COMMUNIQUE CONJOINT DE PDP- IMANZI ET PS – IMBERAKURI AU SUJET DU RAPPORT BALISTIQUE DES EXPERTS MANDATES PAR LES JUGES MARC TREVIDIC ET NATHALIE POUX SUR L’ATTENTAT DE L’AVION DU PRESIDENT RWANDAIS HABYALIMANA JUVENAL.

COMMUNIQUE CONJOINT DE PDP- IMANZI ET PS - IMBERAKURI AU SUJET  DU RAPPORT  BALISTIQUE DES EXPERTS MANDATES PAR LES JUGES  MARC TREVIDIC ET NATHALIE POUX SUR L’ATTENTAT DE L’AVION DU  PRESIDENT RWANDAIS HABYALIMANA JUVENAL. pdp-imanzi-rwanda-memoire-ibuka1-150x150PS-IMBERAKURI-ITANGAZO-RIGENEWE-ABANYAMAKURU-N-24-P-S-IMB-011

COMMUNIQUE CONJOINT DE PDP- IMANZI ET PS – IMBERAKURI AU SUJET DU RAPPORT  BALISTIQUE DES EXPERTS MANDATES PAR LES JUGES MARC TREVIDIC ET NATHALIE POUX SUR L’ATTENTAT DE L’AVION DU PRESIDENT RWANDAIS HABYALIMANA JUVENAL.

En date du 10 Janvier 2012, les juges français Marc Trévidic et Nathalie Poux ont rendu public le rapport balistique des experts sur l’attentat de l’avion du président Rwandais Juvénal Habyalimana, attentat qui a couté la vie à tous les occupants de l’appareil au moment de l’attentat. Il s’agit des Présidents Juvénal Habyarimana du Rwanda, Cyprien Ntaryamira du Burundi, ainsi que Messieurs Déogratias Nsabimana, Elie Sagatwa, Thaddée Bagaragaza, Emmanuel Akingeneye, Bernard Cyiza, Cyriaque Simbizi, Jacky Hérault, Jean-Pierre Minaberry, et Jean-Michel.

Le rapport indique que les missiles ayant abattu l’avion auraient été tirés à partir de six (6) différents points mais ne précise ni le lieu fixe, ni le tireur ou commanditaire de l’attentat.

Le PDP-IMANZI et  le PS-IMBERAKURI trouve que les éléments fournis par le rapport constituent des éléments  parmi tant d’autres tels que les déclarations des témoins et autres dont les juges pourront se servir lors du procès. D’ailleurs, en présentant ce rapport, le juge a précisé qu’il attendait des observations des parties concernées dans un délai de trois (3) mois. Nous nous étonnons dès lors des déclarations victorieuses de certaines parties concernées, car, à notre sens, elles n’auraient d’autres visées que de tenter d’influencer la justice en essayant d’occulter l’existence des autres pistes.

Considérant les conséquences désastreuses qu’endurent les familles proches, le peuple rwandais, mais aussi toute la région des grands lacs d’Afrique, nous exhortons toute âme de bonne volonté, en l’occurrence les responsables des deux camps d’alors en conflit ayant l’une ou l’autre information pouvant faire la lumière sur cet attentant de la communiquer aux juges sans tarder.

Nous félicitons la justice française d’avoir, sur demande des plaignants, accepté de mener l’enquête et faire un procès sur cet attentat, au moment où la communauté internationale par le biais du TPIR a refusé de se pencher sur ce dossier pourtant entrant dans son mandant. Nous encourageons la justice française à poursuivre ses enquêtes et mener un procès juste car, en plus des plaignants, le peuple Rwandais attend toute la lumière et savoir la vérité sur cet attentat qui, à ses yeux, constitue le début de la tragédie rwandaise d’avril 1994. C’est un défi et une grande responsabilité devant le peuple rwandais tant meurtri et la communauté internationale.

Le PDP-IMANZI et le PS-IMBERAKURI demandent au peuple Rwandais et aux parties en cause dans ce dossier, de garder la sérénité nécessaire en attendant les conclusions du procès proprement dit au lieu de se lancer dans des spéculations qui ne visent rien d’autre que de berner l’opinion et semer la confusion dans l’esprit de ceux qui attendent la vérité.

Le PDP-IMANZI et le PS-IMBERAKURI saisissent cette occasion pour dénoncer, une fois de plus, l’amalgame faite entre un individu et son ethnie ou sa région. Propager, dans les médias, que l’attentant aurait été commis par un groupe ethnique quel qu’il soit, est une façon de mettre de l’huile sur le feu et semer la haine entre les Rwandais au moment où nous devons œuvrer pour la paix, la réconciliation nationale et l’unité du peuple rwandais.

Le PDP-IMANZI et le PS-IMBERAKURI tiennent à rappeler qu’un individu est pénalement responsable de ses actes car il agit par sa propre conscience et non celle de son groupe ethnique. Aucune personne, aussi haut placée soit-elle ne représente l’ethnie HUTU, TWA ou TUTSI, pas plus qu’il ne représente sa famille ou sa région de provenance.

Le Peuple Rwandais vient, une fois de plus, de se rendre compte que seuls les Rwandais pourront venir à bout de ces énigmes qui entourent le malheur qui a et continue à endeuiller toute la société Rwandaise. Ce rebondissement des faits nous rappelle que c’est à travers un dialogue inclusif, sincère et constructif entre rwandais de tous bord que nous pourrons connaitre la vérité et envisager le futur ensemble.

L’impératif d’un dialogue Inter-Rwandais hautement inclusif est incontournable.

Fait à Bruxelles le 12/01/2012

 

Pour le PDP – IMANZI,

Karangwa Semushi Gérard (Sé),

 

Vice-Président

Pour le PS – IMBERAKURI

Ryumugabe Jean-Baptiste (Sé)

Représentant au BENELUX et auprès de l’Union Européenne


		
 


Répondre

archivesallahalwatanalmalik |
pk2012legislatives |
rectificador |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | thevoiceofpresidentielles
| legislative2012
| cournonpartisocialiste