Archive pour 14 janvier, 2012

USIBYE KUBESHYA IYI MISSILE YARASIRWA MUKIGO HAKABURA UYIBONA ?

USIBYE KUBESHYA IYI MISSILE YARASIRWA MUKIGO HAKABURA UYIBONA ?

Tir d’un missile SA-16 (SAM 16)

USIBYE KUBESHYA IYI MISSILE YARASIRWA MUKIGO HAKABURA UYIBONA ? TIRSAM16-227x300

Iyo indege ya Habyarimana irasirwa mu kigo i Kanombe haba habuze umuntu n’umwe ubona uyu muliro cyangwa iki cyotsi ?

Naho urusaku  rwayo? reba uyu musoda yagombye gupfuka amatwi, ibaze ikigo kilimo abagore n’abana hakabura urwumva?
Bajye babeshya abahinde !!!

JKanya

Le Missile SA-16 (SAM16)

Type: sol-air
Année: 1988
Vitesse (m / sec): 570
Les cibles types aéronefs à voilure fixe, hélicoptères, missiles de croisière
Distance d’engagement, de 500 m … 5200
L’altitude cible touchée, 10 m … 3500
Max. La vitesse cible, m / s 400
Le temps maximum de préparation du lancement, 13 sec
Poids contre Arme, 17 kg
Poids Warhead explosifs, 0.405 kg (plus de carburant restant,0,6 … 1.3)
Longueur du tube de missiles, 1700 mm
Le temps de réaction, les 6 sec

       

VISERSAM16

VISER2SAM16-300x199

Iki kintu wakirashisha mukigo ntihagire koko ukubona?

 

 

Le Falcon 50

Falcon-50

Caractéristiques et performances: Falcon 50

 

DIMENSIONS EXTERNES
Envergure 18,86 m
Longueur 18,52 m
Hauteur 6,98 m
DIMENSIONS INTERNES
Hauteur Cabine 1,8 m
Largeur Cabine 1,86 m
Volume soute à bagages 2,55 m3
MASSES
A vide 9163 kg équipé
Masse maximale au décollage 17 600 kg
Capacité carburant 8 763 l (7 040 kg)
PERFORMANCES
Vitesse maximale Vitesse de croisière maximum à 31 000 ft (9450 m) (km/h) 870
Rayon d’action ou distance franchissable 5 830 km Rayon d’action avec 8 passagers au régime de croisière économique : * avec réserves NBAA IFR * avec réserves 45 mn, croisière économique
MOTEUR
Type 3 réacteurs Garrett TFE 731-3 3 X 1 680 kgp

Source: Rwandinfo de Kanyamibwa http://jkanya.free.fr/

Experts Report on Assassination of Juvenal Habyarimana, a Double Edged Sword for Rwandan President Paul Kagame

The long awaited report on the April 6, 1994 shooting down of the plane carrying the Rwandan and Burundian presidents Juvenal Habyarimana and Cyprien Ntaryamira and their staff was published earlier this week. The report by experts appointed by the French Judges French Judges Marc Trevin and Nathalie Poux (see our article here) has pointed to the fact that the missiles that shot down the plane may have been fired from three positions around the Kanommbe International Airport, located in the zone that was controlled by the Rwandan government forces, known as FAR. The most accepted version to date was that the missiles were fired from a close area of Masaka, which is adjacent to Kanombe. The widely publicized report has raised more questions than answers, with three camps emerging:

  • Those who adamantly believe that the current Rwandan military junta, then the Rwandan Patriotic Army has shot down the plane. This group, mostly composed of Rwandan exiles, and Rwandan opposition groups appear not to care about the report and its conclusions. Their argument appears to be that the issue is not where the missiles were shot from, but who fired the missiles.
  • Those who adamantly affirm that the missiles were fired by the then Rwandan government forces, FAR in a coup attempt. This group is mostly composed by the Rwandan Patriotic Front members and supporters.
  • Those who believe that the expert report is just a tip of the iceberg of what really happened and was used as a teaser by the French judges, for more surprises to come.

The last version, which appears to be the most reasonable, was confirmed by AfroAmerica Sources close to the French prosecution.

Immediately after the publication of the report, Rwandan President General Paul Kagame, the main suspect in the assassination, his government, and his supporters were quick to claim vindication. Media close to the Rwandan regime and regime pundits lent a loud voice, praising the French Judges for uncovering the truth and being unbiased and thoroughly objective and methodical.
However, AfroAmerica Network sources said that the quick reaction by Rwanda President Paul Kagame and his allies may turn out to be a serious blunder once the trials start. In fact, the sources add that whoever read too much in the report may have been mistaken and the media campaign unleashed by the Rwandan Government to praise the report and the French judges may soon haunt them.

The analysis is based on several facts including:

  • The expert report is just that: an expert opinion. The judges will include the opinion in other testimonies and weigh them against evidences. The conclusion may depend more on other testimonies, especially from direct witnesses and concrete evidences. Although the judges may decide to reject the report, the most likely scenario is that the report will be used to confirm one or the other theory.
  • The judges may use the report to confirm their independence and fairness, in preparation for convicting him and his associates. Once the French judges have shown their objectivity, fairness and independence, they can start the trials and the Rwandan government will not have a legitimate justification to reject the results of the trials and the final judgment. By getting the Rwandan President General Paul Kagame, the Ugandan Government and the international media to swear on the experts’s objectivity and French judges’ fairness, that goal may have been reached beyond expectation.

According to AfroAmerica Network sources, the French judges have overwhelming evidences and testimonies that a Rwandan Patriotic Army commando shot down the plane, using the missiles bought from the Soviet Union by Ugandan army and officially stolen, but likely given in covert action, from the Ugandan army arsenal by the Rwandan Patriotic Army:

  • The Sources confirm that the French Judges have the testimonies from Ugandan top military officers and government officials who confirmed the purchase from the Soviet Union and the theft by the RPA.
  • French judges have also testimonies from the Soviet Union confirming the sale of the missiles to Ugandan Army.
  • Finally, the French judges have overwhelming testimonies, some hearsay but mostly from direct witnesses who confirmed that an infiltrated RPF commando working with operatives shot down the plane. Whether the shots came from Masaka or Kanombe remains a matter of discussion. What is sure is that the leftovers were uncovered on a farm in Masaka, which is adjacent to Kanombe and that the plane almost fell vertically from the sky.

Hence, if and when the trials start and judgment is made, will it be clear whether General Paul Kagame and his Rwandan Patriotic Army (RPA) have made a strategic legal mistake of embracing the objectivity of the experts’ s report and the French judges too soon.

©2004-2012 AfroAmerica Network.

Umugani wa Yohani Kanyamigezi: Impamvu nyayo abanyarwanda batabajije ibibazo bikomeye mu nama y’umushyikirano (JB Nkuriyingoma)

Umugani wa Yohani Kanyamigezi: Impamvu nyayo abanyarwanda batabajije ibibazo bikomeye mu nama y’umushyikirano (JB Nkuriyingoma) Nkuliyingoma-JB

 

Mu ijambo Pawulo Kagame yaraye avuze mu muhango wo gusoza ya nama y’umushyikirano, yabaye nk’utangara, ati : ariko ko mu bibazo byose numvise nta na kimwe kiremereye, aho ntihaba hari abantu baniganwe ijambo ? Arongera ati : nagerageje kumenya niba hatari bamwe mu bo dufatanije bagiye bashungura ibibazo bagahitamo ibyoroshye gusa. Icyo kibazo ngo yakibajije Ministiri w’intebe, Petero Damiyani Habumuremyi, uyu aramusubiza ati : nta kibazo gikomeye cyasubijwe inyuma, abantu bose biniguye karahava !

Iri jambo rya Kagame ryanyibukije umwe mu migani yaciwe n’umufaransa witwaga Jean de la Fontaine wabayeho mu kinyejana cya 17, ndamwita Yohani Kanyamigezi mu rurimi rwa Rujindili. Inyamaswa ngo zagiye guhiga kugira ngo zibone ibyo zirya, zirangije zishaka uburyo zigabana umuhigo wazo. Intare ibwira impyisi Bihehe ngo nikate imirwi ihe buri wese icyo akwiye. Impyisi irabikora. Igihe igiye guha buri wese icyo yagenewe intare iyikubita ijanja Bihehe ihita isamba. Noneho ibwira ikirura iti : wa kirura we mbona upfa kugerageza gushishoza ngaho tugabanye uyu muhigo.

Ikirura gikoresha ubwenge bwose cyari gifite umuhigo kiwucamo imirwi ahasigaye kiti : ngaho buri wese nafate ibyo yagenewe. Ako kamwanya intare iba yatikuye urwara mu jisho rya cya kirura rinobokamo. Inyamaswa zose zari zisigaye zirarebana zakangaranye, intare ihamagara noneho Bakame, iti : numva ko uri umuhanga ngaho turwaneho ugabanye uyu muhigo mu buryo bukwiye. Bakame irabanza irashishoza igeze aho ifata wa muhigo wose igabanyamo ibice bitatu. Iti : iki gice cya mbere ni icyawe nyagasani kuko uri umwami w’ishyamba. Irakomeza iti : iki gice cya kabiri ni icyawe nacyo kuko ni wowe dukesha uyu muhigo. Naho rero iki gice cya gatatu nacyo gitware Nyagasani kandi umwanzi ukwanga ntakabeho. Intare noneho iranyurwa amahoro arataha mu ishyamba. Cyokora ngo mbere yo gucyura uwo muhigo intare yabajije Bakame iti : buriya bwenge bwose wabwigiyehe ? Bakame iti : wa mubyeyi we nta handi nigiye ubwenge, ni iriya ntumbi ya Bihehe nabonye igaramye ndetse n’ijisho ry’ikirura ryanobotse mu gihanga nibyo byanyigishije ubwenge.

Perezida Kagame nawe aribaza impamvu abanyarwanda mu nama z’umushyikirano baza bakwikiye za karuvati, abagore basokoje neza, ariko yategereza ikibazo kiremereye kibavuyemo akakibura. Ntarondogoye cyane nagirango nsabe Kagame afate igitabo cyitwa « Inkundura » maze arambure ku ipaji ya 273. Azasanga hari umugabo witwa Andereya Nkeramugabo watumiwe mu Rugwiro habereye inama isa n’iriya y’umushyikirano akahavugira ijambo ryamuviriyemo gufungwa agapfira muri gereza. Birumvikana ko ubwo yishwe urubozo. Abajya mu nama y’umushyikirano ntibaba bavuye mu kirere, bazi uko byagendekeye abandi bagerageje kuvuga ibibazo biremereye. Bazi ibyabaye kuri Koloneli Agusitini Cyiza, bazi ibyakorewe Seti Sendashonga, bazi aho Vigitoriya Ingabire abarizwa, bazi aho abanyamakuru Anyesi Uwimana Nkusi na Sayidati Mukakibibi bari. Si ngombwa gutanga ingero nyinshi z’ibyo abantu bazi bituma nta we ugitinyuka kubaza ikibazo gikomeye mu ruhame.

Ubwo yari mu Bufaransa hari umugabo wamubwiye ati : « njyewe ibibazo byanjye nabyanditse kandi nabihaye abashinzwe kubikugezaho, naho ubundi turagushima rwose uri igitangaza… » Kagame yari yatangije uwo mushyikirano wo mu Bufaransa avuga ko adashaka ibibazo ahubwo ashaka ibisubizo kuko ngo nta ntore iganya. Abanyarwanda rero bazi kumva vuba, ahubwo ubica sinzi icyo abahora. Nagirango mbonereho mbwire Perezida Kagame ko buriya ibibazo bikomeye bitavugiwe mu nama bivugwa nyuma y’inama. Ibyinshi ni uko nguko bitugeraho. Abashaka kuvuga ibibazo nyabyo babanza kureba hirya no hino ko nta ntore zibumva cyangwa bakabyandika kuri murandasi bitwikiriye amazina atari ayabo. Icyo ni igipimo gikomeye cyerekana ko ubutegetsi bw’u Rwanda ari igitugu gikomeye, igitugu cy’umutamenwa. Ararekwa ntashira.

Buruseli, tariki ya 17 ukuboza 2011

Yohani Batista Nkuliyingoma

L’assassinat du président Habyarimana : entre certitudes, interrogations et « enfumage ». Bernard Lugan.

L’assassinat du président Habyarimana : entre certitudes, interrogations et « enfumage ». Bernard Lugan. Bernard-Lugan-281p-276x300Bernard Lugan

 

Ce ne sont pas leurs conclusions que les juges Trévidic et Poux communiquèrent aux parties (défense, parquet et parties civiles) le mardi 10 janvier 2012, mais simplement le rapport des experts techniques (balistique, acoustique etc.,) mandatés  pour les éclairer sur la question de savoir d’où furent tirés les missiles qui, le 6 avril 1994, abattirent en vol l’avion du président Habyarimana.

 

Ce document qui sera soumis à contre-expertise ne constitue qu’un élément du volumineux dossier concernant l’assassinat du chef de l’Etat rwandais. Simple étape dans la procédure, il ne permet aucune extrapolation car il ne dit pas qui a, ou qui n’a pas, abattu l’avion présidentiel. Enfin, dans l’état actuel de la procédure et du dossier, cette pièce ne rend en rien obsolète l’ordonnance rendue par le juge Bruguière en 2006.

 

Revenons-en donc aux seuls faits.

 

Le 6 avril 1994 vers 20h 30, alors qu’il allait atterrir à Kigali, l’avion du président hutu Juvénal Habyarimana fut abattu par deux missiles portables SAM 16 dont les numéros de série étaient respectivement 04-87-04814 et 04-87-04835 ; or, comme cela a été établi devant le TPIR, l’armée rwandaise ne disposait pas de tels missiles.

La traçabilité de ces engins a été reconstituée : fabriqués en URSS, ils faisaient  partie d’un lot de 40 missiles SA 16 IGLA livrés à l’armée ougandaise quelques années auparavant. Pour mémoire, Paul Kagamé et ses principaux adjoints étaient officiers supérieurs dans l’armée ougandaise avant la guerre civile rwandaise.

 

Trouvèrent la mort dans cet acte de terrorisme commis en temps de paix, deux chefs d’Etat en exercice, les présidents Juvénal Habyarimana du Rwanda et Cyprien Ntaryamira du Burundi, ainsi que deux ministres burundais, MM. Bernard Ciza et Cyriaque Simbizi. Parmi les victimes se trouvaient également le Chef d’état-major des FAR (Forces armées rwandaises), le général Deogratias Nsabimana, le major Thaddée  Bagaragaza, responsable de la maison militaire du président rwandais, le colonel Elie Sagatwa, beau-frère du président Habyarimana et chef de  son cabinet militaire, ainsi que l’équipage français composé de MM. Jacky Héraud, Jean-Pierre Minoberry et Jean-Michel Perrine, tous trois civils.

 

Quelques heures après l’attentat, dans la nuit du 6 au 7 avril, et alors que l’armée rwandaise avait été décapitée, les forces militaires du FPR rompirent le cessez-le-feu en vigueur depuis 1993 et entamèrent la conquête du pays. Cette offensive avait été soigneusement planifiée puisque des moyens en hommes et en matériel avaient été pré-positionnés comme cela a également été amplement mis en évidence devant le TPIR.

 

Paralysée par l’embargo sur les armes et les munitions qu’elle subissait, l’armée rwandaise fut défaite. D’immenses tueries se déroulèrent dans le pays, le génocide des Tutsi étant selon le juge espagnol Merelles (2008), doublé d’un massacre de masse des Hutu par l’APR (Armée patriotique rwandaise), commandée par Paul Kagamé.

 

Depuis cet attentat, deux thèses s’opposent :

 

1) Celle de l’attentat commis par des « extrémistes hutu » qui auraient assassiné leur propre président ainsi que leurs propres partisans qui étaient à bord de l’avion afin de pouvoir déclencher un génocide qu’ils avaient programmé et préparé.

La principale faiblesse de cette thèse est que le Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR) a, dans tous ses jugements concernant les « principaux responsables du génocide », que ce soit en première instance ou en appel, clairement établi qu’il n’y avait pas eu entente pour commettre ce génocide et qu’il n’avait donc pas été programmé.

 

2) Celle d’un attentat commis par le FPR sur ordre du général Kagamé afin de décapiter l’Etat rwandais et disposer d’un prétexte pour prendre militairement le pouvoir. Ethno-mathématiquement parlant, les élections prévues sous supervision de l’ONU allaient en effet donner une victoire automatique aux Hutu (+-90% de la population) sur les Tutsi (+-10%) et cela en dépit de leurs divisions. Cette thèse est notamment celle du juge Bruguière.

 

Saisi par les familles de l’équipage français et par la veuve du président Habyarimana, le juge Bruguière qui ne s’est pas rendu au Rwanda et qui a mené son enquête d’une manière classique, a rendu une ordonnance (novembre 2006) dans laquelle il accuse le président Kagamé d’avoir ordonné l’attentat qui coûta la vie à son prédécesseur.

 

Le juge Bruguière se fondait notamment, mais pas exclusivement, sur les déclarations et témoignages de plusieurs transfuges tutsi qui lui donnèrent force détails sur l’opération, dont les noms des membres du commando ayant abattu l’avion. L’un d’entre eux, Abdul-Joshua Ruzibiza, répéta ses accusations, sous serment cette fois, devant le TPIR et les procès verbaux des audiences concernées sont très clairs à ce sujet. Il se rétracta ensuite au sujet de ce qu’il avait déclaré au juge français, tout en confirmant ce qu’il avait dit aux juges du TPIR. Or, ses propos avaient été identiques. Puis, quelques semaines avant sa mort, il revint sur sa rétractation française et confirma devant les juges la version primitivement donnée au juge Bruguière. 

 

L’ordonnance de soit-communiqué rendue au mois de novembre 2006 par ce dernier allait très loin puisque des mandats d’arrêt contre plusieurs membres du premier cercle de Paul Kagamé furent lancés et qu’il recommanda au TPIR (Tribunal pénal international pour le Rwanda) d’inculper le président rwandais.

 

Le 6 février 2008, via Interpol, le juge espagnol Merelles qui soutient la même thèse que le juge Bruguière, lança plusieurs dizaines de mandats d’arrêt contre de hautes personnalités de l’actuel régime rwandais.

 

Le document remis aux parties par les juges Trévidic et Poux le 10 janvier remet-il en question cet exposé du dossier ?

 

Non, car la seule nouveauté qu’il contient concerne le lieu du tir des deux missiles. Selon le rapport d’expertise, ce lieu se situerait « probablement » dans le camp militaire de Kanombe, soit à une distance d’à peine deux à trois kilomètres de la ferme de Masaka identifiée comme point de tir par le juge Bruguière. De plus, et il est important de le préciser, cette « probabilité » n’est pas apparue aux experts balistiques à la suite d’une démonstration, mais par élimination et en raison des arguments de l’expert acoustique, ce qui devra être étayé lors de la contre-expertise.

 

Les juges Trévidic et Poux vont maintenant devoir confronter ce rapport d’expertise aux autres éléments du dossier. Ils vont ainsi et notamment devoir résoudre la question des étuis des deux missiles trouvés à Masaka, la question étant de savoir s’ils y ont été abandonnés par les tireurs de l’APR, ce qui ramènerait l’accusation dans le camp de Paul Kagamé, ou si, après avoir abattu leur propre président, leur propre chef d’état-major et leurs propres amis, les « extrémistes » hutu les y auraient déposés afin de faire croire à la responsabilité de l’APR/FPR.

 

Ils vont également devoir comparer le rapport d’expertise et ses « probabilités » à ceux des témoignages contenus dans le dossier et qui donnent avec une grande précision et une impressionnante quantité de détails le lieu du tir, à savoir Masaka,ainsi que les noms des deux tireurs et des membres de leur escorte, la marque et la couleur des véhicules utilisés pour transporter les missiles depuis l’Ouganda jusqu’au casernement de l’APR situé au centre de Kigali et de là jusqu’au lieu de tir à travers les lignes de l’armée rwandaise, ainsi que le déroulé minuté de l’action.

 

Ce ne sera qu’à l’issue de leur enquête, au minimum dans plusieurs mois, que les juges rendront leur rapport. Jusque là, tout n’est que spéculation, désinformation, propagande, en un mot « enfumage ».

 

Bernard Lugan

 

Source: www.leprophete.fr

archivesallahalwatanalmalik |
pk2012legislatives |
rectificador |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | thevoiceofpresidentielles
| legislative2012
| cournonpartisocialiste