Archive pour 11 janvier, 2012

PS IMBERAKURI s’oppose à la déportation de Léon Mugesera vers le Rwanda

PS IMBERAKURI s'oppose à la déportation de Léon Mugesera vers le Rwanda Imberakuli

 

L’honorable Jason KENNEY, C.P., Député

Citoyenneté et Immigration Canada
Ottawa (Ontario)
K1A 1L1

Ministre@cic.gc.ca.

 

Honorable Ministre,

Le Parti Social IMBERAKURI, seul parti d’opposition actuellement enregistré au Rwanda vient d’apprendre par voix de presse l’expulsion et la déportation imminente de Mr Léon MUGESERA, citoyen rwandais résident au Québec, CANADA depuis 1992. D’après ces informations de la presse, en demandant son extradition, le Gouvernement Rwandais l’accuserait de « crimes de génocide » et le Gouvernement Fédéral Canadien aurait accéder à cette demande car il « jugerait que la vie de Mr Léon MUGESERA ne serait pas en danger s’il retournait dans son pays d’origine ».

Honorable Ministre,

Si le Parti Social IMBERAKURI vous adresse la présente, ce n’est pas pour s’immiscer dans les décisions de Votre Gouvernement, encore moins d’intervenir en faveur de qui que ce soit, en l’occurrence dans le dossier judiciaire de Mr Léon MUGESERA. Cependant, comme parti politique responsable et vivant au quotidien le calvaire et l’injustice de tout genre de la part du gouvernement rwandais, il est de notre devoir de vous éclairer sur la situation de sécurité au Rwanda avant que vous ne mettiez à exécution la décision de déporter Mr Léon MUGESERA vers le Rwanda.

En effet, on se souviendra qu’après sa victoire militaire, le Front patriotique Rwandais (FPR) a mis en place le 19 juillet 1994 un gouvernement sensé respecté les accords de paix signés à Arusha le 04 août 1993 pour mettre fin à la guerre qu’il avait lancé et qui ravageait le Rwanda depuis le 01 octobre 1990. Cependant, le général Paul KAGAME, alors vice-président et actuellement Président de la République et ses proches se sont substitués à toutes les instances étatiques : l’exécutif, le législatif et le judiciaire en mettant en place des systèmes parallèles d’intimidation, de répression et d’assassinat de la population dans l’impunité totale afin d’imposer son autorité. Ceux qui s’y sont opposés sont au mieux incarcérés ou exilés, au pire assassinés[1]. A titre d’exemples :

 

  1. le Premier Ministre Mr Faustin TWAGIRAMUNGU, plusieurs de ses Ministres, les Parlementaires démissionnèrent dès la 1ère année de gouvernement FPR ;
  1. en mars 2000, le Mr Pasteur BIZIMUNGU, Président de la République fut également contraint à démissionner. Ensemble avec son Ministre Mr Charles NTAKIRUTINKA, ils créèrent en 2001, un mouvement d’opposition, le Parti Démocratique pour le Renouveau (PDR), appelé «Ubuyanja» en Kinyarwanda. Très vite, le 19 avril 2002, ils furent emprisonnés accusés officiellement de « formation d’une milice, incitation à la violence, et détournement » alors que réellement c’était plutôt qu’il était le concurrent potentiel à Paul KAGAME pour les présidentielles de 2003 ;
  1. le Mouvement Démocratique Républicain (MDR), alors parti d’opposition à même de faire face au FPR fut dissout le 15 avril 2003 en l’accusant d’avoir en son sein un « courant d’idéologie de génocide ».
  2. En décembre 2008, Maître Bernard NTAGANDA, entama les procédures pour faire enregistrer le Parti Social IMBERAKURI qui finit par être agréé en juillet 2009 après plusieurs manœuvres d’intimidation. Alors qu’il avait été élu candidat du parti aux présidentielles de 2010 par le congrès du parti du 25 octobre 2009, mais, il fût arrêté le 24 juin 2010, le premier jour d’inscription des candidats devant la commission électorale nationale. Il est accusé d’atteinte à la paix nationale, de divisionnisme et de tentative d’organiser la manifestation non autorisée. Il est emprisonné pour quatre ans alors que le seul crime qu’il a commis est d’avoir accepté cette candidature aux élections présidentielles que son parti lui a confiée.
  3. Dès 2009, le parti des verts « The Democratic Green Party of Rwanda » et les Forces Démocratiques Unifiées (FDU) Inkingi tentèrent de se faire enregistrer, mais, en vain. En revanche, Mr André KAGWA RWISEREKA, premier vice-président des verts fut assassiné décapité dans la nuit du 13-14 juillet 2010. De sont côté, Mme Victoire INGABIRE, présidente des FDU Inkingi rentrée au Rwanda le 16 janvier 2010 après 16 ans de résidence interrompue au Pays Bas fut incarcérée le 21 avril 2010 et libérée sous caution. Son avocat, le professeur américain Peter ERLINDER fut également arrêté et incarcéré le 23 mai 2010. Mme Victoire INGABIRE fut arrêtée et emprisonnée une 2ème fois le 14 octobre 2010 et est actuellement en cours de procès.
  1. Le 15/09/2011, alors qu’il rentrait chez lui après avoir assisté au  procès de Mme Victoire INGABIRE, Mr Eric  NSHIMYUMUREMYI président du Parti Social IMBERAKURI dans le district de KICUKIRO fut victime d’une tentative d’assassinat par balle de la part de la police nationale. Il est actuellement accusé de possession illégale d’une arme à feu alors que c’était juste pour intimider les opposants et tenter de détruire le parti. Il est détenu à la prison centrale de Kigali où il n’a pas été autorisé à se faire soigner, la balle tirée sur lui reste toujours logée dans sa poitrine. Il n’a même pas encore été autorisé à rencontrer son avocat.
  1. Depuis bientôt 18 ans au pouvoir à Kigali, tous les crimes du FPR tant au Rwanda que dans toute la sous région restent impunis. Même le Tribunal National Pour le Rwanda (TPIR) mis en place par les Nations Unies pour « juger les personnes responsables d’actes de génocide et d’autres violations graves du droit international humanitaire commis sur le territoire du Rwanda, ou par des citoyens rwandais sur le territoire d’États voisins, entre le 1er janvier et le 31 décembre 1994 » va bientôt terminer ses travaux sans ouvrir aucun dossier du côté FPR, vainqueur de la guerre.
  1. En revanche, le FPR mettra en place de tribunaux de tout ordre en l’occurrence les tribunaux « Gacaca » pour condamner les hutus. La majorité des paysans sont condamnés à des travaux forcés dits « d’intérêt général » alors que les intellectuels sont eux condamnés à perpétuité avec isolement où ils sont soumis à des tortures de toutes sortes à l’abri de tout témoin. C’est pire que la peine capitale.

 

Honorable Ministre,

Vous comprendrez que ce n’est pas à travers cette lettre qu’on peut vous décrire comment est la justice rwandaise, mais, j’espère que vous comprenez notre inquiétude sur la déportation de Mr Léon MUGESERA vers le Rwanda, lui qui est présenté comme « l’idéologue du génocide » car, si celle-ci venait à être mise en exécution, c’est comme « déposer la chair dans la bouche d’un loup affamé ». Vos services vous aurez surement mis au courant de la « rage » que le président KAGAME a pulvérisé à ses invités de la rencontre annuelle dit « Umushyikirano » lors de son mot d’ouverture. C’était pour dénoncer que la Communauté Internationale a failli à son devoir quand le TPIR a condamné le Colonel Théoneste BAGOSORA à 35 ans de prison. Il a toujours été présenté comme le « cerveau du génocide »

Enfin, Honorable Ministre,

Nous croyons formellement aussi bien que vous qu’il faut lutter contre l’impunité. Dans le cas de Mr Léon MUGESERA, tant les victimes du génocide, l’accusé, les rwandais et la communauté internationale, tout le monde voudrait que ce cas soit juger d’une façon exemplaire. Le gouvernement du Canada a depuis des années mis en place une loi pour juger les crimes contre l’humanité dont ceux qui sont reprochés à Mr Léon MUGESERA. Un citoyen d’origine rwandaise, Mr Désiré MUNYANZEA a d’ailleurs été jugé dans le passé par vos tribunaux. Pour quoi vous ne pas ferrez pas de même pour le cas de Mr Léon MUGESERA?

En espérant vous avoir donné des éléments nouveaux sur le fonctionnement du système judiciaire rwandais, je vous prie de recevoir, Honorable Ministre, l’expression de ma haute considération.

 

Fait à Bruxelles, le 07 Janvier 2012.

 

Jean-Baptiste RYUMUGABE

Représentant du Parti Social IMBERAKURI

Au  Benelux et auprès de l’Union Européenne

 

C.P.I :

 

Le très Honorable Stephen HARPER

Premier Ministre

80, rue Wellington

Ottawa (Ontario) K1A 0A2

Télécopieur : 613-941-6900

Courriel : pm@pm.gc.ca

 

Maître Johanne DOYON
6337, St-Denis
Montréal (Québec) H2S 2R8

Courriel : medoyon@dmavocats.com

———————————————————————————————————————————————————————————

SOCIAL PARTY IMBERAKURI (PS IMBERAKURI).
NYAMIRAMBO-NYARUGENGE
          KIGALI – RWANDA.
Tel: +250788814906
E-mail : imberakuri5@yahoo.fr
http://www.imberakuri.org

il n’appartient pas aux étrangers de « réécrire » à leur goût l’histoire de notre pays: Faustin Twagiramungu

il n’appartient pas aux étrangers de « réécrire » à leur goût l’histoire de notre pays: Faustin Twagiramungu Faustin-Twagiramungu-300x218

Faustin Twagiramungu, Président du RDI-Rwanda Rwiza.

APPEL A L’UNITÉ DES RWANDAIS POUR LA RECHERCHE DE LA VÉRITE SUR LEUR HISTOIRE

Rwandaises, Rwandais, unissons-nous contre les manipulations de notre histoire

1. Il est temps pour que les Rwandais oublient tout ce qui les divise pour se rassembler autour d’un objectif impératif: l’unité et la vérité, pour défendre le peuple rwandais malmené et l’histoire de leur pays manipulée et torpillée depuis l’époque coloniale jusqu’aujourd’hui.

 

2.Si la conclusion du Rapport d’expertise commandé par le Juge français Trevidic sur l’assassinat du président rwandais, correspondait exactement aux informations publiées par les médias, selon lesquelles le missile fatal (de fabrication russe) utilisé pour abattre l’avion présidentiel le Falcon 50, dans la nuit du 6 avril 1994,  aurait été tiré du camp militaire de Kanombe (et non de Kanombe tout court), et qu’en conséquence les extrémistes hutu seraient responsables, cela ne relèverait alors que de la manipulation de la communication et non de la science physique en général et de la balistique en particulier.

 

3. Aucun argument de cause à effet, ne peut exister en physique et de surcroit en balistique entre le lieu du tir dudit missile et l’identification automatique des extrémistes hutu, si telle était la conclusion du rapport d’expertise scientifique sur l’assassinat du Président Habyarimana. Il faut aller plus loin dans la recherche de la vérité.

 

4. Fort heureusement, le procès suit son court et nous continuons d’espérer que  la justice finira par rétablir la vérité.

 

5.Il appartient désormais  au juge antiterroriste Trevidic de faire la lumière non seulement sur le lieu du tir, mais aussi sur l’identification exacte des responsables de ce crime qui a déclenché le crime majeur qu’est le génocide rwandais.

 

6. Connaissant la situation de notre pays à l’époque des faits, les responsables de  la Mission des Nations Unies au Rwanda, MINUAR, qui était responsable de la surveillance de toutes les opérations militaires dans la ville de Kigali, en ce compris le quartier général des militaires du FPR au CND, devraient fournir plus de renseignements sur les auteurs de l’attentat. De plus, dans la recherche de la vérité, il importe aussi d’interroger certains proches du président Kagame, notamment son ancien bras droit, le Major Dr Théogene Rudasingwa dont la déclaration du de 1er octobre 2010 nous parait cruciale dans cette affaire, ainsi que d’autres témoins rwandais qui en savent plus que les experts de la balistique et  l’aérodynamique.

 

7. Le tir de deux missiles à partir du camp de Kanombe ou de Masaka n’est pas la fin de l’histoire de notre pays,  la date du 6 avril 1994, est plutôt le début de la saga dont Paul Kagame est le principal acteur en tant que  responsable du déclenchement du génocide dans son propre pays.

 

8. Je réitère mes sincères condoléances aux familles rwandaises et burundaises des victimes directes de cet acte terroriste qui sont régulièrement blessées et malmenées par  des atermoiements de la justice internationale qui n’est pas encore prompte à rendre un verdict clair.

 

9. En conclusion, rappelons-nous toujours qu’il n’appartient pas aux étrangers de « réécrire » à leur goût l’histoire de notre pays. L’histoire du Rwanda appartient aux seuls Rwandais qui, aujourd’hui plus que jamais doivent, des Bahutu comme des Batutsi et des Batwa, se lever comme un seul homme pour combattre les manipulations et la politique de désinformation du dictateur rwandais ainsi que ses supporteurs de tous bords qui ne sont intéressés que par l’exploitation de la région des Grands lacs en se servant de leurs agents se trouvant au Rwanda.

 

C’est seulement en acceptant d’assumer la vérité de notre histoire que nous parviendrons à nous unir  pour déraciner, tous  ensemble,  le mal rwandais et envisager un avenir plus pacifique et davantage prospère.

 

Faustin Twagiramungu.

Président du RDI-Rwanda Rwiza.

 

ITANGAZO RIGENEWE ABANYAMAKURU RY’ISHYAKA M.L.R (Mouvement de Libération du Rwanda)

 

ITANGAZO RIGENEWE ABANYAMAKURU RY'ISHYAKA M.L.R (Mouvement de Libération du Rwanda) 22171_104222316271574_100000514174690_105822_3413083_n1-300x124

 

M.L.R. nk’ishyaka ritavuga rumwe na leta iyobowe na FPR inkotanyi, kimwe n’andi mashyaka atavuga rumwe n’iyi leta ya Kigali, ry’ishimiye intambwe ya mbere yakozwe n’ubucamanza bw’u Bufransa, mu gushaka kumenya neza abahanuye iriya ndege ya nyakwigendera Habyalimana Juvenal ndetse na mugenzi we Ntaryamira Cyprien wari umuyobozi wigihugu cy’uburundi.

Havugwako hari ahantu hatandatu hashobora kuba haravuye kiriya gisasu cyahanuye iriya ndege, ari nayo yabaye intandaro y’ubwicanyi bwibasiye inzira karengane nyinshi z’abanyarwanda.

Dutangazwa n’ukuntu leta ya Kigali, yishimiye ibyasohotse kuri iyi rapport, bahereye ku hantu hamwe gusa (camp Kanombe, yari mu maboko yingabo z’u Rwanda (FAR) kandi havugwa hatandatu. Aha byatera abantu kwibaza niba nta gihishe inyuma y’iyi campagne médiatique.
Duhereye ku buhamya bwatanzwe n’abantu batandukanye bushinja FPR na Paul Kagame kuba inyuma yiraswa ry’iriya ndege, turizera tudashidikanya ko ukuri kuri munzira kwigaragaza, kandi ko ubucamanza buzakora akazi kabwo.

Gusa turahamagarira abanyarwanda bose, aho bava bakagera,abahutu, abatutsi ndetse n’abatwa, kwamagana umuntu uwariwe wese, washaka kutwumvisha ibinyoma bye ko ariko kuri. Ukuri nyako, gusabana imbabazi,  n’ukwiyunga,  nibyo bizatuma abanyarwanda tugira amahoro arambye, ari nayo nkingi y’amajyambere.

Turamagana kandi ko amarorerwa yakorewe abanyarwanda akomeza gukoreshwa mu nyungu za politique. Abanyarwanda twarababaye, twapfushije abacu twakundaga ; ababyeyi, abavandimwe n’inshuti, icyo twifuza ni ukumenya arinde watumye abanyarwanda bagera hariya, n’icyatumye bahagera.

Duharanire ukuri kuko niko kuzatuma tugera  ku bwiyunge nyabwo.

Ubuyobozi bw’ishyaka
M.L.R.
Mouvement de Libération du Rwanda
mlrrwanda@yahoo.fr

Mugihe hagitegerejwe umwanzuro w’iperereza ry’abacamanza ntawe ushobora gukurwaho cyangwa gushyirwaho icyaha

Kuri uyu wa kabiri tariki 11 Mutarama 2012, impuguke ziyobowe n’abacamanza Trevidic na Poux  batanze imyanzuro ku bijyanye n’iperereza k’uwakoze igikorwa cy’iterabwoba cyo ku ya 6 Mata 1994 cyahitanye Perezida Yuvenali Habyalimana w’u Rwanda na mugenzi we w’uburundi ndetse n’abandi bari kumwe mu ndege.

 

Mugihe hagitegerejwe umwanzuro w’iperereza ry’abacamanza ntawe ushobora gukurwaho cyangwa gushyirwaho icyaha indege1

 

N’imbere y’abantu bagera kuri 30 bari biganjemo abaregera indishyi, abavoka b’abakekwa (bamwe mu basirikare ba FPR bari hafi ya Paul Kagame), Abashinjacyaha, impuguke zatangiye imyanzuro mu nzu y’urukiko rukuru i Paris imbere y’abantu bari bategerezayije amatsiko menshi.

Mu gihe cy’amasaha agera kuri 4, kuva saa munani  (14h00) kugeza saa kumi n’ebyiri (18h00), ni umucamanza Trevidic ubwe watangije icyo kiganiro ari kumwe na mugenzi we  Nathalie Poux, Umucamanza wa kabiri muri iri perereza.

Ariko muri rusange imyanzuro yasobanuwe n’impuguke zakoze iryo perereza. Umwe kuri umwe, impuguke mu bya géomètrie, impuguke mu by’ibisasu, impuguke mu by’intwaro, impuguke mu by’indege ndetse  n’impuguke kubijyanye n’urusaku (acoustique) waje kuza nyuma, batanze imyanzuro muri buri kiciro bafitemo ubumenyi bakozemo iperereza.

Dukurikije amakuru yatugezeho izo mpuguke, zishyize hamwe ibyavuye mu iperereza zakoze zashoboye gukuramo imyanzuro 4 y’ingenzi:

  1. Indege yarashwe n’igisasu cyo mu bwoko bwa missile SA-16(SAM 16) ishobora kurashishwa n’umuntu ku rutugu yakorewe mu bihugu byahoze bigize Leta zunze ubumwe bw’abasoviyeti.(Union Soviétique/Soviet Union)
  2. Indege yarashwe ibisasu byo mu bwoko bwa missile 2, imwe muri izo missile yahushije indege indi ishobora guhamya iyo ndege.
  3. Ibisasu ntabwo byahamije moteri z’indege kuko zo ntacyo zabaye
  4. Ibaba ry’indege ry’ibumoso niryo igisasu cyahamuje, isuzuma ryakorewe ibisigazwa by’iyo ndege ryerekana ko igisasu cyahamije ahabikwa amavuta atwara indege (réservoir) mw’ibaba ry’ibumoso.

 

Hagendewe kuri ibyo bintu bitandukanye izo mpuguke zashoboye kubona, akazi k’izo mpuguke, kari ako gushakisha aho ibyo bisasu byaba byararasiwe, ikintu cy’ibanze muri iryo perereza ku gikorwa cyatumye u Rwanda rugwa mu icuraburindi.

Nta n’umwe muri izo mpuguke washoboraga kwemeza wenyine aho ibyo bisasu byaba byararasiwe, ibyagezweho byagezweho hakurikijwe guhuza ibyagezweho n’izo mpuguke mu iperereza zakoze, ndetse no kwiga ku buhamya bwose hamwe 12.

 

Hari ahantu 6 hashoboka kuba hararasiwe ibyo bisasu, iperereza ryagaragaje, bagiye bakuramo hamwe na hamwe kugeza bageze ku hakekwa kurusha ahandi.

 

Ahantu hari heza ku murashi ufite uburambe (tireur expérimenté), ukurikije icyo izo mpuguke zivuga, i Masaka (haba ku nzu y’ubworozi cyangwa mu kibaya), ariko izo mpuguke zahakuyemo kubera impamvu nyamukuru 2:

1.Impamvu ya mbere ni ubuhamya bw’abantu 3 b’ibanze: umusirikare w’umufaransa n’abaganga 2 b’ababirigi bari uwo munsi mu kigo cya Kanombe, bemeza ko bumvise urusaku rw’ibisasu (soufflement des missiles). Impuguke mu by’urusaku (acoustique) yasanze bidashoboka kumva urusaku rwa missiles zirasiwe i Masaka hari nko mu birometero 3 uvuye mu Kigo i Kanombe. Iyo mpuguke yemeza ko ukurikije intera iri hagati ya Kanombe mu kigo na Masaka, indege yari kuba yarangije kugwa ku butaka mbere y’uko abo bari mu kigo i Kanombe bumva urusaku rwa za missiles. (aha nanjye nakwibaza ukuntu hashyizwe imbere ubuhamya bw’abazungu 3  kurusha abantu bandi ibihumbi babaga muri icyo kigo cyangwa hafi yacyo)

2. Impamvu ya kabiri ni aho igisasu cyahamije indege. Ku ibaba ry’ibumoso ry’indege. Ukurikije ibivugwa n’izo mpuguke, ibisasu bya missiles bikurikira ubushyuhe bwa moteri y’indege bigamije guhamya. Ariko, mu gihe iyi ndege yaraswaga, yari yarangije kurenga umusozi wa Masaka, ibyo bishatse kuvuga ko niba igisasu cyaraturutse inyuma y’indege (ni ukuvuga i Masaka), icyo gisasu cyari guhamya indege muri moteri ntabwo cyari kuyihamye ku ibaba ry’ibumoso.

 

Ariko, impuguke mu by’indege yavuze ko idashobora kwemeza bidakuka iyo mpamvu ya nyuma, kuko nk’uko izo mpuguke zibivuga igisasu cya mbere cyari cyahushije indege, rero ntabwo bahakana ko indege yari yahinduye icyerekezo.

Ikindi abahanga bari babanje kwibaza ariko bagahita bakihorera, ni ahantu hororerwaga ingurube hari mu isambu ya Nyakwigendera Perezida Habyalimana. Aho hantu izo mpuguke zahakuyemo kuko iyaba igisasu ariho cyaturutse, cyari guhamya indege ku ruhande rw’iburyo aho kuyihamya ku ruhande rw’ibumoso.

Abo bahanga bamaze kubona izo ngingo babona ko ari izi ingenzi, basanze ko ibisasu bishobora kuba byararasiwe ahantu 2 hari mu kigo cya Kanombe.

Ikindi izo mpuguke zagaragaje n’uko ibisasu byo mu bwoko bwa SAM 16 byakoreshejwe mu kurasa iriya ndege byakoreshejwe n’abahanga (spécialistes), kuko gukoresha missiles zo muri buriya bwoko bisaba byibura kubyiga amasaha ari hagati ya 50 na 60 kandi umuntu ahozaho. Ikindi bemeje n’uko abarashe izo missiles bari babiri.

Nyuma yo gutanga ibisobanuro, umucamanza Marc Trevidic we na mugenzi we Nathalie Poux basomye imyanzuro y’impuguke, bamenyesha impande zose zirebwa n’iri perereza ko zifite amezi 3 yo kuba bagira icyo bavuga kuri iri perereza ryakozwe, cyangwa bakaba basaba iperereza ririvuguruza.

Nyuma yo kumva impande zirebwa n’iryo perereza icyo ribivugaho, abacamanza Marc  Trevidic na Nathalie Poux baziga ku byavuye muri iri perereza ry’izi mpuguke banarebe ibindi bimenyetso cyane cyane abatangabuhamya bahari ku bwinshi.

Mu gihe hagitegerejwe iperereza nyirizina ry’abo bacamanza, nta wakuweho icyaha cyangwa ngo hagire ushinjwa kuko n’ubundi ntabwo ariko kari akazi k’izo mpuguke.

Bizaturuka ku bacamanza Trevidic et Poux, nyuma y’iperereza rirambuye kuba hafantwa umwanzuro w’uko yaba ari FPR yahanuye iriya ndege cyangwa niba atari byo hakaba haregwa abandi ibimenyetso byaba bigaragaza.

 

 

Abanyapolitiki nibirinde kurwana intambara y’abantu barwane intambara y’ibitekerezo: Munyampeta wa PDP-Imanzi ku kibazo cy’indege ya Habyalimana

Abanyapolitiki nibirinde kurwana intambara y'abantu barwane intambara y'ibitekerezo: Munyampeta wa PDP-Imanzi ku kibazo cy'indege ya Habyalimana 311358_146194092152365_100002853261715_168669_1652286963_a

 

MUNYAMPETA Jean Damascène

Umunyamabanga Nshingwabikorwa w’Ishyaka

PDP-IMANZI rya Déogratias Mushayidi

Aragira ati:

« Mushake Ukuri, Ukuri kuzabaha kwigenga :  Ndabona benshi batanga ibitekerezo kuri rapport ya ba experts yasohotse ejo. Gusa ndabona benshi turimo kuvanga ibintu kuko ntitwubahiriza uko ubucamanza bukora. Muri make rero, ibyasohotse ejo ni ibyo bita rapports d’experts. Ni igice gikomeye cyo abacamanza bazaheraho. Nyuma hazabaho kumva abagabo(les témoins). Nyuma wenda basabe izindi expertises (psychologiques, psychiatriques, balistiques,étc.). Impamvu babikora ni uko abacamanza badafite ubuhanga muri izo domaines zose. Nyuma yaho, abacamanza baricara bagashaka icyo bita ukuru k’ubucamanza (la vérité judiciaire). Ntibivuga ko ari ukuri ntakuka ahubwo ni ukuri kw’abacamanza bahereye ku bimenyetso bafite. Ibyabaye ejo rero ni igice kimwe muri biriya navuze haruguru. Ntabwo rero twahereho tuvuga ngo indege yahanuwe n’uyu cyangwa uriya kuko biracyakomeza. Ikindi ni uko tutagomba kwitiranya Kagame n’abatutsi cyangwa Habyarimana n’abahutu. Sinzi niba abatutsi bose bumva Kagame ari umukuru wabo cyangwa niba abahutu bose barumvaga Habyarimana ari umukuru wabo. Ibyo byaba ari ugukabya kuko abatutsi bapfa ubu bishwe n’ubutegetsi ndumva batishimiye ubutegetsi bwa afande Kagame. Abahutu nabo babaye rucibwa na n’ingoma ya Habyarimana ntabwo bigeze bamukunda. Jye iwacu ni IKibungo Habyarimana ntiyigeze aba mu mitima yacu kuko ibyo mucuti we yadukoreye atwima amashuri birahagije. Ndabasaba rero ko tutavanga ibintu nk’uko tubyumva ku maradiyo na télévision ntazi aho bavana amakuru. Ibinyamakuru bimwe biremeza ko ari abahutu bishe Habyarimana. Ese abahutu bose babaga I Kanombe? RNC na FDU bemeza ko ari Kagame na FPR. Ese FPR yose yarashe indege? Ese FPR=TUTSI? Nyamuna ntimukabogame cyangwa ngo mugwe mu mutego w’abashaka guteranya abanyarwanda. Uwahanuye indege yaba umuhutu yaba umututsi ntabwo yari yatumwe n’ubwoko bwe. Uwo ariwe wese azabihanirwe niba abonetse ariko ntabwo ari ubwoko bwe bugomba kubibazwa butaramutumye. Ikindi nashakaga kubwira abanyapolitiki bene wacu ni ukwirinda kurwana intambara y’abantu aho kurwana intambara y’ibitekerezo. Kagame siwe turwanya ahubwo turwanya ubutegetsi bwe bubi. Ntabwo tumwanga twanga ibyo system ye ikora. Ahinduye imikorere yaba umusaza twubaha akajya agira inama abazamusimbura. Ntabwo ari FPR turwanya turwanya imikorere yayo. Nayo nihindura iyo mikorere igaha amahoro abanyarwanda bazayitora kandi tuzabiyubahira. NTA KINDi DUSHAKA NI AMAHORO. IMANA Ibahe ukuri n’urukundo. »

 

MUNYAMPETA Jean Damascène

Umunyamabanga Nshingwabikorwa w’Ishyaka PDP-IMANZI

En attendant les conclusions de l’enquête des juges, aucune personne n’est disculpée, aucune personne n’est inculpée!

Ce mardi 11 janvier 2012, les experts mandatés par les juges Trevidic et Poux  ont livré leurs conclusions dans le cadre de l’enquête sur l’auteur de l’attentat terroriste du 6 avril 1994 ayant emporté la vie notamment du Président Juvénal Habyarimana et son homologue burundais le Président Cyprien Ntaryamira.

 

Cartographie du lieu ou les missiles auraient été tirés selon les experts, source: Nouvelobs 

C’est devant un parterre d’une trentaine de personnes notamment les parties civiles, les avocatsCartographie du lieu ou les missiles auraient été tirés selon les experts, source: Nouvelobs

des suspects (des membres du FPR proches de Paul Kagame), les  procureurs,que les experts ont livré leurs conclusions dans la salle des criées du Tribunal de grande instance de Paris devant un public attentif.

Pendant près de 4heures, de 14 à 18h, c’est le juge Trevidic lui-même qui a introduit le rapport d’un peu plus de 300 pages en compagnie de Nathalie Poux, la deuxième juge dans l’affaire.

Mais l’essentiel du contenu a été  présenté par les experts présents pourl’occasion. Tour à tour, un expert géomètre, un export en explosifs, un expert en armements, une experte en aéronautique et un expert en acoustique qui a rejoint l’équipe en cours de route ont livré leurs conclusions en fonction de leurs domaines respectifs  à l’assistance.

Selon les premières informations reccuiellies par Jambonews, les experts, en regroupant l’ensemble de leurs conclusions ont dégagé quatre certitudes.

La première certitude est que par élimination, l’avion a été abattu par un missile portable SA-16(SAM 16) de fabrication soviétique.

La deuxième certitude est qu’il y’a eu deux tirs, dont un missile qui a raté l’avion et un autre missile qui a touché l’avion.

La troisième certitude des experts est que les réacteurs n’ont pas été touchés par les missiles et sont restés intacts.

La quatrième certitude est que c’est l’aile gauche de l’appareil qui a été touchée. L’analyse des débris de l’appareil démontre en effet que le missile a touché le réservoir dans l’aile gauche.

A partir de ces différents éléments, la mission des experts, consistait à déterminer  le lieu d’où les
missiles ont été tirés, un élément crucial dans le cadre de cette enquête sur l’acte ayant plongé le Rwanda dans l’horreur.

Aucun expert ne pouvait à lui seul déterminer le lieu des tirs, qui a été déterminé en recoupant l’ensemble des expertises et en analysant les témoignages, douze au total.

Au total 6 lieux possibles de l’origine des tirs ont été dégagés par les experts,  qui ont procédé par élimination pour désigner le lieu le plus probable.

La position idéale d’un tireur expérimenté était, selon les experts,  la position de Masaka (soit la
ferme soit la vallée).  Mais les experts ont jugé qu’une telle piste était à écarter en raison de deux éléments jugés déterminants.

Le premier élément est le récit de trois témoins de premier plan, un militaire français et deux médecins militaire belges présent ce jour-là au camp Kanombe et qui ont affirmé avoir entendu le soufflement des
missiles. L’expert acoustique a estimé qu’il était impossible d’entendre le soufflement des missiles à partir de Masaka, situé à plus de 3km de là. Il estime qu’au vu de la distance,  l’avion aurait déjà touché le sol avant d’entendre le souffle.

Le deuxième élément  est l’impact du missile et l’occurrence que le missile ait touché l’aile gauche de l’appareil. En effet, selon les experts, les missiles suivent la chaleur de leur cible. Or, au moment où l’avion a été abattu, il avait déjà  dépassé la colline de Masaka, ce qui signifie que si le missile était venu par derrière (et donc de Masaka), il aurait atteint le réacteur et non l’aile gauche de l’appareil. La conclusion des experts sur ce point étant donc que le missile est venu de l’avant avant d’atteindre l’aile gauche.

Toutefois, oralement, l’experte en aéronautique a avancé ne pas pouvoir être catégorique sur ce dernier élément, car étant donné que les experts s’accordent à dire qu’un premier missile a raté sa cible, il n’est pas
exclu que les pilotes aient changé la trajectoire de l’appareil.

Autre hypothèse avancée par les experts et aussitôt écartée, est celle de la porcherie qui se trouvait dans la parcelle du Président assassiné. Cette hypothèse a été balayée car les experts estiment que si le missile était parti de là, il aurait atteint le côté droit de l’appareil et non le côté gauche.

A la lumière de ces éléments jugés déterminants par les experts, ces derniers ont estimé que les missiles étaient donc « probablement » partis d’une des deux positions situées dans le camp militaire de Kanombe.

Autre éclairage apporté par les experts est que les Sams 16 utilisés pour abattre l’avion  ont été
utilisés par des spécialistes, car leur utilisation nécessite une formation poussée de minimum 50 à 60 heures et ils sont également formels pour dire qu’il y’avait deux tireurs.

A la fin de la présentation, le juge Marc Trevidic qui a lu en alternance avec Nathalie Poux les conclusions des experts a annoncé que chacune des parties avait désormais trois mois pour apporter ses observations sur le rapport d’expertise et éventuellement demander une contre-expertise.

Après avoir recueilli l’ensemble des observations, les juges Trevidic et Poux devront juger le rapport d’expertise à l’aune des autres éléments du dossier, principalement les nombreux témoignages.

En attendant les conclusions de l’enquête des juges, aucune personne n’est disculpée, aucune personne n’est inculpée, ce qui n’est d’ailleurs pas le rôle des experts.

Il appartiendra aux juges Trevidic et Poux, à l’issue de l’enquête  de rendre un rapport complet au sujet de l’éventuelle implication des membres du FPR soupçonnés d’être à l’origine de cet attentat et, le cas-écheant, inculper d’autres suspects.

Ruhumuza Mbonyumutwa

Jambonews.net

Leta y’u Rwanda yatangiye kubyina mbere y’uko umuziki utangira!

Ambassadeur w’U Rwanda mu gihugu cy’u Bufaransa KABARE n a bagenzi be bishimira ko mu hantu 6 havuzwe harasiwe ibisasu byahanuye indege yari itwaye Perezida Habyalimana, hashobora kuba harimo ikigo cya gisirikari cya Kanombe. Tubibutse ko inkuru irambuye tuyimenya uyu munsi mu kiganiro abakoze iryo perereza baribuhe abanyamakuru ku myanzuro technique y’iryo perereza ifite impapuro zigera kuri 400 kuko iperereza ntabwo riragaragaza uwarashe iyo ndege ndetse n’aho yari ahagaze bidakuka, haracyari ugukekeranya hagati y’ahantu 6 hashobokaga kurasirwa iyo ndege. Leta y’u Rwanda yo siko ibibona kuko yo yahise itangira iminsi mikuru ihitamo guhita irangiza iperereza yemeza ko ari mu kigo i Kanombe, ku buryo n’abanyamakuru abenshi baguye muri uwo mutego.

Leta y'u Rwanda yatangiye kubyina mbere y'uko umuziki utangira! 493291883

Rwanda Opposition Furious Over Habyarimana Plane report

Rwanda Opposition Furious Over Habyarimana Plane report 2010-09-10-21-13-16-u-UWAHANUYE-FALCON-50-YA-HABYARIMANA-MURI-94-NI-NDE2-300x298

 

The Rwanda opposition has reacted angrily at the report that clears President Paul Kagame’s role in the shooting of the plane carrying then leader Juvenal Habyarimana.

French judges Marc Trevedic and Natalie Poux Tuesday concluded the missile that killed Habyarimana in April 1994 was shot from Kanombe military base which was under the presidential elite brigade.

The firing occured in distance of up to 1km (more than half a mile) away from the plane, which was about to land at Kigali airport.

The experts concluded it was very difficult for forces loyal to Kagame to be in this area and therefore shoot down the plane.

They concluded it would have been much easier for Habyarimana’s troops or French troops who were in the area to launch the missile.

The report has sparked mixed reactions from Rwanda opposition and the government of President Paul Kagame.

Kagame’s former close ally and Major in RPF at the time of the shooting Theogene Rudasingwa said his party Rwanda National Congress still believes that the responsibility of the country’s leader in the downing of his predecessor’s plane is real.

“This is a well prepared media campaign aiming to fool national and international opinion in order to polish the dictator’s version,” Rudasingwa said.

“The technical report by ballistic experts has investigated 6 possible launching sites according to the information surveyed in Kigali during their investigations,” he added.

“The question of where the ground-to-air missile was fired is a key to establishing the credibility of different accounts of the terrorist attack,” Rudasingwa charged.

Rwanda People’s Party (RPP) leader John V Karuranga has described the report as “just politics.”

The lawyer for the Habyarimana family told BBC they are unhappy about the report’s conclusions – questioning the credibility of the experts – and they still want someone to be found guilty.

« It does not matter where the shooting took place. What matters is who fired the missile, » Habyarimana’s son Jean-Luc added.

Habyarimana’s widow, Agathe said she wanted the French inquiry to find out who had bought the allegedly Russian missile that hit the plane – because that would help to identify those behind the attack.

Nevertheless, Rwanda government is jubilating following the good news that exonerated Kagame.

« Today’s findings constitute vindication for Rwanda’s long-held position on the circumstances surrounding events of April 1994, » Rwanda’s Foreign Minister Louise Mushikiwabo said in a statement.

Lawyer Bernard Maingain, who represents President Paul Kagame’s entourage who were under investigation, said that the findings « put an end to more than 16 years of manipulation and lies. »

“Today’s findings constitute vindication for Rwanda’s long-held position on the circumstances surrounding events of April 1994.

“With this scientific truth, Judges Trévidic and Poux have slammed shut the door on the 17-year campaign to deny the Genocide or blame its victims,” Mushikiwabo emphasised.

She said it was now clear to all that the downing of the plane was a “coup d’état carried out by extremist Hutu elements and their advisors who controlled Kanombe Barracks”.

Mushikiwabo said that for the people of Rwanda, the report is viewed as the result of high quality investigation commissioned by French magistrates with impeccable credentials, and carried out by world-class experts.

She noted that the report clears those falsely accused of shooting down the plane and brings a decisive end to the lies and conspiracy theories that have, for too long, tried to divert the world’s attention from the actual authors of horrendous crimes that took place in Rwanda during the Genocide.

“Rwandans welcome the findings that shed more light on a vital part of our country’s history. We continue, undeterred and undistracted, with the vital task of nation-building for generations to come,” she added.

Survivors Welcome Findings

Genocide survivors have welcomed the findings of a team of French experts that investigated the shooting of the plane.

Janvier Forongo, the Executive Secretary of IBUKA, the Umbrella association of Genocide survivors’ associations, told The New Times that they welcome the report.

“First, as representatives of Genocide survivors, we would like to commend the experts for a job well done.

The experts having not gone by what had been reported in the papers, and taking their time to come to the ground to find out what exactly happened, is something commendable.

“This brings to an end the pointing of accusing fingers by various sides,” Forongo said.

But Rudasinwa says considering the level of infiltrations and deployments of operatives in Kigali city and its surroundings by the then rebellion, we have no single doubts that RPF was in a position to mount such an operation in most of the six suspected firing spots.

“This first technical report does not change anything from the truth.  Our respective organisations are committed to identify very credible witnesses ready to provide details and facts of the operation and the operatives under orders of the then rebel military overall commander,” he said.

Judges Trévidic and Poux will today hold a press conference to expound more on the findings of the 400-page report whose release has been postponed several times.

FDU-INKINGI and Rwanda National Congress Press Release

FDU-INKINGI and Rwanda National Congress Press Release 408251_247287422009825_246169068788327_600519_212484172_n2

fdu-udf-inkingi-rwanda

 

 

 

 

 

PRESS RELEASE

 

FDU-INKINGI and RNC still believe that the responsibility of President Paul Kagame in the downing of his predecessor’s plane is real.

Today, French judges, Marc Trevedic and Natalie Poux, disclosed a first technical Report by ballistic experts to the parties in the probe related to the downing of the April1994 presidential plane that killed President Juvenal Habyarimana of Rwanda and President Cyrpien Ntaryamira of Burundi, members of their delegations and the French crew. The same time, the government of Rwanda removed the embargo on its ready-made press release celebrating “victory”. The same evening some medias echoed the version of Lawyer Bernard Maingain, who represents President Paul Kagame’s entourage who were under investigation, saying that the findings « put an end to more than 16 years of manipulation and lies. » This is a well prepared media campaign aiming to fool national and international opinion in order to polish the dictator’s version.

The technical report by ballistic experts has investigated 6 possible launching sites according to the information surveyed in Kigali during their investigations. The question of where the ground-to-air missile was fired is a key to establishing the credibility of different accounts of the terrorist attack. Curiously, the Rwandan government has just picked up one possible launching spot as the one and only one to be considered. This is what the regime is selling to international media in order to avoid other aspects pointing at the real masterminder of the attack.

Considering the level of infiltrations and deployments of operatives in Kigali city and its surroundings by the then rebellion, we have no single doubts that RPF was in a position to mount such an operation in most of the six suspected firing spots.

This first technical report does not change anything from the truth. Our respective organisations are committed to identify very credible witnesses ready to provide details and facts of the operation and the operatives under orders of the then rebel military overall commander.

In the past, there have been several rival accounts of this terrorist attack and only an international inquiry composed by experts from different countries will pave the way to justice denied.

This white-washing media campaign launched by Kigali regime pointing the finger at its eternal enemies, Hutu extremists, is trying to distract the international community from the real problems of the country on the brink. The current leadership has been accused by the United Nations report of the Mapping Exercise documenting the most serious violations of human rights and international humanitarian law committed within the territory of the Democratic Republic of the Congo between March 1993 and June 2003. There is no political space in Rwanda and freedoms are massively violated. Most partners of Rwanda have voiced out their concerns over continuous violations of human rights, the plight of political prisoners, assassinations of opposition leaders and journalists inside and outside the country, life attempts against exiled opposition leaders.

We encourage the French justice to continue its investigations and call for an international inquiry in this terrorist attack.

Lausanne, Switzerland

Dr. Nkiko Nsengimana
Co-ordinator,
FDU-Inkingi Co-ordination Committee
Contact: nkiko.nsengimana@bluewin.ch or sixchris@netti.fi

 

Washington D.C., USA

Dr. Theogene Rudasingwa
Co-ordinator
RNC Interim Committee
Contact: ngombwa@gmail.com

archivesallahalwatanalmalik |
pk2012legislatives |
rectificador |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | thevoiceofpresidentielles
| legislative2012
| cournonpartisocialiste