptu eut encore lieu à l’aéroport, retardant d’autant le départ. Tant et si bien que le président Habyarimana sollicita de son homologue tanzanien de pouvoir passer la nuit sur place. Cette demande fut diplomatiquement refusée sous prétexte que les services du protocole n’avaient pas prévu cette prolongation de séjour.

Le décollage du Falcon 50 eut finalement lieu vers 19Hr30. Or, le plan de vol initial, connu des autorités tanzaniennes, prévoyait un retour à Kigali pour 17 heures. Ceci offrait la souplesse nécessaire, en cas de petit retard, pour être de retour avant le crépuscule, conformément aux procédures de sécurité. Une différence de plus de trois heures par rapport au timing initial n’a rien de fortuit. Ce jour-là, le président Habyarimana et le général Nsabimana devaient absolument rentrer de nuit.

Finalement, lorsque l’attentat fut connu à Dar es-Salaam, la délégation rwandaise qui s’y trouvait encore fut désarmée et ne fut pas autorisée à regagner le Rwanda, malgré la présence sur place des moyens aériens nécessaires. Etrange manière pour un pays hôte de compatir à la désolation de leurs « frères » rwandais. Comme si la mort du président Habyarimana en faisait subitement des ennemis.

Admettons que les extrémistes soient responsables de l’attentat. Et puis, après l’avoir perpétré, qu’ont-ils fait ?

En tout état de cause, dans les heures qui suivirent cet attentat, la structure qui l’aurait pensé et exécuté est restée étrangement absente. Rien de ce qui pouvait ressembler de près ou de loin à un coup d’Etat n’a pu être observé à Kigali ou ailleurs dans le pays.

Tout d’abord, quand, à la suite de l’attentat, je me suis retrouvé avec le général Dallaire à la réunion du comité de crise qui s’est tenue à l’état-major des FAR, je n’ai pu que constater que j’étais en présence d’hommes profondément bouleversés et désemparés par ce qui venait de se passer et non face à des conspirateurs heureux du bon aboutissement de leur projet. Leur démarche n’avait d’autre but que d’évaluer les conséquences de la disparition du chef de l’État et du chef d’état-major de l’armée afin d’éviter que ce vide du pouvoir ne débouche sur l’anarchie. Sans la moindre ambiguïté possible ils ont fait appel à la MINUAR pour les aider à gérer cette crise issue de l’attentat et aussi pour répercuter vers le Conseil de Sécurité l’expression de leur volonté de voir les institutions de transition se mettre en place le plus rapidement possible, conformément aux accords d’Arusha. Si des organisateurs de l’attentat s’étaient trouvés à ce moment-là autour de la table, cette réunion se serait déroulée de manière bien différente et qui plus est, dans pareille éventualité, j’ai de sérieux doutes que le général Dallaire et moi-même aurions été conviés à y participer.

À ce manque de prise en main du pouvoir, par l’une ou l’autre faction connue pour son opposition supposée au processus de paix ou à la personne du chef de l’Etat, correspond par contre le démarrage immédiat d’une offensive militaire d’envergure du FPR. Cette offensive, en totale contradiction avec les accords de paix d’Arusha, se terminera trois mois plus tard par une conquête sans partage du pouvoir. J’ai déjà eu l’occasion d’expliquer dans les colonnes de « Rencontres pour la Paix » qu’il est impossible de profiter d’une opportunité comme la disparition du président Habyarimana et du général Nsabimana, pour improviser une offensive générale mettant en œuvre de nombreuses unités aux missions totalement différentes. Bien au contraire, pareil engagement ne peut qu’être le résultat d’un processus majeur de préparation comportant la conception de la manœuvre sur le plan stratégique, la diffusion des ordres jusqu’aux plus petits échelons et la mise en place de milliers d’hommes, dans les positions de départ, prêts à réagir à l’ordre d’exécution. Tout cela ne s’organise pas au claquement de doigts, mais exige au contraire des délais importants et incompressibles. Il ne faut pas être un grand stratège pour comprendre ce genre de contrainte, c’est une question de bon sens élémentaire. A ceci s’ajoute également le fait que le FPR n’aurait pas été en mesure d’assurer le punch et la continuité de son offensive sans la constitution préalable de stocks importants de munitions, d’armements, d’équipements et de matériels divers. Bref, une logistique à l’échelle des moyens humains mis en œuvre durant plus de trois mois d’opérations. Il n’y a aucun miracle en la matière, pas d’opérations militaires sans logistique adaptée. Il se fait que, fin mars 1994, le service de renseignement des FAR avait parfaitement localisé ces stocks dans la zone frontalière en Ouganda. On est en droit de se demander pour quelle raison la MONUOR[14] dont la mission était précisément de déceler ce genre de préparatifs n’a rien vu, alors que les observateurs en place avaient depuis pas mal de temps renseigné l’existence d’un intense trafic de camions à la nuit tombée ?

Les considérations qui précèdent méritent attention. Elles devraient, à tout le moins, susciter la réflexion et amener le lecteur à réaliser que le contexte dans lequel l’attentat du 6 avril 1994 a été perpétré n’est pas aussi simpliste que d’aucuns voudraient bien le faire croire.

Quant au rapport d’expertise proprement dit, demandé par les magistrats instructeurs Marc Trévidic et Nathalie Poux, je voudrais exprimer certaines interrogations qui me sont venues à l’esprit lors de sa lecture. Mon propos n’est pas de m’immiscer dans les aspects techniques pour lesquels je n’ai guère de compétence, mais plutôt d’aborder plus spécifiquement deux aspects, parmi d’autres, de la méthode de travail utilisée. En effet, il ne suffit pas de disposer d’experts et de matériels à la pointe des connaissances techniques, encore faut-il que les éléments de base retenus pour alimenter l’expertise soient fiables et corrects à 100%.

Les témoins et leurs témoignages.

Ce point, me paraît être le tendon d’Achille du rapport d’expertise. En effet, les conclusions des experts sont basées sur un nombre assez réduit de témoins, quinze témoignages ont été modélisés. Au regard des 53 missiles sol-air qui ont été étudiés afin de déterminer le système d’arme le plus susceptible d’avoir été mis en œuvre, ce nombre de témoins me paraît plutôt anémique. D’autant plus que le témoignage de plusieurs d’entre eux a été jugé trop peu concluant pour être exploité par les experts. Par contre, les témoins 2 & 3 dont il est tenu compte et qui se trouvaient à quelques mètres l’un de l’autre ont une divergence de 48° dans l’observation de la direction de départ des missiles.

Comment ne pas s’étonner, aussi, qu’aucun témoin de la zone de Masaka n’a été auditionné pour cette expertise[15]. Pourtant plusieurs d’entre eux ont bel et bien,in tempore non suspecto, témoigné de ce qu’ils avaient observé le 6 avril 1994 vers 20Hr30. Certains de ces témoins sont toujours en vie et je suis convaincu qu’un minimum de recherche et l’assurance de la confidentialité auraient permis de les entendre. En tout cas, pareille absence porte le flanc à la critique et suscite la question bien légitime : comment, concrètement, s’est opéré le choix des témoins ? Avec comme question subsidiaire : le domaine de recherche des experts n’a-t-il pas été orienté à dessein ? En l’occurrence, je ne peux m’empêcher d’y voir une certaine similitude avec le choix opéré par la commission Mutsinzi. Celle-ci, déjà, n’avait pas jugé utile, parmi les 557 témoins rwandais contactés, d’interroger l’un ou l’autre habitant de Masaka et environs, sous prétexte que : Faute de connaissance technique minimum, leurs récits sont peu clairs sur la nature des phénomènes observés et parfois même invraisemblables[16].

A la lecture du dossier on se rend parfaitement compte que les experts accordent une grande pondération aux témoignages des docteurs Daubresse et Pasuch ainsi qu’à celui du lieutenant-colonel (à l’époque) Grégoire de Saint Quentin. C’est, en grande partie, sur base de leurs témoignages que les experts privilégient deux positions de tir possibles très proches de leurs habitations[17] et excluent les deux positions de tir potentielles dans la vallée de Masaka. Or, le 13 avril 1994, donc cinq jours après l’attentat, le docteur Daubresse déclare ce qui suit à l’auditorat militaire belge : J’ai vu, regardant en direction de l’est (NDR : c’est-à-dire proche de la direction de Masaka), monter de la droite vers la gauche, un projectile propulsé par une flamme rouge-orange (…) distance maximale 5 km de notre localisation. La distance minimale très difficile à apprécier est de l’ordre de 1 km (…). Le même jour le docteur Pasuch confirme la déposition de son collègue Daubresse. Ces dépositions faites quelques jours à peine après l’événement ne correspondent en aucun cas à la conclusion de l’expertise.

La position du Falcon au moment de l’impact fatal.

Des extraits d’une lettre rédigée par le pilote du Falcon, Jean-Pierre Minaberry, figurent dans le rapport[18]. Il y exprime l’inquiétude de l’équipage due à la crainte que le bataillon du FPR cantonné à Kigali soit en possession de missiles sol-air[19]. On peut dès lors raisonnablement penser que le pilote, en plus de procédures d’approche différentes, a également envisagé l’une ou l’autre parade d’urgence dans le cas où l’avion aurait été la cible d’un tir de missile. Il est, en effet, expressément fait mention, dans le rapport d’expertise, de cette éventualité[20]. Or, dans leur analyse, les experts n’envisagent qu’une approche normale, c’est-à-dire parfaitement horizontale avec une légère inclinaison du nez de l’avion de 3° vers le bas.

Nous savons que le premier missile a raté le Falcon. Selon certains témoins ceci l’aurait déséquilibré ou, autre hypothèse, entraîné une manœuvre de dégagement. Ceci est tout à fait plausible de la part d’un pilote militaire, préoccupé de surcroît par ce type de menace[21]. Dès lors, en cas de dégagement, la position de l’avion n’est plus la même que celle envisagée par les experts. Or, ceux-ci ont exclu les deux positions de tir de Masaka à cause de leur éloignement, mais aussi au motif que de cette zone le second missile ne pouvait pas impacter l’aile gauche du Falcon[22]. Pour quelle raison les experts n’ont-ils pas procédé à une simulation afin de s’assurer, si dans une autre position que l’horizontale, l’avion ne pouvait pas être atteint à l’aile gauche à partir de Masaka ?

Conclusion

Bien tortueux sont les chemins qui mènent à la vérité. Quoi qu’il en soit, l’attentat du 6 avril 1994 reste un crime dont les auteurs devront répondre un jour ou l’autre. Toutefois, prenons garde que cet acte terroriste soit en réalité l’arbre que certains tentent d’agiter afin de cacher la forêt. L’attentat est une chose. Les crimes de guerre, les crimes contre l’humanité voire de génocide, commis depuis 1990 dans la région des Grands Lacs au nom d’une idéologie totalitaire revancharde, en sont une autre. Ne nous laissons pas prendre au piège dans lequel certains voudraient engluer, une fois de plus, la communauté internationale. Peu importe les commanditaires de l’attentat d’avril ’94, ceci n’exonère en rien la responsabilité du FPR et de ses dirigeants pour les crimes imprescriptibles dont ils se sont rendus coupables depuis leur attaque du 1er octobre 1990.

Gardons en mémoire les différents rapports établis, au fil des années et au nom de l’ONU, par Robert GERSONY, Roberto GARRETON, Navanethem PILLAY ; ceux provenant d’Amnesty international, Human rights watch, African rights, International rescue committee, la Fédération internationale des droits de l’homme, l’Organisation de l’unité africaine ; sans oublier les rapports réguliers rédigés, depuis 2000, par un groupe d’experts à l’intention du Secrétaire général de l’Onu sur le pillage des ressources minières de la RDC. Ces rapports sont autant d’actes d’accusation dont l’actuel régime rwandais devra un jour rendre compte devant la justice internationale.

 

Luc Marchal


[1] Du nom du président de la commission d’enquête rwandaise sur les causes, les circonstances et les responsabilités de l’attentat du 06/04/1994 contre l’avion présidentiel rwandais FALCON N° 9XR-NN.

[2] Libération.

[3] Agence AFP.

[4] Colette Braeckman.

[5] Nouvel Observateur.

[6] Le Monde

[7] Front patriotique rwandais (mouvement politico-militaire de la diaspora Tutsi).

[8] Coalition pour la défense de la République, ce parti reconnu comme extrémiste Hutu avait refusé, suite aux accords d’Arusha, de s’intégrer au processus de paix. En mars 1994, il avait décidé, avec l’accord des autres parti (sauf le FPR) de s’intégrer à ce processus.

[9] Chef de la mission de l’ONU au Rwanda ( MINUAR ).

[10] J-R Booh Booh, Le patron de Dallaire parle, éditions Duboiris 2005, p. 115.

[11] Forces armées rwandaises.

[12] Chef d’état-major des FAR.

[13] La situation interne du Burundi et les risques pour la sous-région constituaient les thèmes de cette réunion.

[14] Mission d’observation des Nations Unies Ouganda-Rwanda dont le chef était le général Dallaire.

[15] Il est bien question, p. 39 du rapport, de l’audition d’un témoin à Masaka, le 17 septembre 2010, mais aucune trace de son éventuel témoignage ne se trouve dans le rapport d’expertise.

[16] Rapport Mutsinzi p. 56.

[17] Un peu plus de 200 mètres pour la plus éloignée.

[18] p. 178 & 179 du rapport d’expertise.

[19] Cette même préoccupation m’a été exprimée par le Colonel Cussac (Attaché Défense français) au cours du mois de mars 1994.

[20] p. 183 et C2 du rapport d’expertise.

[21] Selon les témoins, l’intervalle de temps entre le premier et le second missile oscille entre 2 secondes (p. 73) et 10 secondes (p. 263).

[22] Les dégâts observables à l’aile gauche montrent qu’ils sont dus à l’impact du missile et l’explosion du kérosène.

Il va falloir que je décide d’aller au Rwanda:Faustin Twagiramungu

Faustin Twagiramungu, ancien Premier ministre rwandais président du nouveau parti Rwanda dream initiative (RDI)

Par Christophe Boisbouvier
« Aujourd’hui, je n’ai pas abandonné mon combat. Bien entendu, il y a eu une pose. Pendant cette pose, je voulais que les autres Rwandais, peut-être les plus jeunes que moi, puissent s’engager dans un combat pour faire le changement dans mon pays. Cela n’a pas été le cas… » 

Il va falloir que je décide d’aller au Rwanda:Faustin Twagiramungu faustin-twagiramungu_0-300x224

Faustin Twagiramungu

Ces dernières années, Faustin Twagiramungu s’était retiré de la vie politique. Aujourd’hui, à 67 ans, l’ancien Premier ministre rwandais revient dans l’arène. Il a créé un nouveau parti, le Rwanda dream initiative (traduit de l’anglais : l’Initiative du rêve rwandais), le RDI.
Depuis son lieu d’exil, en Belgique, il réagit d’abord au dernier rebondissement judiciaire sur l’attentat de 1994 à Kigali.

RFI : Les experts mandatés par la justice française estiment que les missiles, qui ont abattu à Kigali l’avion du président Juvénal Habyarimana le 6 avril 1994, ont été tirés depuis le camp de Kanombe, qui était tenu par les forces régulières rwandaises. Qu’en pensez-vous  ?

Faustin Twagiramungu : Je ne sais pas s’ils ont précisé réellement qu’il s’agit du camp militaire de Kanombe. Le domaine militaire est vaste et je pense que ces experts ne visent que le domaine militaire. Sur le plan politique, j’ai été étonné -et beaucoup d’autres Rwandais d’ailleurs- que de là, on tire des conclusions pour dire que ce missile aurait été tiré par les Hutus. Je pense que ce rapport est insuffisant. Il faudrait attendre la contre-expertise et attendre le rapport définitif du juge Trevidic.

RFI : Jusqu’à ce rapport d’expertise, la justice française privilégiait une autre zone de tirs, la colline de Masaka où aurait pu s’infiltrer un commando du Front patriotique rwandais (FPR). Si c’est la colline de Kanombe, la thèse du complot FPR s’effondre ? Les principaux suspects ne deviennent-ils pas les militaires et les extrémistes hutus ?

F. T. : Pas du tout. Parce que les militaires FPR qui circulaient partout à Kigali n’ont jamais été interdits d’entrée dans le domaine militaire de Kanombe. De plus,[la colline de, NDLR] Masaka reste pour nous un point qu’on ne peut pas rejeter comme ça. Pour moi, le FPR reste responsable de cet assassinat. De là, à tirer des conclusions pour accuser les Hutus massivement …  c’est inacceptable.

RFI : Vous avez été l’une des figures de ceux qu’on appelait avant le génocide les Hutus modérés. Pendant le génocide, votre vie a été menacée. Après la victoire du FPR, vous êtes devenu Premier ministre, puis vous êtes passé à l’opposition. Vous avez affronté Paul Kagame à la présidentielle de 2003. Où en êtes-vous aujourd’hui ?

F. T. : Aujourd’hui, je n’ai pas abandonné mon combat. Bien entendu, il y a une pause. Pendant cette pause, je voulais que les autres Rwandais, peut-être plus jeunes que moi, puissent s’engager dans un combat pour faire le changement dans mon pays. Ca n’a pas été le cas. Nous savons qu’il y a eu les Forces démocratiques unifiées (FDU) avec madame Ingabire…

RFI : Victoire Ingabire qui est rentrée d’exil en 2010 pour affronter Paul Kagame à la présidentielle…

F. T. : Exactement. Cette dame a fait tout ce qu’elle pouvait pour qu’il y ait un changement dans notre pays. Et aujourd’hui, elle croupit dans la prison centrale de Kigali. Je me suis, encore une fois, engagé dans ce combat politique, pourquoi…  Nous avons commencé en 1990. Nous nous engagions dans un processus démocratique qui a été complètement changé à cause de la guerre du FPR. Aujourd’hui, le FPR a entrepris une politique sectaire de diviser les Rwandais. Les Hutus d’un côté sont devenus pratiquement des tueurs, et les Tutsis sont devenus des anges qu’il faut absolument continuer à protéger. Ce que nous constatons aujourd’hui, c’est que le régime de Kagame n’est plus soutenu par les Matutsis de l’intérieur et évidemment pas par les Bahutus. Il faut absolument qu’il y ait changement, basé sur la réconciliation totale des Rwandais et aussi sur la vérité, la vérité sur ce qu’il s’est passé au cours de notre histoire récente. C’est ce que Kagame ne veut pas. Il ne veut pas qu’on dise la vérité

RFI : Vous vivez en exil à Bruxelles. Comment pouvez-vous faire vivre un parti à 10 000 km de Kigali ?

F. T. : Vous avez pleinement raison. Il va falloir que je décide d’aller au Rwanda. Puisque nous ne sommes pas des criminels, rien ne pourrait nous empêcher d’aller dans notre pays et y faire la politique.

RFI : Au risque de connaître le sort de Victoire Ingabire ?

F. T. : Bien entendu, pourquoi pas ?!  Parce que Victoire Ingabire est accusée de tout : collaboration avec les malfaiteurs, divisionnisme pour un simple fait, d’avoir dit que des Bahutus qui ont été tués, méritent aussi d’être enterrés dans l’honneur, comme on dit. Je ne vois pas pourquoi Kagame résiste contre ceux qui veulent combattre politiquement sur place. C’est incompréhensible. Et je ne vois pas pourquoi les puissances occidentales continuent de soutenir ce régime, ce qui constitue, pour moi, une sorte de meilleure colonisation de mon pays. C’est inacceptable.

archivesallahalwatanalmalik |
pk2012legislatives |
rectificador |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | thevoiceofpresidentielles
| legislative2012
| cournonpartisocialiste