Archive pour 1 février, 2012

Qui est le Général de Brigade Gratien Kabiligi?

Qui est le Général de Brigade Gratien Kabiligi? 417171_320704514639221_100000990257603_973500_1688710984_n-300x203Le Général Gratien Kabiligi est né à Kamembe en préfecture de Cyangugu le 18 décembre 1951. A 20 ans, il entre à l’Ecole d’officiers de Kigali au sein de la 12 ème promotion. En 1986, il fait comme les autres officiers de sa génération le cours de commandant de compagnie à l’Ecole Supérieure Militaire (ESM), cours qui venait seulement de commencer dans le cadre d’un programme de formation continue des officiers des Forces Armées Rwandaises. Il est nommé au grade de major avec ses autres promotionnaires dont les regrettés colonels Ildephonse Rwendeye et Ephrem Rwabalinda.
En 1988, il est retenu pour suivre un cours d’état-major en République Fédéral d’Allemagne, d’où il rentrera en 1990, pour être affecté à l’ESM comme directeur des études.  Gratien Kabiligi est nommé lieutenant-colonel en 1991. Entretemps, le pays a été attaqué de l’Ouganda par le Front Patriotique Rwandais le 01 octobre 1990. Il a assuré à plusieurs reprises, depuis son affectation administrative de l’ESM, l’interim de commandement de bataillon dans le secteur d’opérations de Mutara. Il prend le commandement effectif d’un bataillon engagé au front dans ce même secteur  en 1991.

Sur le front des combats, c’est l’époque des opérations de harcèlement par le FPR en préfecture de Byumba, sur une large bande frontalière avec l’Ouganda . Le FPR intensifie aussi les raids en profondeur contre les populations civiles. Gratien Kabiligi était dans le secteur Mutara le 01 décembre 1991 lors de l’attaque du camp de déplacés de guerre de Rwebare.  Plusieurs personnes ont péri dans des huttes enflammées d’abord par les bombes et ensuite par les assaillants.

En avril 1992, le FPR attaque les positions des FAR sur toute la frontière de Byumba et le nord-est de Ruhengeri en prélude à l’ouverture des pourparlers de paix. Une partie des communes Butaro et Muvumba est conquise et le FPR s’y acccroche. Gratien Kabiligi est  encore au Mutara où il interdit vaillamment  la conquête du bureau communal de Muvumba, objectif politique tant convoité par le FPR.

Le FPR, qui a échoué sur Muvumba, déplace son axe vers l’ouest, vers les communes Kiyombe et Kivuye de part et d’autre de l’axe Gatuna -Byumba. Et c’est à ce moment précis, au mois de mai 1992, que le Général Kabiligi est nommé commandant du secteur d’opérations de Byumba face à l’effort principal ennemi.

Le 05 juin 1992, le FPR lance une vaste offensive sur les communes nord de ce secteur.  Sa manoeuvre consiste à fixer les troupes des FAR déployées le long de la frontière, infiltrer des troupes suffisantes pour attaquer et conquérir la ville de Byumba et ainsi obliger les unités avancées à décrocher en cédant tout le terrain au nord de la ville. Cette opération échoua et  risqua même de tourner au fiasco pour les troupes du FPR impliquées dans le raid. Face à la résistance de Byumba, le commandement du FPR

ordonna l’exfiltration de ses troupes

1255844382.52

Le Général Habyalimana sur le front de Byumba en 1992

.

Ce grand crochet à l’intérieur du territoire national permet cependant au FPR d’agrandir sa poche jusqu’à l’usine à thé de Mulidi et de provoquer le déplacement massif des populations civiles qui constituent pour la partie gouvernementale une véritable bombe (humanitaire) à retardement. C’est seulement après cette pression militaire que le FPR accepte le démarrage effectif des négociations de paix. Un cessez-le-feu entre en vigueur le 31 juillet 1992.

L’attaque surprise du 08 février 1993 en violation du cessez-le-feu cible encore une fois la ville de Byumba.  Celle-ci est défendue à outrance grâce à la détermination du commandant de secteur qui fait tout pour remplir sa mission. La défense de Byumba est juste et légitime. Pour y arriver, Gratien Kabiligi fait plusieurs fois par semaine le tour des positions des compagnies pour encourager et s’assurer de la vigilance de ses hommes et de l’état d’aménagement des points d’appui.

Comme commandant secteur, Gratien Kabiligi est cité dans les milieux d’officiers subalternes pour son intégrité et son honnêteté. Il fait preuve d’une grande discipline qu’il parvient aussi à imposer aux unités de son secteur.

Le commandant secteur Byumba : courroux du FPR

Le général Gratien Kabiligi  s’est attiré des ennemis personnels parmi les officiers du FPR dans l’exercice du commandement du secteur de Byumba.  Nombreux le considéraient  comme obstacle au succès de toutes leurs initiatives. C’est ainsi que le colonel Karake qui faisait partie du Groupe d’observateurs militaires neutres (GOMN) s’est senti impuissamment révolté suite à des contrôles sévères que lui imposait le poste des FAR de Ngondore entre Byumba et Mulindi. Il aurait voulu profiter pleinement de ses va-et-vient entre Kigali et Mulindi pour infiltrer ou relever ses agents de renseignement, ou acheminer davantage de matériels militaires à l’intérieur de la capitale.  De la même façon, le commandant du secteur militaire d’en face, à l’époque James Kabarebe (l’actuel chef d’état-major des forces rwandaises de défense) était gêné dans ses initiatives. Grâce à la vigilance des hommes du lieutenant-colonel Kabiligi, des expéditions et des patrouilles de combat adverses sont régulièrement interceptées, avec une riposte proportionnée chaque fois que le FPR tentait un quelconque acte de violation de cessez-le-feu.

La détermination du commandant secteur Byumba à parer à toutes les initiatives belliqueuses du FPR lui a même valu des remontrances en provenance de certains milieux de l’opposition politique intérieure, qui l’accusaient de provocateur.  Le FPR aurait même exigé, avec menace de rupture des pourparlers de paix, la relève du commandant secteur  Byumba ; d’autres noms étaient également cités parmi des cadres administratifs et militaires à révoquer.

Gratien Kabiligi quitte le commandement du secteur Byumba en mai 1993 et rejoint l’état-major de l’Armée comme G3 (officier chargé des opérations et de l’entrainement). Est-ce une promotion ou une réponse aux précédentes exigeances ? De toute façon, il vient de faire plus de deux ans sur le front le plus chaud du pays  et mérite bien un petit repos, surtout que tout est en route pour la signature d’un accord de paix.

La période de mai à juillet 1993 est celle des négociations dont la partie principale est celle relative aux forces armées. L’accord global est signé le 04 août.  De août à décembre,  les activités de l’état-major sont centrées sur les préparatifs pour la mise en application de l’accord de paix d’Arusha. C’est pendant cette période que le lieutenant-colonel Kabiligi est nommé colonel dans le cadre des régularisations en grade des officiers de la partie gouvernementale avant le processus d’intégration.

Le 06 avril 1994 : une absence remarquée

Malgré les accords signés et le voeux de la majorité de les voir mis en application, des inquiétudes subsistent au niveau de grands commandements des FAR, car le FPR ne semble pas avoir abandonné la solution militaire.  Il continue ses activités guerrières dans la zone tampon avec les massacres de Kirambo le 18 novembre 1993, et à Mutura à la mi-décembre. Le FPR recrute dans tout le pays et des jeunes gens rejoignent ses rangs en passant par les pays voisins ou par le quartier général de Mulindi.   Certains d’entre eux reviennent dans le pays après formation.  Les recrutement et les infiltrations d’armes vont s’intensifier après l’arrivée du bataillon du FPR à Kigali le 28 décembre 1993 . Des travaux de campagne et de fortification sont faits dans l’enceinte du CND alors que les FAR sont soumises à un contrôle sévère dans la zone autour de la capitale dite « zone de consignation d’armes-KWSA ». La Mission des Nations Unies pour l’Assistance au Rwanda (MINUAR) qui vient de prendre place dans le cadre du maintien de la paix ne semble pas avoir toute la neutralité souhaitée.

Dès fin décembre 1993, des signes de crispation et des incidents graves sont régulièrement vécus avec des éléments nouveaux accentuant des risques de rupture. Les partis politiques d’opposition ont éclaté en tendance pro-FPR et pro-MRND. Le gouvernement ne se réunit presque plus et est divisé sur fond des deux grandes tendances en germination. Malgré la prestation de serment du Président de la République le 05 janvier 1994, la mise en place du gouvernement et du parlement de transition n’ont pas lieu. Le partage du pouvoir négocié  sur base des partis politiques semble être désuet car les enjeux réels sont devenus ethniques. Les efforts de médiation menés par le Représentant Spécial du Secrétaire Général des Nations Unies (MonsieurJacques Roger Booh-Booh) et les religieux ne semblent pas aboutir. Et puis surviennent les 21 et  23 février 1994 l’assassinat du Ministre Félicien Gatabazi et du président du parti CDR Martin Bucyana suivis d’émeutes à caractère ethnique…

C’est dans ce climat de tension politique et d’insécurité que le colonel Kabiligi part en stage de trois mois en Egypte, laissant derrière lui un bureau des opérations  militaires déforcé avec un personnel peu expérimenté. Quand il reviendra le 23 avril 1994, Kigali ne sera plus la ville  qu’il connaissait.

Son absence à l’état-major a été fatale pour les manoeuvres des FAR au cours des premiers jours de la crise. Il aurait, après la mort du chef d’état-major tué dans l’attentat contre l’avion présidentiel, pu sauver une situation militaire qui a été perdue dès le premier jour de l’offensive du FPR.  En tant que G3 averti, il aurait mieux organisé et coordonné la riposte et ce malgré la surprise et le chaos polititique et humanitaire qui prévalait. Il aurait, tout au moins, fait le poids  contre les indécisions du colonel Marcel Gatsinzi, désigné chef d’état-major ad interim alors qu’il était en intelligeance avec l’ennemi.

Gratien Kabiligi a été nommé général de brigade le 16 avril 1994 en même temps que le général major Augustin Bizimungu et les généraux de brigade Léonidas Rusatira et Marcel Gatsinzi. Les deux derniers ont rejoint les rangs du FPR après la défaite des FAR.

Défense de Kigali : bon soldat et grand chef militaire

A la mi-avril 1994, le général Kabiligi arrive à Kigali quand les FAR sont en mauvaise posture. Le FPR s’est aménagé de nets avantages sur le terrain. Les FAR manquent cruellement de munitions. Les unités de combats sont esquintées.  Les troupes sont fatiguées.  Le moral des soldats est affecté par les défaites successives dans Kigali et dans le Mutara. Le FPR est intransigeant  et est décidé à continuer la guerre jusqu’à la victoire. Toutes les prositions de trêve ont été rejetées.  Kigali a été vidée de ses populations.  ceux qui sont restées dans les quartiers se sont organisés en cellule d’auto-défense pour résister aux assauts du FPR et même à ceux des bandes rivales suréxicitées qui pillent et se font le réglement de compte.

La situation est donc catastrophique et le G3 n’a rien pour influencer la manoeuvre. Situation catastrophique mais pas tout à fait perdue. Il faut gagner du temps, une défaite précipitée serait une double défaite. Le G3 s’efforce à racommoder les morceaux, un travail rendu difficile par le rythme des opérations, la largeur du front, la psychose de la défaite et surtout le manque de moyens matériels et humains. Le dispositif défensif de Kigali va tenir  jusqu’au dénouement de  » l’opération champagne » (1) du 04 juillet 1994,  au cours de laquelle le commandemment des FAR reussira à soustraire des griffes du FPR plus d’un million de personnes encerclés dans la capitale.

”IGIHE NTACYO KIVUZE IYO UMUNTU AHARANIRA KUGERA KU CYO YIYEMEJE”:Victorie Ingabire Umuhoza

”IGIHE NTACYO KIVUZE IYO UMUNTU AHARANIRA KUGERA KU CYO YIYEMEJE”:Victorie Ingabire Umuhoza 24d444f2e1d13a9fe47d66d6c3a697aee3cb703b_336x448_Q751-224x300

Madame Alice Muhirwa, Umubitsi w'ishyaka FDU-Inkingi

Tariki ya 27 Mutarama 2012, mu kiganiro Jennifer Fierberg yagiranye na Alice MUHIRWA, Umubitsi w’ishyaka FDI-Inkingi, yamusobanuriye uko ibihe bya politiki bimeze mu Rwanda ahereye ku byo yabonye nk’umuntu uri mu ishyaka ritavuga rumwe n’ubutegetsi mu Rwanda. Arasobanura kandi inzira ikomeye acamo mu gufasha Madame Victoire Ingabire Umuhoza, ubu ugiye gutangira umwaka wa kabiri ari mu buroko mu gihe urubanza rwe rukomeje gusubikwa. Madame Alice Muhirwa niwe ugemurira Madame Victoire Ingabire Umuhoza buri munsi aratubwira akababaro arimo.

Niba hari abibaza niba urubyiruko ari rwo cyangwa atari rwo mizero yo kuzahindura isi yacu, barebera ku rugero rw’ubutwari n’ubwitange bya Alice Muhirwa. Ubwitange bwe no guharanira kugera ku byo yiyemeje,  n’ibyo gushimwa mu gihugu gupfukirana ibitekerezo bitandukanye n’ibya Leta biri mu buzima bwa buri munsi.

Twabibutsa ko Madame Alice Muhirwa, ari umukobwa wa Nyakwigendera Major GD Francois Muhirwa, kandi akaba umwuzukuru w’umwe mu barwanashyaka bo muri Repubulika ya Mbere Nyakwigendera Habyalimana Yozefu Gitera washinze ishyaka APROSOMA.

Jennifer Fierberg: Watubwira izina ryawe ukatubwira n’umwanya ufite nk’umuntu utavuga rumwe n’ubutegetsi?

Alice Muhirwa: Nitwa Alice Muhirwa, nkaba ndi umubitsi w’ishyaka FDU-Inkingi.

JF: N’izihe ngorane uhura nazo nk’umuntu uri mu Ishyaka ritavuga rumwe n’ubutegetsi cyangwa uhisha abantu umwanya ufite mu buyobozi bw’iryo shyaka?

AM: Nta buryo na bumwe bushoboka bwo guhisha umwanya mfite mu buyobozi bw’ishyaka,  igihe umuntu ari umwe mu bagize Komite Nshingwabikorwa y’agateganyo ya FDU-Inkingi, iri mu Rwanda. Nitwe turi ku murongo w’imbere mu guhangana n’ubutegetsi bw’igitugu mu buzima bwacu bwa buri munsi.

Abatavuga rumwe n’ubutegetsi bari mu gihugu imbere bahuye n’ibikorwa byinshi by’iterabwoba, bikorwa n’abantu n’inzego bya  leta ndetse n’ishyaka riri ku butegetsi FPR-Inkotanyi.  Ibinyamakuru bya Leta ndetse n’ibiboganiye kuri Leta biradusebya igihe cyose havuzwe ijambo ”opposition”. Ishyaka ryacu ntabwo riremerwa n’amategeko ariko ntabwo duhisha ko turi mu Rwanda tugamije kuhaguma. Benshi muri bagenzi banjye barafunzwe, bakorerwa iyicwa rubozo cyangwa bakorerwa chantage/blackmail. Imiryango yacu nayo yatewe ubwoba. Dukomeza kwihangana, igihe cyose tugihumeka, kuko tuzi neza ko inzozi zacu tuzisangiye na miriyoni nyinshi z’abanyarwanda. Izo nzozi dusangiye n’ukuzabona Demokarasi, Ukwishyirukizana, Ubutabera no kugira amahirwe angana ku batuye u Rwanda bose.

JF: Hafunzwe abakuru b’abatavugarumwe n’ubutegetsi bangahe, ese bafungiye hehe?

AM: Ubu hafunze abagera ku 8. Ariko abafungiwe ibya politiki mu Rwanda barenga amajana, niba imfungwa ya politiki bisobanura:”umuntu wafunzwe kubera kugira ibitekerezo cyangwa gutangaza no gushigikira ibitekerezo bitavuga rumwe n’ibya Leta.” Hari amazina amwe y’ingenzi y’abanyapolitiki bafungiye muri Gereza Nkuru ya Kigali ”1930”: Madame Victoire Ingabire Umuhoza, umukuru wa FDU-INKINGI; Maître Bernard Ntaganda, Perezida wa PS Imberakuri; Bwana Déogratias Mushayidi, Perezida wa PDP Imanzi; Bwana Charles Ntakirutinka, umwe mu bashinze PDR Ubuyanja n’abandi bagiye bafungiye mu zindi gereza. Urugero ni Bwana Sylvère Mwizerwa wo muri PS Imberakuri afungiwe muri Gereza ya Kimironko; Dr Théoneste Niyitegeka, umwe mu bashatse guhangana na  President Kagame mu matora ya Perezida wa Repubulika yo muri 2003, yakatiwe imyaka 15, ubu afungiye muri Gereza ya Mpanga. Bwana Eric Nshimyumuremyi, uhagarariye PS Imberakuri muri Kicukiro, yarashwe na polisi tariki ya 15 September 2011 arakomereka bikomeye, ubu afungiye muri Gereza ya Kigali.

Bwana Rusangwa Sibomana Aimable, umunyamabanga wihariye wa Maître Bernard Ntaganda yatawe muri yombi i Nyamirambo ku ya 13 Kamena 2010, ariko ntawe uzi aho afungiye.

Bwana Nshimiyimana JMV, utaravugaga rumwe na Leta wari utuye mu Karere ka Rutsiro yaburiwe irengero kuva ku ya 1 Werurwe 2010.

JF: Abafunze bamerewe bate, ubuzima bwabo bumeze bute? Barasurwa n’inshuti cyangwa abavandimwe?

AW: Ubuzima bwabo ntabwo bwifashe neza. Ntabwo bashobora kuvurwa bihoraho. Benshi muri bo baregwa iterabwoba, ingengabitekerezo ya Genocide, n’ivangura.  Niba ababunganira mu manza bafungwa mubona abaganga babo bo byabagendekera gute? Mwumvise inkuru y’umunyamerika Professor Peter Erlinder, watawe muri yombi, agafungwa igihe yari yaje i Kigali kuburanira Madame Victoire Ingabire muri 2010.

Kuri morali byo, abanyapolitiki bafunze barayifite kuko barabona ko imbuto z’amahinduka babibye zirimo gukura. Mu Rwanda hagati ndetse no hanze, inkubiri y’amahinduka yatangiye kwigaragaza, kandi turabona ko amahinduka ashoboka ndetse ari hafi. Batangije amahinduka bashyize hamwe, ingoma zari ibihangange kw’isi zarundutse kuko abaturage batinyutse bakareka kwemera ko izo ngoma zifite ingufu. Natwe ndabona turi mu bihe bya nyuma by’ingoma y’igitugu ya FPR.

Gusurwa n’imiryango yabobyaragabanyijwe cyane, nk’urugero Madame Victoire Ingabire yamaze amezi menshi afungiye ahantu ha  wenyine.(isolation)

JF: Birumvikana ko bitoroshye kugaragaza ibitekerezo bya politiki bitandukanye n’iby’ubutegetsi buriho. Ariko se abantu bashyigikiye amashyaka atavuga rumwe n’ubutegetsi, babigaragaza ku mugaragaro cyangwa barabihisha kubera umutekano wabo?

AM: Abanyarwanda benshi baracyafite ubwoba. Kandi ubwoba bwabo bufite ishingiro. Babonye Genocide n’ibindi byaha byibasiye inyokomuntu byakorewe mu Rwanda biba mu gihe kitarenze imyaka 20 ishize. Ariko mu by’ukuri ubwoba buragenda bushira, turagenda twegera hafi na hafi. Misiri, Libiya, Yemeni ni ingero zigaragara. Abaturage b’ibyo bihugu bari barakandamijwe kugeza igihe bavuze bati :”Birahagije turarambiwe”.

Abahisha ibitekerezo byabo bitavuga rumwe na Leta uyu munsi, ejo nibo bazaba bari mu mihanda!

JF: ukurikije uko ubibona, hakenewe iki kugira ngo urubuga rwa politiki rube rufunguye mu Rwanda?

AM: Gufungura abanyapolitiki bafunze no kwemererwa n’amategeko gukorera mu Rwanda kw’amashyaka ya Politiki atavuga rumwe n’ubutegetsi byaba ari intambwe y’ingenzi. Abafasha u Rwanda bagomba gushyiraho igitutu bakabwira ku mugaragaro kandi bakomeje Leta y’u Rwanda. Ubukungu n’iterambere by’u Rwanda bishingiye cyane ku nkunga ziva mu mahanga.

JF: Hari abantu bamwe na bamwe se bikuramo ubwoba bakavugira ku mugaragaro? Bigenda bite? Hari inama cyangwa ibindi bikorwa bibera mu ruhame?

AM: Oya nta nama cyangwa ikindi gikorwa cyemerewe gukorerwa mu ruhame hano. Amategeko mpanabyaha ariho arabisobanura neza. Kugerageza guhuriza abantu hamwe, inama, imyigaragambyo n’ibindi bihanwa byihanukiriwe. Ababiteguye n’ababijemo bandi baregwa ibikorwa by’iterabwoba, ingengabitekerezo ya Genocide, ivangura, inama itemewe cyangwa kubuza igihugu umudendezo, kubangamira inzego za Leta n’ibindi.. Ibi ni ibyaha bikomeye bishobora gutuma umuntu ajya mu buroko imyaka myinshi, agize Imana ntafungwe burundu.

Leta y’u Rwanda yabujije amashyaka yacu uburenganzira bwo guterana mu ma nama. Wavuga iki ku nama zo mu ruhame ku butegetsi bwa Staline? Zari zemewe? Oya. Wagira ngo na hano nirwo rugero barebeyeho!

JF: Ni iyihe mitwe ya politiki ikomeye mu Rwanda? Ese iyo mitwe yaba ikurikirana gute mu kugira abayoboke benshi?

AM: Nk’umwe mu batavuga rumwe na Leta iriho, ntabwo byaba ari byiza gushyira mu byiciro imitwe yindi ya politiki dufatanije urugamba. Bose barahari hano. Umuntu wese uzabona acecetse akenshi aba ari mu batavuga rumwe na Leta. Nimutegereze amashyaka yacu yemerwe muzabibona. Uburyo bwo gukorera hamwe bwa FDU-Inkingi n’Ihuriro Nyarwanda RNC bigaragariza abanyarwanda benshi icyizere. Imikoranire yacu n’indi mitwe ya politiki nka PS Imberakuri, PDP-Imanzi, Arena, na PDR Ihumure bituma ijwi ryacu rirushaho kumvikana.

JF: Birumvikana ko imitwe ya politiki yacengewe na ba Maneko ba Leta mu buryo butandukanye. Ese abo bamaneko ntacyo bahindura ku myitwarire y’abari muri iyo mitwe ya politiki?

AM: Nibyo koko ko ubutegetsi buriho mu Rwanda, bukoresha uburyo bwose bushoboka bwo gutatanya, gucamo ibice, gusenya umutwe uwo ariwo wose wa politiki. Inshingano za ba maneko akenshi ni ugukwiza ibihuha no gucamo ibice abari muri opposition. Mu birebana n’u Rwanda, ikibazo kinini n’uko habayeho impfu nyinshi z’abatavuga rumwe n’ubutegetsi n’abanyamakuru mu gihugu no hanze yacyo.

Ariko nemera nshimitse ko igihe abaturage bazaba babyiyemeje, ntabwo ari ba maneko bakeya batwihishemo bazabahagarika mu rugendo rwabo rugana kuri demokarasi. Abanyagitugu benshi bakoresheje ubwo buryo ariko amaherezo baratsinzwe. Abanyapolitiki nyabo baharanira uburenganzira bwabo mu mahoro ntabwo batinya ba maneko.Ingufu z’ibitekerezo, gahunda za politiki n’ubwitange nibyo banga ry’ugutsinda.

JF: Ese abo bamaneko bamenywa bate babaha ako kazi bate?

AM: Ukurikije uko u Rwanda rumeze, hari uburyo bwinshi bukoreshwa, kuva kuri ruswa, chantage/blackmail, n’iterabwoba. Ibimenyekana byinshi biba bayakozwe n’inzego zishinzwa iperereza.

JF:Ku bijyanye na Madame Victoire Ingabire Umuhoza, hari icyizere mu bamushyigikiye ko azarekurwa? We se aracyafite icyizere?

AM: Nibyo koko twizeye ko azagera aho akarekurwa kuko arengana. Ntabwo twibaza ko amahanga azakomeza kwirengagiza ibibazo bya politiki biri mu Rwanda. Ingaruka ni nyinshi cyane kandi twizeye ko inshuti nyazo z’u Rwanda zizagerageza mu buryo bwose zibuza u Rwanda kugwa mu manga.

Madame Victoire Ingabire Umuhoza ni umuntu wizera  cyane amahinduka ya kidemokarasi. Azi ko amahinduka ari hafi kandi azi ko atari wenyine. Rimwe na rimwe iyo tubonye amahirwe yo kubonana nawe, aratubwira ati: ”Ntimugire ubwoba, ntabwo bazafunga abaturage b’igihugu cyose cyangwa ”IGIHE NTACYO KIVUZE IYO UHARANIRA KUGERA KUCYO WIYEMEJE” Azi icyo ashaka. Niwe kitegererezo cyanjye kandi niwe ntwali yanjye.

JF: amakuru ya Maître Bernard Ntaganda? Abamushyigikiye baracyamufitiye icyizere?

AM: Abashyigikiye Maître Bernard Ntaganda bamaze kuba benshi. Iterabwoba ryinshi bashyizweho ntabwo ryigeze rigabanya umurego wabo mu rugamba rwo gushaka demokarasi barimo.

JF: Ni iki wifuza ko cyaba mu bijyanye na politiki mu Rwanda? Kuri wowe bisaba iki kugira ngo ibyo bibe?

AM: Twifuza ko habaho urubuga rwa politiki, itangazamakuru ryigenga, ubutabera butabogamye, kugendera ku mategeko no ku mahame ya demokarasi.

Igikenewe n’intego zikomeye n’abayobozi nyabo. Mu banyarwanda harimo abayobozi nyabo baharanira demokarasi. Babonye ko igihe kigeze. Amahanga nayo afite uruhare mu mahinduka yabaho mu mahoro mu Rwanda.

JF: Ufite amizero y’uko hazabaho amahinduka muri politiki no mibereho rusange y’abanyarwanda?

AM: yego ndabyizeye. Niyo mpamvu dukora uko dushoboye kose tutitaye ku nzitizi. Kuko tuzi ko nyuma y’umwijima hazaza umucyo.

Ubutegetsi buriho bwananiwe gushyira mu buryo ibyo bintu by’ibanze. Bitewe no kunanirwa gukemura ibibazo nyabyo by’amakimbirane mu muryango nyarwanda. U Rwanda rugeze aharindimuka. Ibimenyetso by’uko twicariye ikirunga kigiye kuruka birahari. Ntabwo twakomeza gutegereza, dufite inshingano zo gukora amahinduka dukeneye.

Source: Jennifer Fierberg, MSW

Byashyizwe mu kinyarwanda na Matabaro Mariko (Rwanda Rwiza)

 

archivesallahalwatanalmalik |
pk2012legislatives |
rectificador |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | thevoiceofpresidentielles
| legislative2012
| cournonpartisocialiste